Juges

Juges 13:11-25

11 Alors Manoah se leva et suivit sa femme. Et il alla vers l'homme et lui dit : « Es-tu l'homme qui a parlé à [ma] femme ? » Et il dit : « [C'est] moi. »

12 Et Manoah dit : « Quand donc ta parole se réalisera, quelle sera la règle du jeune garçon et que devra-t-il faire ? »

13 Et l'Ange de l'Éternel dit à Manoah : « La femme se gardera de tout ce que je lui ai dit.

14 Elle ne mangera rien de ce qui sort de la vigne1 et ne boira ni vin ni boisson forte et ne mangera rien d'impur. Elle observera tout ce que je lui ai commandé. »
1 littéralement : vigne à vin.

15 Puis Manoah dit à l'Ange de l'Éternel : « Laisse-nous te retenir, je te prie, et nous te préparerons un chevreau. »

16 Mais l'Ange de l'Éternel dit à Manoah : « Si tu me retiens, je ne mangerai pas de ton pain. Et si tu fais un holocauste, tu l'offriras1 à l'Éternel. » Car Manoah ne savait pas que c'était l'Ange de l'Éternel.
1 offrir, ici : offrir en holocauste sur l'autel même ; voir Lév. 14:20.

17 Et Manoah dit à l'Ange de l'Éternel : « Quel est ton nom afin que nous t'honorions quand ce que tu as dit arrivera ? »

18 Alors l'Ange de l'Éternel lui dit : « Pourquoi demandes-tu mon nom ? Il est merveilleux ! »

19 Et Manoah prit le chevreau et l'offrande de gâteau, et il les offrit1 à l'Éternel sur le rocher. Alors l'Ange2 fit une chose merveilleuse, pendant que Manoah et sa femme regardaient.
1 offrir, ici : offrir en holocauste (comme au verset 16). 2 littéralement : il.

20 Et il arriva, comme la flamme montait de dessus l'autel vers les cieux, que l'Ange de l'Éternel monta dans la flamme de l'autel. Et Manoah et sa femme regardaient, puis ils tombèrent le visage contre terre.

21 Et l'Ange de l'Éternel n'apparut plus à Manoah ni à sa femme. Alors Manoah comprit que c'était l'Ange de l'Éternel.

22 Et Manoah dit à sa femme : « Nous mourrons certainement, car nous avons vu Dieu. »

23 Mais sa femme lui dit : « Si l'Éternel avait pris plaisir à nous faire mourir, il n'aurait pas accepté de notre main l'holocauste et l'offrande de gâteau, et il ne nous aurait pas fait voir toutes ces choses, et il ne nous aurait pas fait entendre maintenant des choses comme celles-là. »

24 Et la femme donna naissance à un fils et l'appela du nom de Samson. Et le jeune garçon grandit et l'Éternel le bénit.

25 Puis l'Esprit de l'Éternel commença à le pousser [à l'action] à Mahané-Dan1, entre Tsorha et Eshtaol.
1 Mahané-Dan : camp de Dan.

Ce n'est pas aux puissants en Israël que l'Éternel fait connaître Ses pensées pour la délivrance de Son peuple; c'est à deux pauvres Israélites de Dan, la plus faible des tribus (ch. 1 v. 34 jg 1.34). À qui Dieu révèle-t-il aujourd'hui Son plan de salut et le Sauveur qu'Il a donné? Aux petits enfants et à ceux qui leur ressemblent en simplicité de foi (Matthieu 11:25 mt 11.25-27). Lors de cette seconde visite de l'Ange, nous remarquons l'holocauste, l'offrande de gâteau, le rocher. Autant d'images de Christ qui nous sont familières. Mais l'Ange lui-même, qui est-il, quel est Son nom? Manoah qui avait ardemment désiré le connaître personnellement et pas seulement par l'intermédiaire de sa femme, obtient cette seule réponse: «Mon nom? Il est merveilleux» (verset 18). Pour que nous le reconnaissions, il n'a pas besoin d'en dire davantage. Ouvrons nos bibles en Ésaïe 9:5 es 9.5-6: «On l'appellera du nom de: Merveilleux»! Et parce qu'Il est merveilleux, Il ne peut que faire «une chose merveilleuse» par laquelle nous Le reconnaissons aussi. L’Ange qui monte ici dans la flamme de l'holocauste, et Jésus qui, Son œuvre achevée, «après leur avoir parlé fut enlevé au ciel» (Marc 16:19 mc 16.19-20), sont une seule et même Personne.