Juges

Juges 11:23-40

23 Et maintenant, l'Éternel, le Dieu d'Israël, a dépossédé les Amoréens devant son peuple Israël, et toi, tu voudrais en prendre possession ?

24 Ne possèdes-tu pas ce que ton dieu Kemosh t'a donné en possession ? Et tout ce que l'Éternel notre Dieu a mis en notre possession devant nous, nous voulons le posséder.

25 Et maintenant, vaux-tu donc mieux que Balak, fils de Tsippor, roi de Moab ? Osa-t-il chercher querelle à Israël ? Osa-t-il les combattre ?

26 Pendant qu'Israël a habité Hesbon et les villages qui en dépendent, et Aroër et les villages qui en dépendent, et toutes les villes qui sont le long de l'Arnon, pendant 300 ans, pourquoi ne les avez-vous pas repris en ce temps-là ?

27 Et ce n'est pas moi qui ai péché contre toi, mais c'est toi qui agis mal envers moi en me faisant la guerre. L'Éternel, le juge, jugera aujourd'hui entre les fils d'Israël et les fils d'Ammon. »

Le vœu de Jephthé et sa victoire contre les fils d'Ammon

28 Et le roi des fils d'Ammon n'écouta pas les paroles que Jephthé lui avait fait transmettre.

29 Alors l'Esprit de l'Éternel fut sur Jephthé. Et il passa à travers Galaad et Manassé, et il passa par Mitspé de Galaad, et de Mitspé de Galaad, il alla vers les fils d'Ammon.

30 Or Jephthé fit1 un vœu à l'Éternel et dit : « Si tu livres les fils d'Ammon entre mes mains,
1 littéralement : voua.

31 il arrivera que ce qui sortira des portes de ma maison à ma rencontre, lorsque je reviendrai en paix de chez les fils d'Ammon, sera à l'Éternel et je l'offrirai en holocauste. »

32 Et Jephthé passa vers les fils d'Ammon pour les combattre et l'Éternel les livra entre ses mains.

33 Et il leur infligea une très grande défaite, depuis Aroër jusque vers Minnith, [leur prenant] 20 villes, et jusqu'à Abel-Keramim1. Et les fils d'Ammon furent humiliés devant les fils d'Israël.
1 ou : la plaine des vignes.

34 Alors Jephthé vint à Mitspa, dans sa maison. Et voici, sa fille sortit à sa rencontre avec des tambourins et des danses1. Or c'était son unique [enfant] ; à part elle, il n'avait ni fils ni fille.
1 ailleurs : chœurs, chœurs de danse.

35 Et il arriva, quand il la vit, qu'il déchira ses vêtements et dit : « Ah ! ma fille ! Tu m'accables1 vraiment et tu es, toi, de ceux qui me troublent ! Car moi, j'ai ouvert la bouche vers l'Éternel et je ne peux pas revenir en arrière. »
1 littéralement : tu me jettes à terre.

36 Mais elle lui dit : « Mon père, si tu as ouvert la bouche vers l'Éternel, fais-moi selon ce qui est sorti de ta bouche, après que l'Éternel t'a vengé de tes ennemis, les fils d'Ammon. »

37 Puis elle dit à son père : « Que cette chose me soit accordée : laisse-moi pendant deux mois et je m'en irai, et je descendrai sur les montagnes, et je pleurerai ma virginité, moi et mes compagnes. »

38 Et il lui dit : « Va ! » Et il la renvoya pour deux mois. Alors elle s'en alla, elle et ses compagnes, et elle pleura sa virginité sur les montagnes.

39 Et il arriva, au bout de deux mois, qu'elle revint vers son père et il accomplit à son égard le vœu qu'il avait fait1. Or elle n'avait pas eu de relations avec un homme. Et ce fut une coutume en Israël :
1 littéralement : voué.

40 d'année en année, quatre jours par an, les filles d'Israël vont célébrer la fille de Jephthé le Galaadite.

Jephté se croit obligé de payer à l'Éternel, au moyen d'un sacrifice, sa victoire sur les fils d'Ammon. C'est bien mal connaître Dieu! Il se plaît à bénir les siens et attend seulement en retour de l'amour pour Lui! Il sauve gratuitement.

Voyez la folie de la promesse que fait Jephté. Dieu nous laisse parfois porter aussi les conséquences de ce que nous avons décidé précipitamment! Veillons donc de près sur nos paroles, car des promesses faites légèrement peuvent avoir de graves conséquences (Prov. 20:25 pv 20.25).

Si la foi a manqué un moment chez Jephté, elle brille à présent chez sa fille. «Unique enfant», chérie par son père, sa soumission nous fait penser à celle du Seigneur Jésus (Jean 8:29 j 8.28-30). Elle ne tient pas sa vie pour précieuse et se réjouit de la victoire que l'Éternel a donnée à Israël. Elle est obéissante jusqu'à la mort par amour pour l'Éternel, pour son père et pour son peuple. En cela elle est une touchante figure de Christ quoique bien loin derrière Celui qu'elle représente.

Si la fille de Jephté méritait d'être célébrée d'année en année, infiniment plus digne est notre Seigneur Jésus d'être exalté dès ici-bas et pour toute l'éternité!