Juges

Juges 5:12-31

12 « Réveille-toi, réveille-toi, Débora ! Réveille-toi, réveille-toi, dis un cantique1 ! Lève-toi, Barak, et emmène tes prisonniers, fils d'Abinoam !
1 plutôt : un chant.

13 Alors descends, toi, le reste des puissants, [comme son] peuple ! Éternel, descends avec moi au milieu des1 hommes forts !
1 ou : contre les.

14 D'Éphraïm [sont venus] ceux dont la racine1 est en2 Amalek. Derrière toi [vient] Benjamin, au milieu de tes peuples. De Makir sont descendus les gouverneurs et de Zabulon sont venus ceux qui tiennent le bâton du commandant.
1 ou : le siège. 2 ou : contre.

15 Et les princes d'Issacar ont été avec Débora et Issacar est pour Barak. [Il a été] envoyé sur ses pas dans la vallée. Près des ruisseaux de Ruben, grandes [ont été] les intentions du cœur !

16 Pourquoi es-tu resté entre deux parcs à écouter le bêlement des troupeaux ? Près des ruisseaux de Ruben, grandes [ont été] les intentions du cœur !

17 Galaad habite de l'autre côté du Jourdain1. Et Dan, pourquoi a-t-il séjourné sur les bateaux ? Aser est resté au bord de la mer2 et il habite près de ses ports.
1 c.-à-d. : du côté est du Jourdain. 2 littéralement : des mers.

18 Zabulon est un peuple qui a exposé son âme à la mort, Nephthali aussi, sur les hauteurs des champs.

19 « Les rois sont venus, ils ont combattu. Alors les rois de Canaan ont combattu à Thaanac, près des eaux de Meguiddo, [mais] ils n'ont pas emporté de butin d'argent.

20 On a combattu depuis les cieux. Depuis leurs trajectoires, les étoiles ont combattu Sisera.

21 Le torrent du Kison les a emportés, le torrent des temps anciens1, le torrent du Kison. Mon âme, marche avec force !
1 ou : le torrent des combats.

22 Alors les sabots des chevaux ont martelé [le sol] à cause de la course rapide, de la course rapide de leurs [hommes] puissants.

23 Maudissez Méroz ! a dit l'Ange de l'Éternel. Maudissez, maudissez ses habitants ! Car ils ne sont pas venus aider l'Éternel, aider l'Éternel avec les hommes forts.

24 « Bénie soit parmi les femmes Jaël, femme de Héber le Kénien ! Qu'elle soit bénie parmi les femmes qui se tiennent dans les tentes !

25 Il a demandé de l'eau, elle lui a donné du lait. Dans la coupe d'honneur elle lui a présenté du caillé.

26 Elle a étendu sa main vers le piquet et sa [main] droite vers le marteau des ouvriers. Alors elle a frappé Sisera, elle lui a fracassé la tête, elle lui a brisé et transpercé la tempe.

27 Entre ses pieds il s'est affaissé, il est tombé, il s'est étendu [par terre]. Entre ses pieds il s'est affaissé, il est tombé. Là où il s'est affaissé, là il est tombé anéanti.

28 La mère de Sisera regarde par la fenêtre et s'écrie à travers le treillis : "Pourquoi son char tarde-t-il à venir ? Pourquoi la marche de ses chars est-elle si lente ?"

29 Les [plus] sages parmi ses princesses lui répondent. Elle s'est donné la réponse à elle-même :

30 "N'ont-ils pas trouvé, n'ont-ils pas partagé le butin ? Une jeune fille, deux jeunes filles par tête d'homme de guerre ! Du butin en vêtements de couleur pour Sisera, du butin en vêtements de couleur brodés, un vêtement de couleur, deux vêtements brodés pour les cous des vainqueurs1 !"
1 littéralement : pour les cous du butin ; texte peu clair.

31 « Qu'ainsi périssent tous tes ennemis, ô Éternel ! Mais que ceux qui t'aiment soient comme le soleil quand il paraît dans sa force ! »
Alors le pays fut en repos [pendant] 40 ans.

Si le cantique de Barak et de Debora attribue justement à l’Éternel l’honneur de la victoire, chaque tribu concernée ne doit pas moins recevoir sa louange ou son blâme. Certaines de ces tribus ont pris une part active aux combats. Zabulon et Nephthali, par exemple, ont exposé leur vie (v. 18; comp. Rom. 16:4 rm 16.3-5; Phil. 2:30 ph 2.19-30). D’autres, au contraire, par lâcheté ou paresse, ne se sont pas engagées. Parmi elles les deux tribus et demie: Ruben, malgré des «considérations de cœur», des hésitations, est resté auprès de ses troupeaux qui lui avaient déjà été en piège pour s’établir au delà du Jourdain. De même Galaad (Gad et Manassé; v. 17). Dan et Aser, retenus par leur commerce et leurs affaires, n'ont pas quitté les bateaux ni les ports. Le Seigneur ne peut pas se servir des indécis ni des gens trop occupés. À un moment ou à un autre l’occasion est fournie de montrer ce qui a la priorité dans notre vie. Est-ce que ce sont les intérêts du peuple de Dieu, le bien de l’Assemblée? Ou bien ressemblons-nous à ceux dont Paul pouvait dire avec tristesse qu’ils cherchent «leurs propres intérêts, non ceux de Jésus Christ»? (Phil. 2:21 ph 2.19-30).

En rapprochant notre verset 12 du Psaume 68 v. 19 ps 68.19, cité en Éphésiens 4 v. 8 ep 4.7-10, nous y discernons Christ vainqueur, délivrant les prisonniers de Satan, puis montant au ciel en triomphe.