Ézéchiel

Ézéchiel 10:1-22

La gloire de Dieu quitte le Temple

10 Alors je regardai, et voici, dans l'étendue qui était au-dessus de la tête des chérubins, apparut au-dessus d'eux comme une pierre de saphir, comme l'aspect de la forme d'un trône.

2 Et l'Éternel1 parla à l'homme revêtu d'habits de lin, et dit : « Viens entre les roues, au-dessous du chérubin, et remplis le creux de tes mains de charbons de feu pris entre les chérubins, et répands-les sur la ville. » Et il [y] alla, sous mes yeux.
1 littéralement : il.

3 Et les chérubins se tenaient à droite de la Maison lorsque l'homme entra, et la nuée remplissait le parvis intérieur.

4 Alors la gloire de l'Éternel s'éleva au-dessus du chérubin, [et vint] sur le seuil de la Maison. Et la Maison fut remplie de la nuée, et le parvis fut rempli de l'éclat de la gloire de l'Éternel.

5 Et le bruit des ailes des chérubins s'entendit jusqu'au parvis extérieur, comme la voix du °Dieu Tout-Puissant1 quand il parle.
1 hébreu : El-Shaddaï ; voir Gen. 17:1.

6 Puis il arriva qu'il entra et se tint à côté de la roue, après qu'il eut donné cet ordre à l'homme revêtu d'habits de lin, qui disait : « Prends du feu entre les roues, entre les chérubins ! »

7 Alors le chérubin étendit la main entre les [autres] chérubins vers le feu qui était entre les chérubins. Et il [en] prit, et le mit dans le creux des mains de l'[homme] revêtu d'habits de lin, lequel le prit et sortit.

8 Et l'on voyait aux chérubins, sous leurs ailes, la forme d'une main d'homme.

9 Puis je regardai, et voici, quatre roues à côté des chérubins, une roue à côté d'un chérubin, et une roue à côté d'un chérubin. Et l'aspect des roues était comme l'éclat d'une pierre de chrysolithe.

10 Et quant à leur aspect, les quatre [roues] avaient une seule forme, comme si une roue était au milieu d'une roue.

11 Quand elles allaient, elles allaient sur leurs quatre côtés. Elles ne se tournaient pas quand elles allaient. Mais vers le lieu où la tête regardait, elles allaient après elle. Elles ne se tournaient pas quand elles allaient.

12 Et tout le corps des chérubins1, et leur dos, et leurs mains, et leurs ailes, et les roues, étaient pleins d'yeux tout autour. Tous les quatre [avaient] leurs roues.
1 littéralement : toute leur chair.

13 Quant aux roues, [j'entendis] de mes oreilles qu'on les appela : « Tourbillon ! »1
1 selon quelques-uns : Roue !

14 Et chacun avait quatre faces ; la face du premier [était] une face de chérubin, et la face du deuxième, une face d'homme, et la [face du] troisième, une face de lion, et la [face du] quatrième, une face d'aigle.

15 Alors les chérubins s'élevèrent. C'était là l'être vivant que j'avais vu près du fleuve Kebar.

16 Et quand les chérubins allaient, les roues allaient à côté d'eux. Et quand les chérubins levaient leurs ailes pour s'élever au-dessus de la terre, les roues aussi ne s'écartaient pas d'eux.

17 Quand ils s'arrêtaient, elles s'arrêtaient, et quand ils s'élevaient, elles s'élevaient avec eux. Car l'esprit de l'être vivant était en elles.

18 Et la gloire de l'Éternel sortit de dessus le seuil de la Maison, et se tint au-dessus des chérubins.

19 Puis les chérubins déployèrent leurs ailes, et, quand ils sortirent, s'élevèrent loin de la terre, sous mes yeux ; et les roues étaient à côté d'eux. Et ils s'arrêtèrent1 à l'entrée de la porte orientale de la Maison de l'Éternel. Et la gloire du Dieu d'Israël était au-dessus d'eux, en haut.
1 littéralement : il s'arrêta.

20 C'était lui, l'être vivant que j'avais vu au-dessous du Dieu d'Israël, près du fleuve Kebar. Et je compris que c'étaient des chérubins.

21 Chacun avait quatre faces, et chacun quatre ailes, et il y avait une forme de mains d'homme sous leurs ailes.

22 Et quant à la forme de leurs faces, c'étaient les faces que j'avais vues près du fleuve Kebar ; [c'était] leur aspect, et [c'était] eux-mêmes. Ils allaient chacun droit devant soi.

C’est une page solennelle de l’histoire d’Israël! Jadis l’Éternel s’était choisi une demeure au milieu de son peuple (Deut. 12:5 dt 12.1-6). Il était venu l’occuper en grâce pour le bonheur des siens, mais ceux-ci étaient responsables d’y maintenir la sainteté qui sied à Sa maison (Ps. 93:5 ps 93.1-5). Or dans ce saint temple, comme une suprême provocation, les pires abominations païennes s’étaient donné rendez-vous. Oui, Israël avait fait tout ce qu’il fallait pour chasser l’Éternel de son sanctuaire (ch. 8 v. 6 ez 8.5-6). Aussi maintenant Dieu s’en va! Mais voyez avec quelle touchante lenteur, par étapes, pour nous faire sentir toute la tristesse qu’Il a de ce départ et comme pour dire à Israël: Ne me retiendras-tu pas?

La gloire se tient d’abord sur le seuil du sanctuaire (v. 4 et ch. 9 v. 3 ez 9.1-4). Elle s’élève ensuite, et s’arrête encore à la porte orientale de la maison de l’Éternel, comme si elle ne pouvait se résoudre à s’en aller (v. 19).

Chrétiens, n’oublions pas que nous sommes le temple de Dieu et que Son Esprit habite en nous (1 Cor. 3:16, 17 1cr 3.16-17). Si ce temple (notre cœur) vient à être rempli d’idoles, l’Esprit attristé n’agira plus, la communion avec Dieu s’interrompra. Il est «un Dieu jaloux», qui ne saurait supporter aucun partage dans nos affections (2 Cor. 6:15 2cr 6.14-7.1).