1 Corinthiens

1 Corinthiens 15:20-34

Conséquences de la résurrection de Christ

20 Mais maintenant, Christ est ressuscité d'entre les morts, prémices de ceux qui sont endormis.

21 Car puisque la mort est [venue] par l'homme, c'est par l'homme aussi qu'est [venue] la résurrection des morts.

22 Car comme dans l'Adam tous meurent, de même aussi dans le Christ tous seront rendus vivants,

23 mais chacun dans son propre rang : les prémices, Christ, puis ceux qui sont du Christ à sa venue.

24 Ensuite [viendra] la fin, quand il aura remis le royaume à Dieu le Père1, quand il aura réduit à rien toute seigneurie, et toute autorité, et [toute] puissance.
1 littéralement : au Dieu et Père.

25 En effet, il faut qu'il règne jusqu'à ce qu'il ait mis tous les ennemis sous ses pieds.

26 Le dernier ennemi qui sera anéanti, c'est la mort.

27 Car « il a soumis toutes choses sous ses pieds. »1 Or quand il dit que toutes choses sont soumises, il est évident que c'est à l'exclusion de celui qui lui a soumis toutes choses.
1 Psaume 8:7.

28 Mais quand toutes choses lui auront été soumises, alors le Fils lui-même sera [aussi] soumis à Celui qui lui a soumis toutes choses, afin que Dieu soit tout en tous.

Dévouement et séparation du croyant pour Christ

29 Autrement, que feront ceux qui sont baptisés pour1 les morts si les morts ne ressuscitent absolument pas ? Pourquoi donc sont-ils baptisés pour1 eux ?
1 c.-à-d. : à la place de.

30 Et nous, pourquoi sommes-nous en danger à toute heure ?

31 Je meurs1 chaque jour, aussi vrai, [frères,] que vous êtes pour moi un sujet de gloire dans le Christ Jésus, notre Seigneur.
1 c.-à-d. : Je suis exposé à la mort.

32 Si [pour parler] à la manière des hommes, j'ai combattu contre les bêtes1 à Éphèse, quel avantage en ai-je ? Si les morts ne ressuscitent pas, « mangeons et buvons, car demain nous mourrons »2.
1 combattre contre les bêtes se dit aussi bien dans un sens figuré que littéralement. 2 Ésaïe 22:13.

33 Ne vous y trompez pas : les mauvaises compagnies pervertissent les bonnes mœurs.

34 Ressaisissez-vous [pour vivre] justement et ne péchez pas ! Car quelques-uns sont dans l'ignorance de Dieu, je le dis à votre honte.

Christ ressuscité n'a fait que devancer les croyants qui se sont «endormis». Ils ressusciteront à sa venue. Quant aux autres morts, ils ne seront «rendus vivants» que plus tard, pour comparaître devant le trône du jugement (Apoc. 20:11, 12 ap 20.11-15). Et c'est alors seulement que tout sera définitivement soumis à Christ. Après quoi la pensée se perd dans les profondeurs de l'éternité bienheureuse où Dieu finalement sera tout en tous (v. 28).

Ayant fermé cette parenthèse glorieuse (v. 20 à 28), l'apôtre montre comment le fait de croire ou de ne pas croire à la vie future détermine le comportement de tous les hommes… à commencer par le sien (v. 30 à 32). Combien y a-t-il de ces malheureux dont toute la religion tient en ces mots: «Mangeons et buvons, car demain nous mourrons» (v. 32)! Ils se persuadent que rien n'existe au delà de la tombe pour s'excuser de jouir sans frein de leur brève existence, «comme des animaux dépourvus de raison» (2 Pier. 2:12 2p 2.12-14). Quant au chrétien, sa foi devrait le tenir en éveil (v. 34), le préserver de s'associer à de dangereuses compagnies, l'empêcher de manger et de boire avec les ivrognes de ce monde (v. 33; Matt. 24:49 mt 24.45-51). Que la compagnie du Seigneur et des siens nous suffise jusqu'à Son retour!