1 Corinthiens

1 Corinthiens 9:1-27

Les droits de l'apostolat

9 Ne suis-je pas libre ? Ne suis-je pas apôtre ? N'ai-je pas vu Jésus notre Seigneur ? N'êtes-vous pas, vous, mon œuvre dans le Seigneur ?

2 Si pour d'autres je ne suis pas apôtre, je le suis au moins pour vous ; car vous êtes, vous, le sceau de mon apostolat dans le Seigneur.

3 Voici ma défense auprès de ceux qui me demandent des comptes1 :
1 littéralement : qui m'interrogent (dans le but d'enquêter).

4 N'avons-nous pas le droit de manger et de boire ?

5 N'avons-nous pas le droit d'emmener avec nous une sœur pour être notre femme, comme le [font] aussi les autres apôtres, et les frères du Seigneur, et Céphas ?

6 Ou bien n'y a-t-il que moi et Barnabas qui n'ayons pas le droit de ne pas travailler ?

7 Qui jamais va à la guerre à ses propres frais ? Qui plante une vigne et n'en mange pas le fruit ? Ou qui fait paître un troupeau et ne se nourrit pas du lait du troupeau ?

8 Est-ce que je dis ces choses à la manière de l'homme ? Ou la Loi ne dit-elle pas aussi cela ?

9 Car dans la loi de Moïse il est écrit : « Tu ne muselleras pas le bœuf qui foule le grain. »1 Dieu se préoccupe-t-il des bœufs ?
1 Deut. 25:4.

10 Ou bien ne parle-t-il pas entièrement pour nous ? Car c'est pour nous qu'il est écrit que celui qui laboure doit labourer avec espérance et que celui qui foule le grain [doit le fouler] dans l'espérance d'en avoir sa part.

11 Si nous avons semé pour vous des [biens] spirituels, est-ce trop si nous moissonnons [une part] de vos [biens] matériels1 ?
1 littéralement : charnels.

12 Si d'autres ont part à ce droit sur vous, ne l'avons-nous pas à plus forte raison ? Mais nous n'avons pas fait usage de ce droit ; au contraire, nous supportons tout afin de ne mettre aucun obstacle à l'Évangile du Christ.

13 Ne savez-vous pas que ceux qui s'emploient aux choses sacrées mangent [ce qui vient] du Temple1 ? Que ceux qui servent à l'autel ont part à [ce qui est offert sur] l'autel ?
1 ou : mangent de ce qui est sacré.

14 De même aussi, le Seigneur a ordonné à ceux qui annoncent l'Évangile de vivre de l'Évangile.

Paul renonce à ses droits

15 Mais moi, je n'ai fait usage d'aucune de ces choses et je n'ai pas écrit cela afin qu'il en soit fait ainsi à mon égard. Car il serait bon pour moi de mourir plutôt que [de voir] quelqu'un réduire à néant mon motif de gloire1.
1 littéralement : rendre vide ma gloire.

16 En effet, si j'évangélise, je n'ai pas de quoi me glorifier, parce que c'est une nécessité qui m'est imposée ; car malheur à moi si je n'évangélise pas !

17 En effet, si je fais cela volontairement, j'en ai un salaire, mais si je le fais malgré moi, c'est une administration qui m'est confiée.

18 Quel est donc mon salaire ? C'est qu'en évangélisant, j'annonce l'Évangile gratuitement, afin de ne pas faire un mauvais usage de mon droit dans l'Évangile.

19 Car étant libre à l'égard de tous, je me suis fait l'esclave de tous, afin de gagner le plus grand nombre.

20 Et pour les Juifs, je suis devenu comme un Juif, afin de gagner les Juifs ; pour ceux qui sont sous la Loi, comme si j'étais sous la Loi — bien que n'étant pas moi-même sous la Loi — afin de gagner ceux qui sont sous la Loi ;

21 pour ceux qui sont sans loi, comme si j'étais sans loi (non que je sois sans loi quant à Dieu, mais je suis légitimement soumis à Christ) afin de gagner ceux qui sont sans loi.
1 sans loi, ailleurs : inique(s).

22 Je suis devenu [comme] faible pour les faibles afin de gagner les faibles ; je suis devenu toutes choses pour tous afin que de toute manière j'en sauve quelques-uns.

23 Et je fais toutes choses à cause de l'Évangile afin d'y avoir part.

Le chrétien est comme un athlète

24 Ne savez-vous pas que ceux qui courent dans un stade courent tous, mais qu'un seul reçoit le prix ? Ainsi, courez de manière à le remporter.

25 Or quiconque concourt pour un prix se maîtrise en toutes choses ; ceux-là [le font] donc pour recevoir une couronne périssable, mais nous, [c'est pour] une [couronne] impérissable.

26 Alors moi, je cours ainsi, non comme de façon incertaine ; je combats ainsi, non comme frappant l'air.

27 Au contraire, je traite durement1 mon corps et je l'asservis, de peur qu'après avoir prêché à d'autres, je ne sois moi-même disqualifié2.
1 littéralement : soumettre les passions. 2 littéralement : rejeté à l'épreuve.

Enflés par leurs dons et leurs connaissances, certains hommes s'étaient attribué une place prépondérante dans l'assemblée de Corinthe. Et, comme s'élever soi-même conduit toujours à rabaisser les autres, ils en étaient venus à contester l'autorité de l'apôtre, c'est-à-dire celle de Dieu. Paul se trouve de ce fait obligé de justifier son ministère et sa conduite. Évangéliser était son devoir, reçu de la bouche du Seigneur, et il n'avait pas été désobéissant à la vision céleste (Act. 26:17-19 ac 26.15-20). L'apôtre se faisait le serviteur de tous afin de les gagner à l'évangile. Doit-on comprendre alors qu'il se prêtait à tous les compromis? Absolument pas! Comme Jésus lui-même au puits de Sichar, il savait trouver chaque âme sur son propre terrain et lui parler le langage qu'elle pouvait comprendre. Aux Juifs il présentait le Dieu d'Israël, leur responsabilité dans le rejet du Sauveur, Fils de David et la rémission des péchés (Act. 13:38… ac 13.38-41). Aux Gentils idolâtres, il annonçait le Dieu unique, patient envers sa créature, ordonnant de se repentir (Act. 17:22… ac 17.22-23). L'apôtre avait constamment devant les yeux le prix qui devait couronner ses efforts: toutes les âmes sauvées par son ministère (1 Thess. 2:19 1th 2.17-20; Phil. 4:1 ph 4.1-7). Tendu vers le but, il courait comme l'athlète dans le stade, disciplinant strictement son corps, ne pensant qu'à la victoire. Mais le champion sportif n'a devant lui qu'une gloire éphémère, des lauriers qui demain seront fanés (v. 25). Notre course chrétienne, elle, a pour enjeu une couronne inaltérable. Courons chacun de manière à la remporter (v. 24).