1 Corinthiens

1 Corinthiens 5:1-13

Le grave péché à Corinthe – La discipline dans l'assemblée

5 On entend dire partout qu'il y a de la fornication parmi vous, et une fornication telle qu'elle [ne se trouve] même pas parmi les nations, au point que quelqu'un aurait la femme de son père.

2 Et vous, vous êtes enflés d'orgueil et vous n'avez pas plutôt pris le deuil, afin que celui qui a commis cette action soit ôté1 du milieu de vous.
1 c.-à-d. : exclu.

3 Car pour moi, étant absent de corps mais présent en esprit, j'ai déjà jugé1, comme [si j'étais] présent, celui qui a ainsi commis cette action.
1 juger, ici : prendre une décision.

4 [J'ai jugé, dis-je,] au nom de [notre] Seigneur Jésus1 — vous et mon esprit étant réunis, avec la puissance de notre Seigneur Jésus —
1 plusieurs manuscrits ajoutent : Christ.

5 de livrer un tel homme à Satan pour la destruction de la chair, afin que l'esprit soit sauvé au jour du Seigneur1.
1 plusieurs manuscrits ajoutent : Jésus.

6 Votre vantardise n'est pas bonne ! Ne savez-vous pas qu'un peu de levain fait lever la pâte tout entière ?

7 Purifiez-vous1 du vieux levain, afin que vous soyez une nouvelle pâte, dans la mesure où vous êtes sans levain. Car aussi notre Pâque, Christ, a été sacrifiée.
1 littéralement : se purifier en profondeur.

8 C'est pourquoi célébrons la fête, non avec du vieux levain ni avec un levain de méchanceté et de perversité, mais avec des pains sans levain de sincérité et de vérité.

9 Je vous ai écrit dans la lettre de ne pas avoir de relations avec des fornicateurs,

10 non d'une manière absolue avec les fornicateurs de ce monde, ou ceux qui sont avides de gain et ravisseurs1, ou les idolâtres, puisqu'alors il faudrait que vous sortiez du monde.
1 ravisseur : celui qui vole avec violence jusqu'au rapt ou au crime.

11 Mais maintenant, je vous ai écrit que si quelqu'un appelé frère est fornicateur ou avide de gain, ou idolâtre, ou outrageux, ou ivrogne, ou ravisseur, vous n'ayez pas de relations avec lui, vous ne mangiez même pas avec un tel homme.

12 Car est-ce à moi de juger1 ceux du dehors ? Vous, ne jugez1-vous pas ceux du dedans ?
1 juger, ici : prononcer un jugement ; comme en 4:5.

13 Mais ceux du dehors, Dieu les juge. Ôtez1 le méchant du milieu de vous-mêmes.
1 avec le sens d'exclure.

L'apôtre aborde maintenant un sujet bien pénible. Outre des divisions fâcheuses, il y avait dans l'assemblée à Corinthe un grave péché moral, lequel, bien que commis par un seul individu, souillait l'assemblée toute entière (comp. Jos. 7:13… js 7.10-15). Or ce ferment de mal, ce «levain», qui aurait dû plonger les Corinthiens dans le deuil et la confusion, n'empêchait pas leur «vantardise». C'est un peu comme si un homme atteint de lèpre feignait d'ignorer sa maladie et cachait ses plaies sous des habits magnifiques. Au nom du Seigneur, l'apôtre réclame la sincérité et la vérité (v. 8). Il n'hésite pas à mettre sans ménagement ce mal à découvert. Avant tout service et toute profession chrétienne, il faut que la conscience soit en ordre. Et la sainteté exige que les croyants, non seulement s'abstiennent du mal dans leurs propres voies, mais se tiennent séparés des personnes qui vivent dans le péché tout en se parant du titre d'enfants de Dieu (v. 11). Quel est le grand motif pour lequel, individuellement et comme assemblée, nous avons à nous garder de toute communion et de toute légèreté à l'égard du mal? Nullement notre supériorité sur d'autres, mais la valeur infinie du sacrifice qui a expié nos péchés (v. 7).