1 Corinthiens

1 Corinthiens 4:6-21

Orgueil des Corinthiens

6 Or frères, j'ai appliqué cela à moi-même et à Apollos, à cause de vous, afin qu'en nous vous appreniez à ne pas aller [dans vos pensées] au-delà de ce qui est écrit, afin que vous ne vous enfliez pas d'orgueil en prenant le parti de l'un contre l'autre1.
1 littéralement : afin que… d'orgueil l'un pour l'un contre l'autre.

7 Car qui te distingue [d'un autre] ? Et qu'as-tu que tu n'aies pas reçu ? Et si tu l'as aussi reçu, pourquoi te glorifies-tu, comme si tu ne l'avais pas reçu ?

8 Déjà vous êtes rassasiés, déjà vous êtes riches, vous avez régné sans nous ! Ah ! je voudrais bien que vous régniez, afin que nous aussi, nous régnions avec vous !

Épreuves endurées par les apôtres

9 Car je pense que Dieu nous a produits les derniers [sur la scène], nous les apôtres, comme des condamnés à mort. Car nous sommes devenus un spectacle pour le monde, et pour les anges, et pour les hommes.

10 Nous sommes fous à cause de Christ, mais vous êtes sages en Christ ; nous sommes faibles, mais vous êtes forts ; vous êtes en honneur, mais nous sommes méprisés.

11 Jusqu'à cette heure nous souffrons de la faim et de la soif, et nous sommes dans le dénuement, et nous sommes frappés, et nous sommes errants,

12 et nous prenons de la peine, travaillant de nos propres mains. Injuriés, nous bénissons ; persécutés, nous [le] supportons ;

13 calomniés, nous supplions1. Nous sommes devenus comme les balayures2 du monde [et] le rebut de tous jusqu'à maintenant.
1 ou : exhortons, encourageons. 2 ou : déchets.

14 Ce n'est pas pour vous faire honte que j'écris ces choses, mais je vous avertis comme mes enfants bien-aimés.

15 Car même si vous aviez 10 000 maîtres1 dans le Christ, vous n'avez cependant pas beaucoup de pères, car moi, je vous ai engendrés dans le Christ Jésus par l'Évangile.
1 littéralement : pédagogues, précepteurs.

16 Je vous supplie1 donc d'être mes imitateurs.
1 ou : exhorte, encourage.

Paul annonce sa venue chez les Corinthiens

17 C'est pourquoi je vous ai envoyé Timothée qui est mon enfant bien-aimé et qui est fidèle dans le Seigneur. Il vous rappellera mes règles de conduite1 dans le Christ [Jésus], telles que je [les] enseigne partout dans chaque assemblée.
1 littéralement : mes voies.

18 Or quelques-uns se sont enflés d'orgueil, comme si je ne devais pas venir chez vous.

19 Mais je viendrai bientôt chez vous, si le Seigneur le veut, et je connaîtrai, non la parole de ceux qui se sont enflés d'orgueil, mais la puissance.

20 Car le royaume de Dieu [ne consiste] pas en paroles, mais en puissance.

21 Que voulez-vous ? Que je vienne chez vous avec un bâton ou avec amour et un esprit de douceur ?

La racine des querelles à Corinthe, qu'était-ce sinon l'orgueil (Prov. 13:10 pv 13.10)? Chacun faisait valoir ses dons spirituels et ses connaissances (ch. 1 v. 5 1cr 1.4-9), n'oubliant qu'une chose, c'est qu'il avait tout reçu par pure grâce. Pour rester humbles, souvenons-nous toujours de la question du v. 7: «qu'as-tu que tu n'aies reçu?».

De plus, s'enfler ainsi du vent de sa propre importance, c'était désirer autre chose que «Jésus Christ crucifié» (ch. 2 v. 2 1cr 2.1-5), c'était «régner» dès maintenant, alors qu'il est écrit: «si nous persévérons (c'est le présent) nous régnerons aussi avec lui» (2 Tim. 2:12 2tm 2.8-13). Paul de son côté n'avait pas inversé les choses. Il acceptait volontiers de prendre place pour le moment présent avec «les balayures du monde, le rebut de tous»… part dont bien peu de chrétiens savent se contenter. Mais, sachant qu'il y allait de leur vrai bonheur, il supplie ses chers Corinthiens de le suivre dans un tel chemin. Il était leur père spirituel (v. 15) et voulait qu'ils lui ressemblent comme des enfants ressemblent à leur père. Or, si ses avertissements n'étaient pas écoutés, il était prêt, lorsqu'il irait vers eux, à faire usage du «bâton», c'est-à-dire à les corriger sévèrement, devoir paternel dont il s'acquitterait pour le profit de ses «enfants bien-aimés» (v. 14).