1 Corinthiens

1 Corinthiens 3:1-15

Paul condamne la jalousie, les querelles et l'esprit de parti chez les Corinthiens

3 Pour moi, frères, je n'ai pas pu vous parler comme à des [hommes] spirituels, mais comme à des [hommes] charnels1, comme à de petits enfants en Christ.
1 c.-à-d. : faits de chair ; c'est différent de « charnels » au verset 3, qui veut dire : « soumis à la chair ».

2 Je vous ai donné du lait à boire, non de la nourriture solide, car vous ne pouviez pas encore [la supporter]. Et même maintenant encore vous ne le pouvez pas,

3 car vous êtes encore charnels. En effet, puisqu'il y a parmi vous de la jalousie et des querelles, n'êtes-vous pas charnels et ne marchez-vous pas à la manière des hommes ?

4 Car quand l'un dit : « Moi, je suis de Paul ! », et un autre : « Moi, d'Apollos ! », n'êtes-vous pas des hommes ?

5 Qu'est-ce donc qu'Apollos ? Et qu'est-ce que Paul ? Des serviteurs par le moyen desquels vous avez cru, et [qui agissent] selon ce que le Seigneur a accordé à chacun d'eux.

6 Moi, j'ai planté, Apollos a arrosé, mais Dieu a fait croître.

7 De sorte que ce n'est pas celui qui plante qui est quelque chose, ni celui qui arrose, mais c'est Dieu qui fait croître.

8 Or celui qui plante et celui qui arrose ne font qu'un1, mais chacun recevra sa propre récompense selon son propre travail.
1 littéralement : sont un.

Christ, seul fondement de l'Assemblée

9 Car nous sommes collaborateurs de Dieu. Vous êtes le champ de Dieu, l'édifice de Dieu.

10 Selon la grâce de Dieu qui m'a été donnée, comme un sage architecte, j'ai posé le fondement, et un autre édifie dessus. Mais que chacun prenne garde comment il édifie dessus.

11 Car personne ne peut poser d'autre fondement que celui qui est posé, lequel est Jésus Christ.

12 Or si quelqu'un édifie sur ce fondement de l'or, de l'argent, des pierres précieuses, du bois, du foin, de la paille,

13 l'œuvre1 de chacun sera mise en évidence, car le jour2 la fera connaître, parce qu'il est révélé dans le feu ; et l'épreuve du feu montrera ce que vaut l'œuvre de chacun.
1 le travail aussi bien que le résultat du travail ; ici et versets 14, 15. 2 c.-à-d. : le jour du Seigneur où tout sera révélé et jugé ; voir 5:5.

14 Si l'œuvre de quelqu'un — celle qu'il aura édifiée sur le fondement1 — subsiste, il recevra une récompense.
1 littéralement : édifiée dessus.

15 Si l'œuvre de quelqu'un vient à être consumée, il en subira une perte, mais lui-même sera sauvé, toutefois comme au travers d'un feu.

Absorbés par leurs divisions, les Corinthiens n'avaient fait aucun progrès. Ils ressemblaient à de mauvais écoliers se disputant à qui a le maître le plus savant ou la plus belle salle de classe. Paul leur déclare que s'occuper du serviteur plutôt que de son enseignement c'était de l'enfantillage, c'était être encore charnels (v. 3). Que de fois nous confondons la vérité avec celui qui la présente: Si par exemple nous écoutons tel serviteur de Dieu avec le parti-pris qu'il n'a rien à nous apporter, nous recevrons exactement ce que nous avons attendu.

Puis l'apôtre évoque la responsabilité de celui qui édifie. Dans l'œuvre de Dieu, vue comme un champ de culture ou comme un édifice, chaque ouvrier a une activité propre. Il peut apporter des matériaux (c'est-à-dire divers aspects de la vérité): édifier les âmes en leur présentant la justice de Dieu (l'or), la rédemption (l'argent), les gloires variées de Christ (les pierres précieuses). Mais sous l'apparence de beaucoup de volume, il peut aussi construire avec du bois, du foin, du chaume… travail qui ne résistera pas au feu. Oui, «que chacun considère comment» (non pas combien) il édifie sur ce fondement unique et impérissable: Jésus Christ.