2 Timothée

John Nelson Darby

Introduction

La seconde épître à Timothée a un caractère tout particulier: elle est l’expression du cœur de celui qui, en dehors de la Palestine, avait fondé et bâti l’Assemblée de Dieu sur la terre, et qui en voyait la décadence, ainsi que l’abandon qu’elle avait fait des principes sur lesquels Lui-même l’avait fondée. Dieu reste fidèle; son fondement demeure sûr et inébranlable, mais l’œuvre confiée aux mains des hommes s’affaiblissait et se perdait déjà. La conscience de cet état de choses, qui, du reste, se trahit dans la manière dont l’apôtre lui-même était abandonné, opprimait le cœur de celui-ci, et il épanche ce cœur dans le sein de son fidèle Timothée. L’Esprit nous instruit, par ce moyen, quant à cette solennelle vérité, que l’Église n’a pas gardé son premier état, et fait connaître les moyens de sûreté à ceux qui cherchent Dieu et qui désirent lui plaire au milieu d’un pareil état de choses.

L’apôtre Jean donne l’histoire de la décadence et du jugement de l’Assemblée ici-bas, et ensuite celle du monde: il nous montre une vie qui, en dehors de toute question quant à l’état de l’Assemblée, demeure toujours la même, et nous rend capables de jouir de Dieu, étant semblables à Lui dans sa nature et dans son caractère.

Comme témoin, Jean doit demeurer jusqu’à ce que le Seigneur vienne; mais Paul voit, pour lui-même, la ruine de ce qu’il avait bâti et soigné si fidèlement. Il s’était dépensé pour l’Assemblée en accomplissant ce qui restait à souffrir des afflictions du Christ; et il devait voir ce qu’il avait tant aimé, ce qu’il avait soigné comme une mère chérit son nourrisson, ce qu’il avait planté comme la plante de Dieu sur la terre, s’affaiblir quant à son état et à son témoignage dans le monde, s’éloigner de la source de la force, et se corrompre. Douloureuse expérience, mais qui est celle du serviteur de Dieu dans tous les siècles et dans toutes les économies. Le serviteur de Dieu voit bien la puissance de Dieu agir pour planter le témoignage sur la terre, mais il voit les hommes manquer bientôt à ce témoignage; il voit la maison qui forme la demeure du Saint Esprit se lézarder et se dégrader; néanmoins — et nous aimons à le répéter avec l’apôtre — le solide fondement de Dieu demeure à toujours. Quoi qu’il en soit de l’ensemble, l’individu doit toujours s’éloigner de toute iniquité et maintenir à lui seul, s’il est nécessaire, le véritable témoignage du nom du Seigneur. Cette position de témoignage ne peut jamais manquer à l’âme fidèle.

Les consolations de l’apôtre se fondent, en présence du mélange et de la confusion qui commençaient à se montrer dans l’Assemblée, sur ces deux principes, savoir: la fidélité de Dieu et la responsabilité de l’individu; mais il se rappelle aussi la communion et la fidélité de quelques précieuses âmes, et en profite avec joie. Au milieu des afflictions de l’Évangile et de l’abandon de tant de personnes, l’apôtre avait ses Timothée et ses Onésiphore, qui étaient les sceaux de son ministère devant le Seigneur.