Proverbes 23:1-14

Proverbes 23:1-14

23 Quand tu t'assieds pour manger le pain avec un gouverneur, considère bien celui qui est devant toi ;

2 et mets un couteau à ta gorge si tu es gourmand.

3 Ne désire pas ses mets délicats, car c'est un pain trompeur.

4 Ne te fatigue pas pour acquérir des richesses, finis-en avec ton intelligence !

5 Jetteras-tu les yeux sur elles ? Déjà elles ne sont plus ; car certes elles se font des ailes et, comme l'aigle, s'envolent vers les cieux.

6 Ne mange pas le pain de celui qui a l'œil mauvais et ne désire pas ses mets délicats.

7 Car comme il a pensé dans son âme, c'est ainsi qu'il est. « Mange et bois ! » te dira-t-il, mais son cœur n'est pas avec toi.

8 Ton morceau que tu as mangé, tu le vomiras et tu auras perdu tes paroles agréables.

9 Ne parle pas aux oreilles du sot, car il méprisera la sagesse de ton discours.

10 Ne déplace1 pas la borne ancienne et n'entre pas dans les champs des orphelins.
1 littéralement : recule.

11 Car leur rédempteur est fort [et] défendra leur cause contre toi.

12 Applique ton cœur à l'instruction et tes oreilles aux paroles de la connaissance.

13 Ne manque pas de corriger le jeune garçon ; quand tu l'auras frappé avec le bâton, il n'en mourra pas.

14 Tu le frapperas, toi, avec le bâton, mais tu délivreras son âme du Shéol1.
1 Shéol : expression très vague désignant le séjour des âmes séparées du corps.

Les versets 1 à 6 mettent en garde contre les convoitises. Il est aussi dangereux de désirer les friandises des grands de ce monde (verset 3) que celles de l'homme qui a l'œil mauvais (verset 6; Psaume 141:4 fin ps 141.1-4). On est ensuite lié à ceux dont on a recherché la faveur. Leur pain est trompeur. Le profit retiré sur le moment devient plus tard la source de beaucoup de misères. Les soucis sont inévitables quand on poursuit les biens terrestres. La prudence, telle que les hommes la comprennent, les pousse à se fatiguer pour les acquérir. Ils s'imaginent ainsi assurer leur avenir et celui de leurs enfants. Mais c'est un faux calcul! Ces richesses sont fugitives; «... certes elles se font des ailes» (verset 5; comparer Jacques 5. 2 jq 5.1-6); c'est pourquoi la Sagesse enjoint au disciple d'en finir avec sa propre prudence (verset 4). La vraie prudence consiste non à acquérir des richesses mais à employer pour autrui celles de notre Maître (Luc 16:8 lc 16.1-13).

Le verset 13 nous rappelle la négligence de David dans l'éducation de ses enfants (voir 1 Rois 1:6 1r 1.5-6). Une punition corporelle n'entraîne pas la mort. Au contraire, ne jamais y recourir peut avoir une issue fatale (2 Samuel 18:33 2s 18.32-33). Délivrer notre âme du shéol: enjeu capital, en vérité! Oui, appliquons notre cœur à cette instruction (verset 12; comparer ch. 22 v. 15 pv 22.15).