Romains 1:1-17

Romains 1:1-17

Salutation

1 1[De la part de] Paul, esclave du Christ Jésus, apôtre par appel2, mis à part pour l'Évangile3 de Dieu.
1 les versets 1 à 7 forment une seule phrase dans le texte original. 2 c.-à-d. : apôtre par l'appel de Dieu. 3 ou : la bonne nouvelle.

2 1([Cet évangile,] que Dieu2 avait promis auparavant par ses prophètes dans de saintes Écritures,
1 les versets 2 à 6 forment une parenthèse. 2 littéralement : il.

3 concerne son Fils (né de la descendance de David, selon la chair,

4 déterminé Fils de Dieu en puissance selon [l']Esprit1 de sainteté, par [la] résurrection des morts2) Jésus Christ, notre Seigneur.
1 Esprit et esprit ; c.-à-d. : le Saint Esprit lui-même aussi bien que l'état de l'âme caractérisé par sa présence et sa puissance. 2 littéralement : de morts.

5 [C'est] par lui que nous avons reçu grâce et apostolat en vue de [l']obéissance de [la] foi parmi toutes les nations, pour son nom,

6 parmi lesquelles vous êtes, vous aussi, des appelés de Jésus Christ.)1
1 la parenthèse commence au verset 2.

7 À tous les bien-aimés de Dieu qui sont à Rome, saints par appel1 : Grâce et paix à vous, de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus Christ !2
1 c.-à-d. : tels par l'appel de Dieu. 2 les versets 1 à 7 forment une seule phrase dans le texte original.

Désir de Paul d'aller à Rome

8 Tout d'abord, je rends grâces à mon Dieu, par Jésus Christ, pour vous tous, parce que votre foi est proclamée dans le monde entier.

9 Car Dieu, à qui je rends un culte dans mon esprit, dans l'Évangile de son Fils, m'est témoin que je fais sans cesse mention de vous,

10 demandant toujours dans mes prières que, d'une manière ou d'une autre, il me soit enfin accordé par la volonté de Dieu d'aller vers vous.

11 Car je désire ardemment vous voir, afin de vous faire part de quelque don de grâce spirituel pour que vous soyez affermis,

12 c'est-à-dire pour que nous soyons encouragés ensemble au milieu de vous, vous et moi aussi, chacun par la foi qui est dans l'autre.

13 Or je ne veux pas que vous ignoriez, frères, que je me suis souvent proposé d'aller vers vous — et j'en ai été empêché jusqu'à présent — afin de recueillir aussi quelque fruit parmi vous, comme aussi parmi les autres nations.

14 J'ai une dette1 envers les Grecs comme envers les étrangers2, envers les sages comme envers ceux qui ne sont pas intelligents.
1 c.-à-d. : J'ai un devoir à remplir ; voir Actes 9:15 ; 22:15. 2 c.-à-d. : les étrangers à la civilisation grecque.

15 Ainsi, autant qu'il dépend de moi, je suis tout prêt à vous annoncer l'Évangile1, à vous aussi qui êtes à Rome.
1 proprement : la bonne nouvelle.

L'évangile, puissance de Dieu, révèle sa justice

16 En effet, je n'ai pas honte de l'Évangile, car il est [la] puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit, d'abord du Juif, puis du Grec.

17 Car [la] justice de Dieu y est révélée sur la base de la foi [et] pour la foi1, ainsi qu'il est écrit : « Or le juste vivra par la foi. »2
1 ou : à partir de la foi [et] en vue de la foi ; littéralement : à partir de foi vers foi. 2 Habakuk 2:4.

Les épîtres sont des lettres adressées par les apôtres à des assemblées ou à des croyants et dans lesquelles nous trouvons exposées les vérités chrétiennes. Celle aux Romains, bien qu'écrite après d'autres, a été à juste titre placée la première. Car son sujet, c'est l'évangile. Et avant de recevoir un enseignement chrétien, il faut commencer par devenir chrétien. Ami lecteur, cette occasion vous est donnée, si vous ne l'avez pas encore saisie. Demandez au Seigneur qu’Il touche votre cœur et votre conscience par le pouvoir de la seule Parole et l'autorité de l'évangile, «puissance de Dieu en salut à quiconque croit» (v. 16).

Cette lettre a été écrite bien avant le voyage dramatique raconté à la fin des Actes. Paul n'avait donc encore jamais vu les Romains. Mais — ce qui est la condition d'un service utile — il est plein d'amour pour eux et avant tout pour Celui dont il va leur parler: Jésus Christ. Son Nom remplit les premiers versets. N'est-Il pas en effet la substance de l'Évangile, le fondement de toute relation entre Dieu et l'homme? D’autre part le fait que Paul était prêt à annoncer l’Évangile à ceux qu’il appelle pourtant déjà des bien-aimés et des saints (v. 15, 7) nous confirme que cette bonne nouvelle de l’Évangile ne se limite pas au simple pardon des péchés. Il contient toute la vérité en Christ.