Actes 9:23-43

Actes 9:23-43

Complot contre Saul

23 Et bien des jours s'étant écoulés, les Juifs décidèrent ensemble de le tuer.

24 Mais leur complot fut connu de Saul. Et ils surveillaient aussi les portes [de la ville], jour et nuit, afin de le tuer.

25 Mais les disciples, l'ayant pris de nuit, le firent descendre le long de la muraille dans une corbeille.

Saul à Jérusalem

26 Et étant arrivé à Jérusalem, il cherchait à se joindre aux disciples ; mais tous le craignaient, ne croyant pas qu'il soit un disciple.

27 Alors Barnabas, l'ayant pris, l'amena aux apôtres et leur raconta comment, sur le chemin, Saul1 avait vu le Seigneur, et qu'il lui avait parlé, et comment, à Damas, il avait parlé avec assurance au nom de Jésus.
1 littéralement : il.

28 Dès lors il était avec eux à Jérusalem, allant et venant, et parlant avec assurance au nom du Seigneur.

29 Et il parlait et discutait avec les Hellénistes ; mais eux cherchaient à le faire mourir.

30 Mais les frères, l'ayant su, le firent descendre à Césarée et l'envoyèrent à Tarse.

31 Et ainsi l'Assemblée, dans toute la Judée et la Galilée et la Samarie, était en paix, étant édifiée et marchant dans la crainte du Seigneur. Et elle se multipliait par l'encouragement du Saint Esprit.

Guérison d'Énée

32 Or il arriva, comme Pierre parcourait toutes [ces régions], qu'il descendit aussi chez les saints qui habitaient à Lydde.

33 Et il trouva là un homme nommé Énée qui, depuis huit ans, était couché sur un brancard, [car] il était paralysé.

34 Alors Pierre lui dit : « Énée ! Jésus Christ te guérit. Lève-toi et fais ton propre lit ! » Et aussitôt il se leva.

35 Et tous ceux qui habitaient à Lydde et au Saron le virent et se tournèrent vers le Seigneur.

Résurrection de Dorcas

36 Or il y avait à Joppé une certaine [femme qui était] disciple, nommée Tabitha — ce qui, traduit, signifie Dorcas1. Elle abondait2 en bonnes œuvres et en aumônes qu'elle faisait.
1 Dorcas : gazelle ; Tabitha est le nom juif, Dorcas est le nom grec. 2 littéralement : Elle était pleine.

37 Mais il arriva en ces jours-là, qu'étant tombée malade, elle mourut. Et l'ayant lavée, ils la déposèrent dans une pièce à l'étage.

38 Or comme Lydde est près de Joppé, les disciples, ayant appris que Pierre était dans cette ville1, envoyèrent vers lui deux hommes, le suppliant, [en disant] : « Ne tarde pas à venir jusqu'à nous ! »
1 littéralement : en elle.

39 Et Pierre, s'étant levé, s'en alla avec eux. Et quand il fut arrivé, ils le conduisirent dans la pièce à l'étage. Et toutes les veuves se tinrent auprès de lui en pleurant et en montrant les tuniques et les vêtements que faisait Dorcas quand elle était avec elles.

40 Mais Pierre les fit tous sortir et, s'étant mis à genoux, il pria. Puis, se tournant vers le corps, il dit : « Tabitha, lève-toi ! » Et elle ouvrit les yeux et, ayant vu Pierre, elle s'assit.

41 Et lui ayant donné la main, il la fit lever. Puis ayant appelé les saints et les veuves, il la [leur] présenta vivante.

42 Et cela fut connu dans tout Joppé et beaucoup crurent au Seigneur.

43 Et il arriva qu'il resta bien des jours à Joppé, chez un certain Simon, un tanneur.

Aussitôt converti, Saul s'est mis à prêcher le nom qu'il avait tant combattu jusque là (v. 20 ac 9.15-22). Cependant bien des années vont encore être nécessaires pour le préparer au ministère qui sera le sien d'après le v. 15 ac 9.15-22. Jeunes croyants, n'attendez pas d'avoir beaucoup de connaissance pour parler à d'autres du Seigneur Jésus. Mais en même temps ne pensez pas qu'il suffise d'être sauvé pour entreprendre immédiatement n'importe quel service. Il a fallu à Paul un temps de retraite en Arabie (Gal. 1:17 gl 1.15-19), puis une nouvelle période d'effacement à Tarse (v. 30; Act. 11:25 ac 11.22-26), avant d'être appelé à porter l'évangile aux nations en compagnie de Barnabas. Ce n'est que 14 ans après sa conversion que les autres apôtres lui donnèrent «la main d'association» pour l'œuvre parmi les nations. Quatre beaux traits signalent les assemblées dans ces temps du commencement: la paix, l'édification, une sainte crainte, enfin des progrès dus à l'action du divin «Consolateur» (v. 31). Le Saint Esprit est toujours avec nous pour nous faire réaliser ces caractères.

Le chapitre se termine sur la guérison d'Énée et la résurrection de Dorcas: deux miracles, accomplis par Pierre, qui sont le moyen d'amener des âmes au Seigneur et de faire jouir les disciples de l'encouragement du Saint Esprit.