Jean 17:1-13

Jean 17:1-13

La prière sacerdotale
Jésus demande à être glorifié

17 Jésus dit ces choses puis, levant les yeux vers le ciel, il dit : « Père, l'heure est venue. Glorifie ton Fils afin que ton1 Fils te glorifie,
1 plusieurs manuscrits portent : le.

2 et que, comme tu lui as donné autorité1 sur toute chair, il donne la vie éternelle à tous ceux2 que tu lui as donnés.
1 ou : pouvoir ; la puissance avec le droit de l'exercer. 2 littéralement : à eux, à tout ce.

3 Or la vie éternelle, c'est qu'ils te connaissent, [toi] le seul vrai Dieu et celui que tu as envoyé, Jésus Christ.

4 Moi, je t'ai glorifié sur la terre, j'ai achevé l'œuvre que tu m'as donnée à faire.

5 Et maintenant, glorifie-moi, toi, Père, auprès de toi-même, de la gloire que j'avais auprès de toi avant que le monde n'existe1.
1 littéralement : soit.

La prière sacerdotale
Relation de Jésus avec ses disciples

6 « J'ai manifesté ton nom aux hommes que tu m'as donnés du monde. Ils étaient à toi et tu me les as donnés et ils ont gardé ta Parole.

7 Maintenant, ils savent que tout ce que tu m'as donné vient1 de toi.
1 littéralement : est.

8 Car les paroles1 que tu m'as données, je les leur ai données et ils les ont reçues. Et ils ont vraiment connu que je suis sorti d'auprès de toi et ils ont cru que toi, tu m'as envoyé.
1 proprement : les choses dites, les communications divines.

La prière sacerdotale
Ceux pour lesquels Jésus prie

9 « Moi, je fais des demandes pour eux. Je ne fais pas de demandes pour le monde, mais pour ceux que tu m'as donnés, parce qu'ils sont à toi

10 — et tout ce qui est à moi est à toi et ce qui est à toi est à moi — et je suis glorifié en eux.

11 Or je ne suis plus dans le monde, mais eux sont dans le monde et moi, je viens à toi. Père saint, garde-les en ton nom que tu m'as donné, afin qu'ils soient un comme nous.

12 Quand j'étais avec eux, moi, je les gardais en ton nom que tu m'as donné. Et je [les] ai protégés et aucun d'eux n'a été perdu, sinon le fils de perdition, afin que l'Écriture soit accomplie.

13 Et maintenant, je viens à toi et je dis ces choses dans le monde afin qu'ils aient ma joie en eux-mêmes, [une joie] complète.

Ayant fait à ses chers disciples ses dernières recommandations et ses adieux, Jésus se tourne vers son Père. Lui qui n'a jamais rien revendiqué pour Lui-même demande maintenant la gloire. Car il y va de la gloire de Dieu, le «Père juste» (v. 25 j 17.24-26), d'honorer, en le glorifiant, le Fils obéissant.

Comme un messager fidèle, Jésus rend compte de sa mission accomplie ici-bas (v. 4). Un des côtés de cette œuvre avait été de parler du Père aux siens (v. 6 et 26 j 17.24-26). Maintenant Il parle des siens au Père pour les Lui confier puisque Lui-même va les quitter. Et ses arguments sont infiniment touchants: «Ils ont gardé ta parole… ils ont cru que toi tu m'as envoyé», dit-Il (autrement dit: ils ont de l’amour pour moi — ch. 14 v. 23 j 14.23-24), alors que nous savons combien était faible la foi des pauvres disciples (v. 6 à 8; comp. ch. 14 v. 9 j 14.8-11). — D'ailleurs «ils sont à toi…» (v. 9) continue le Seigneur — comment les abandonnerais-tu?

«Je suis glorifié en eux», ajoute-t-Il, faisant appel à l'intérêt que le Père porte à la gloire du Fils.

Enfin, Il souligne la situation difficile de ses rachetés qui sont dans un monde si dangereux et éprouvant pour la foi, monde que lui-même ne connaît que trop bien. Oui, c'est en parfait intercesseur que Jésus plaide la cause de ses disciples… et aujourd'hui la nôtre.