Jean 16:19-33

Jean 16:19-33

19 Jésus savait qu'ils voulaient l'interroger et il leur dit : « Vous cherchez entre vous [le sens de] ce que j'ai dit : "[Encore] un peu de temps et vous ne me verrez pas, et encore un peu de temps et vous me verrez" ?

20 En vérité, en vérité, je vous dis que vous, vous pleurerez et vous vous lamenterez et le monde se réjouira. Vous, vous serez dans la tristesse, mais votre tristesse sera changée en joie.

21 La femme, quand elle accouche, a de la tristesse parce que son heure est venue. Mais après qu'elle a donné naissance à l'enfant, elle ne se souvient plus de l'angoisse à cause de la joie qu'elle a de ce qu'un homme est né dans le monde.

22 Alors vous aussi, vous avez maintenant de la tristesse ; mais je vous reverrai et votre cœur se réjouira et personne ne vous enlèvera1 votre joie.
1 littéralement : enlève.

Les disciples en relation avec le Père

23 « Et en ce jour-là, vous ne me ferez plus de demandes. En vérité, en vérité, je vous [le] dis, [tout] ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donnera.

24 Jusqu'à présent, vous n'avez rien demandé en mon nom. Demandez et vous recevrez, afin que votre joie soit complète.

25 Je vous ai dit ces choses au moyen de comparaisons. L'heure vient où je ne vous parlerai plus au moyen de comparaisons, mais je vous parlerai ouvertement du Père.

26 En ce jour-là, vous demanderez en mon nom, mais je ne vous dis pas que moi, je prierai le Père pour vous.

27 Car le Père lui-même vous aime, parce que vous, vous m'avez aimé et que vous avez cru que moi, je suis sorti d'auprès de Dieu.

28 Je suis sorti d'auprès du Père et je suis venu dans le monde. De nouveau je laisse le monde et je vais vers le Père. »

29 Ses disciples1 disent : « Voici, maintenant tu parles ouvertement et tu n'emploies plus de comparaisons.
1 plusieurs manuscrits ajoutent : lui.

30 Maintenant nous savons que tu sais toutes choses et que tu n'as pas besoin que quelqu'un te fasse des demandes. À cause de cela, nous croyons que tu es sorti de Dieu. »

31 Jésus leur répondit : « Vous croyez maintenant ?

32 Voici, l'heure vient, et elle est arrivée, où vous serez dispersés chacun chez soi et où vous me laisserez seul. Mais je ne suis pas seul, car le Père est avec moi.

33 Je vous ai dit ces choses afin qu'en moi vous ayez la paix. Vous aurez1 à souffrir dans le monde, mais ayez bon courage, moi, j'ai vaincu le monde. »
1 littéralement : avez.

Les disciples vont connaître la tristesse de la séparation. Mais Jésus les console par avance en leur parlant de la joie qui les attend lorsqu'ils le reverront après sa résurrection (ch. 20 v. 20 j 20.19-23). Que de motifs possède le croyant pour se réjouir:

  • l'espérance du retour du Seigneur (comp. v. 22);
  • l'obéissance à ses commandements (ch. 15 v. 10, 11 j 15.9-12 (avons-nous fait l'expérience du bonheur qu'elle procure?);
  • la dépendance et la réponse à nos prières (v. 24);
  • les révélations du Seigneur dans Sa Parole (ch. 17 v. 13 j 17.11-17);
  • la communion avec le Père et le Fils (1 Jean 1:3, 4 1j 1.1-4).

Telles sont les sources inépuisables d'une «joie complète».

Pourquoi Jésus préfère-t-Il ne pas dire aux siens qu'Il fera des demandes au Père pour eux (v. 26), alors que tel sera justement l'objet de tout le chapitre suivant? Parce que, bien loin de revendiquer pour Lui seul les affections des disciples, sa grande pensée est de les mettre en relation directe avec le Père. Le Seigneur ne promet pas aux siens une vie sans épreuve ni la paix autour d’eux, mais ils l’auront en eux. Il conclut donc: «Ayez bon courage». Le monde, notre ennemi commun, est fort, mais moi je l'ai vaincu.

Et c’est par la foi en sa victoire que nous le vaincrons nous aussi (1 Jean 4:4 1j 4.1-6).