Jean 12:20-36

Jean 12:20-36

Quelques grecs demandent à voir Jésus

20 Or il y avait quelques Grecs parmi ceux qui étaient montés pour adorer1 pendant la fête.
1 traduit d'ordinaire par : se prosterner.

21 Alors ceux-ci s'approchèrent de Philippe qui était de Bethsaïda en Galilée et lui firent cette demande, en disant : « Seigneur1, nous voulons voir Jésus. »
1 plutôt : Monsieur.

22 Philippe vient le dire à André, [puis] André et Philippe viennent le dire à Jésus.

23 Et Jésus leur répondit, en disant : « L'heure est venue pour que le Fils de l'homme soit glorifié.

24 En vérité, en vérité, je vous [le] dis, si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s'il meurt, il porte du fruit en abondance.

25 Celui qui aime sa vie la perdra et celui qui déteste sa vie dans ce monde la conservera pour la vie éternelle.

26 Si quelqu'un me sert, qu'il me suive, et là où moi, je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu'un me sert, le Père l'honorera.

Jésus parle de sa mort

27 « Maintenant, mon âme est troublée, et que dirai-je ? Père, délivre-moi de cette heure ! Mais c'est pour cela, pour cette heure, que je suis venu.

28 Père, glorifie ton nom ! » Il vint alors une voix du ciel : « Et je l'ai glorifié et je le glorifierai de nouveau. »

29 La foule donc qui se tenait là et qui avait entendu, dit qu'un coup de tonnerre avait eu lieu. D'autres disaient : « Un ange lui a parlé. »

30 Jésus répondit et dit : « Cette voix n'est pas venue pour moi, mais pour vous.

31 C'est maintenant qu'est le jugement de ce monde ; c'est maintenant que le prince de ce monde va être jeté dehors.

32 Et moi, quand je serai élevé de la terre, j'attirerai tous [les hommes] à moi. »

33 Or il disait cela pour indiquer de quelle mort il allait mourir.

34 La foule donc lui répondit : « Nous, nous avons appris par1 la Loi que le Christ vit éternellement. Et comment, toi, dis-tu qu'il faut que le Fils de l'homme soit élevé ? Qui est ce Fils de l'homme ? »
1 littéralement : entendu de.

35 Jésus leur dit alors : « Pour peu de temps encore la lumière est au milieu de vous. Marchez pendant que vous avez la lumière, afin que les ténèbres ne s'emparent pas de vous. Mais celui qui marche dans les ténèbres ne sait pas où il va.

36 Pendant que vous avez la lumière, croyez en la lumière, afin que vous deveniez des fils de lumière. » Jésus dit ces choses et, s'en étant allé, il se cacha loin d'eux.

On a retrouvé dans d'anciens tombeaux égyptiens du blé vieux de milliers d'années, qui était encore capable de germer. Cependant, quel que soit le temps écoulé, et même conservé dans le plus précieux des vases, ce grain ne pouvait s'y multiplier. Pour que des épis jaillissent, chargés d'autres grains semblables à la semence, il fallait que celle-ci soit placée dans la terre, soit sacrifiée. C'est la figure que Jésus emploie pour parler de sa mort. Le désir de le voir, exprimé par des Grecs, a porté ses pensées sur les conséquences merveilleuses de sa croix:

  •  la bénédiction des nations sous la domination universelle du Fils de l'homme,
  • beaucoup de fruit (v. 24 fin),
  • le jugement de Satan (v. 31),
  • tous les hommes attirés à Lui-même (v. 32).

Mais ce que cette heure comporte de souffrances pour Lui passe aussi devant son âme sainte. Et Il se tourne vers Dieu qui Lui répond du ciel par la promesse de la résurrection (v. 28).

Pour le peuple juif, c'était le crépuscule. La lumière allait disparaître à l'horizon: Jésus allait les quitter (v. 35; Jér. 13:16 jr 13.15-17). Le jour actuel de la grâce s'achève lui aussi. Le moment vient où il ne sera plus possible de croire (comp. v. 40 j 12.37-41). Il y a eu pour Jésus un solennel «maintenant» (v. 27, 31). Pour nous, maintenant est le temps de croire en Lui.