Luc 13:6-21

Luc 13:6-21

Parabole du figuier inutile

6 Et il disait cette parabole : « Quelqu'un avait un figuier planté dans sa vigne. Et il vint y chercher du fruit, mais il n'en trouva pas.

7 Alors il dit au vigneron : "Voici 3 ans que je viens chercher du fruit sur ce figuier et je n'en trouve pas. Coupe-le [donc] ! Pourquoi épuise-t-il encore1 la terre ?"
1 ou : occupe-t-il encore inutilement.

8 Et répondant, il lui dit : "Maître, laisse-le encore cette année, le temps que1 je creuse tout autour et que j'y mette du fumier.
1 littéralement : jusqu'à ce que.

9 Et peut-être portera-t-il du fruit à l'avenir ; et sinon, alors tu le couperas." »

Guérison d'une infirme un jour de sabbat

10 Or il enseignait dans l'une des synagogues le [jour du] sabbat.

11 Et voici, [il y avait là] une femme ayant depuis 18 ans un esprit qui la rendait infirme. Et elle était courbée et ne pouvait pas se redresser complètement.

12 Et Jésus, l'ayant vue, l'appela et lui dit : « Femme, tu es délivrée de ton infirmité. »

13 Puis il posa les mains sur elle et, à l'instant, elle fut redressée et glorifiait Dieu.

14 Or le chef de synagogue, indigné de ce que Jésus avait guéri le [jour du] sabbat, répondant, dit à la foule : « Il y a 6 jours où il faut travailler ; venez donc ces jours-là et soyez guéris, et non le jour du sabbat. »

15 Mais le Seigneur lui répondit et dit : « Hypocrites ! Chacun de vous ne détache-t-il pas de la mangeoire son bœuf ou son âne le [jour du] sabbat pour le mener boire ?

16 Et celle-ci qui est fille d'Abraham, laquelle Satan avait liée voici 18 ans, ne fallait-il pas la délier de ce lien le jour du sabbat ? »

17 Et comme il disait ces choses, tous ses adversaires furent couverts de honte. Mais toute la foule se réjouissait de toutes les choses glorieuses qui étaient faites par lui.

Paraboles de la graine de moutarde et du levain

18 Il disait donc : « À quoi est semblable le royaume de Dieu et à quoi le comparerai-je ?

19 Il est semblable à une graine de moutarde qu'un homme prit et jeta dans son jardin. Et elle grandit, et devint un1 arbre, et les oiseaux du ciel s'abritaient dans ses branches. »
1 plusieurs manuscrits ajoutent : grand.

20 Puis il dit encore : « À quoi comparerai-je le royaume de Dieu ?

21 Il est semblable à du levain qu'une femme prit et cacha parmi 3 mesures de farine, jusqu'à ce que tout soit levé. »

L'histoire d'Israël racontée par le figuier stérile est en même temps celle de l'humanité tout entière. Dieu a tout essayé pour tirer quelque bien de sa créature. Hélas! L'homme dans la chair, en dépit de ses prétentions religieuses (de belles feuilles) est incapable de porter le moindre fruit pour Dieu. Il occupe donc inutilement la terre et doit être jugé.

Poursuivant son ministère de grâce, Jésus guérit une pauvre femme infirme. Elle était courbée, comme nous risquons de l’être spirituellement quand nos regards sont tournés vers les choses de la terre ou que nous nous obstinons à porter des fardeaux dont le Seigneur veut se charger pour nous. Mais «Il relève ceux qui sont courbés» et veut nous faire «marcher la tête haute» (Ps. 146:8 ps 146.5-10; Lév. 26:13 lv 26.13).

De nouveau ce miracle en un jour de sabbat sert de prétexte à ses adversaires hypocrites. Mais sa réponse les couvre de honte et les rappelle à leurs devoirs d'amour envers une sœur, fille d'Abraham.

Les deux petites paraboles qui suivent décrivent le grand développement visible que le christianisme était appelé à prendre ici-bas, tout en étant pénétré intérieurement par le levain des fausses doctrines. Le grand arbre de la chrétienté subira finalement le même sort que le figuier d'Israël (v. 9).