Luc 12:13-31

Luc 12:13-31

Parabole du riche insensé

13 Et quelqu'un lui dit [du milieu] de la foule : « Maître1, dis à mon frère de partager l'héritage avec moi. »
1 maître : celui qui enseigne.

14 Mais il lui dit : « [Ô] homme, qui m'a établi sur vous [pour être votre] juge ou pour faire vos partages ? »

15 Puis il leur dit : « Faites attention1 et gardez-vous de toute avidité. Car même si quelqu'un est dans l'abondance, sa vie ne dépend pas de ses biens. »
1 littéralement : Voyez.

16 Alors il leur adressa une parabole, en disant : « Le domaine d'un homme riche avait beaucoup rapporté.

17 Et il réfléchissait en lui-même, en disant : "Que dois-je faire ? Car je n'ai pas [de place] où je pourrais rassembler mes récoltes1."
1 littéralement : mes fruits.

18 Alors il dit : "Voici ce que je ferai : j'abattrai mes greniers et j'en construirai de plus grands et j'y rassemblerai tout mon blé et mes biens.

19 Et je dirai à mon âme : [Mon] âme, tu as beaucoup de biens rassemblés pour beaucoup d'années ; repose-toi, mange, bois, réjouis-toi !"

20 Mais Dieu lui dit : "Insensé ! Cette nuit même, ton âme te sera redemandée ; et les choses que tu as préparées, à qui seront-elles ?"

21 Il en est ainsi de celui qui amasse [des richesses] pour lui-même et qui n'est pas riche par rapport à Dieu. »

Mettre sa confiance en Dieu

22 Puis il dit à [ses] disciples : « C'est pourquoi je vous dis : Ne vous inquiétez pas pour la vie, de ce que vous mangerez, ni pour le corps, de ce dont vous serez habillés.

23 Car la vie est plus que la nourriture et le corps plus que le vêtement.

24 Considérez les corbeaux : ils1 ne sèment pas et ne moissonnent pas, et ils n'ont pas de cellier ni de grenier, et Dieu les nourrit. Combien plus valez-vous que les oiseaux !
1 ou : car ils.

25 Et qui d'entre vous, par ses inquiétudes, peut ajouter une coudée à sa taille1 ?
1 ou : à son âge.

26 Si donc vous ne pouvez pas même ce qui est très petit, pourquoi vous inquiétez-vous du reste ?

27 Considérez les lis, comment ils poussent : ils ne travaillent pas et ne filent pas ; cependant, je vous dis que même Salomon, dans toute sa gloire, n'était pas habillé comme l'un d'eux.

28 Et si Dieu habille ainsi l'herbe qui est aujourd'hui dans un champ et qui demain sera jetée au four, combien plus [le fera-t-il] pour vous, gens de petite foi ?

29 Et vous, ne cherchez pas ce que vous mangerez ou ce que vous boirez, et ne soyez pas inquiets.

30 Car les nations du monde recherchent toutes ces choses, et votre Père sait que vous avez besoin de ces choses.

31 Mais cherchez son royaume, et ces choses vous seront données en plus.

Le Seigneur est interpellé par quelqu'un de la foule au sujet d'une question d'héritage. Il en profite pour mettre à nu la racine de ces contestations: l'avidité. «Car c'est une racine de toutes sortes de maux que l'amour de l'argent» (1 Tim. 6:10 1tm 6.6-12). La parabole du riche et de ses greniers devenant trop petits, illustre cette passion d'amasser. Accumuler, calculer et faire des projets à long terme, on couvre volontiers cela du nom de prévoyance. Eh bien! C'est au contraire la suprême imprévoyance, car c'est négliger et tromper ce qu'on a de plus précieux: son âme! Dans sa folie, le riche avait cru satisfaire la sienne en lui offrant «beaucoup de biens» (v. 19). Mais à l'âme impérissable il faut une autre nourriture. Oui, «insensé» est le nom que Dieu donne à cet homme (comp. Jér. 17:11 fin jr 17.9-11). Sur combien de tombes cette épitaphe pourrait-elle être inscrite (Ps. 52:9 ps 52.1-11)?

En contraste, Jésus apprend aux siens que la vraie prévoyance consiste à mettre sa confiance en Dieu. Toute inquiétude au sujet de nos besoins journaliers est réglée par cette affirmation: «Votre Père sait que vous avez besoin de ces choses» (v. 30). Si nous faisons passer d'abord Son royaume et Ses intérêts, Lui se chargera entièrement des nôtres.