Luc 9:18-36

Luc 9:18-36

Pierre déclare que Jésus est le Christ – Jésus annonce une première fois sa mort et sa résurrection

18 Et il arriva, comme il priait à l'écart, que ses disciples étaient avec lui. Et il les interrogea, en disant : « Qui disent les foules que je suis ? »

19 Et répondant ils dirent : « "Jean le Baptiseur" et d'autres : "Élie" et d'autres : "Un des anciens prophètes est ressuscité". »

20 Et il leur dit : « Mais vous, qui dites-vous que je suis ? » Et Pierre, répondant, dit : « Le Christ de Dieu ! »

21 Alors, s'adressant à eux avec force, il leur commanda de ne dire cela à personne,

22 en disant : « Il faut que le Fils de l'homme souffre beaucoup, et qu'il soit rejeté des anciens et des principaux sacrificateurs et des scribes, et qu'il soit mis à mort, et qu'il soit ressuscité le troisième jour. »

Comment suivre Jésus

23 Et il disait à tous : « Si quelqu'un veut venir à ma suite1, qu'il renonce à lui-même et qu'il porte sa croix chaque jour et me suive.
1 littéralement : derrière moi.

24 Car celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui perdra sa vie à cause de moi, celui-là la sauvera.

25 En effet, quel profit y aura-t-il pour un homme de gagner le monde entier s'il se détruit lui-même ou se cause lui-même des dommages ?

26 Car celui qui aura honte de moi et de mes paroles, le Fils de l'homme aura honte de lui quand il viendra dans sa gloire et dans celle du Père et des saints anges.

27 Et vraiment, je vous [le] dis, parmi ceux qui se tiennent ici, il y en a quelques-uns qui ne feront certainement pas l'expérience de la mort avant d'avoir vu le royaume de Dieu. »

La transfiguration

28 Et il arriva, environ huit jours après ces paroles, qu'il prit avec [lui] Pierre et Jean et Jacques, et qu'il monta sur la montagne1 pour prier.
1 la montagne, en contraste avec la plaine.

29 Et il arriva, comme il priait, que l'apparence de son visage devint tout autre et que son vêtement devint blanc, brillant comme un éclair.

30 Et voici, deux hommes, qui étaient Moïse et Élie, parlaient avec lui,

31 lesquels, apparaissant en gloire, parlaient de sa mort1 qui allait s'accomplir à Jérusalem.
1 littéralement : sa sortie ; ou : son départ.

32 Mais Pierre et ceux qui étaient avec lui étaient accablés de sommeil. Et quand ils furent réveillés, ils virent sa gloire et les deux hommes qui se tenaient près de lui.

33 Et il arriva, comme ils se séparaient de lui, que Pierre dit à Jésus : « Maître1, il est bon que nous soyons ici. Alors faisons trois tentes, une pour toi et une pour Moïse et une pour Élie. » Il ne savait pas ce qu'il disait.
1 maître : celui qui est au-dessus des autres.

34 Et comme il disait ces choses, une nuée vint et les couvrit1. Et ils eurent peur, tandis qu'ils entraient dans la nuée.
1 littéralement : couvrir d'ombre ; comme en Exode 40:34-35.

35 Et il y eut une voix venant de la nuée, qui dit : « Celui-ci est mon Fils, l'Élu1 ; écoutez-le. »
1 voir Ésaïe 42:1 ; plusieurs manuscrits portent : mon Fils bien-aimé.

36 Or quand la voix se fit entendre, Jésus se trouva seul. Et eux gardèrent le silence et ne rapportèrent en ces jours-là à personne aucune des choses qu'ils avaient vues.

Les foules considèrent Jésus comme un prophète, et non comme le Christ, le Fils de Dieu (v. 19). C'est ce qui conduit le Seigneur à parler de son chemin de réjection et de souffrances où Il invite les siens à Le suivre. Ce chemin implique le renoncement non pas simplement à telle ou telle chose, mais à soi-même, à toute volonté propre. Vis-à-vis du monde et de ses convoitises, les chrétiens sont morts (Gal. 6:14 gl 6.11-16), mais ils sont vivants pour Dieu et pour le ciel. En revanche, ceux qui veulent vivre leur vie ici-bas ont devant eux la mort éternelle. L'enjeu de ce choix capital, c'est notre âme; elle a plus de prix que le monde tout entier.

En même temps qu'Il ouvre ce difficile chemin de la croix, le Seigneur, pour encourager les siens, désire leur montrer où il se termine: dans la gloire avec Lui. Et quel est là-haut le grand sujet d'entretien? La mort du Seigneur Jésus. Il en parle avec Moïse et Élie, n'ayant pu le faire avec ses disciples (v. 22; Matt. 16:21, 22 mt 16.21-23). Mais quelque grands que soient ces témoins de l'Ancien Testament, ils doivent s'effacer devant la gloire du «Fils bien-aimé». La Loi et les prophètes ont pris fin; dorénavant Dieu parle dans le Fils. Écoutons-Le (v. 35; Héb. 1:2 hb 1.1-4)!