Luc 8:1-15

Luc 8:1-15

Beaucoup de femmes se tenaient auprès de Jésus et l'assistaient de leurs biens

8 Et il arriva, par la suite, qu'il traversait villes et villages, prêchant et annonçant la bonne nouvelle du royaume de Dieu. Et les Douze [étaient] avec lui,

2 ainsi que quelques femmes qui avaient été guéries d'esprits mauvais et d'infirmités : Marie, qu'on appelait Magdeleine1, de qui étaient sortis sept démons,
1 ou : de Magdala.

3 et Jeanne, femme de Chuzas, intendant d'Hérode, et Susanne, et beaucoup d'autres, qui l'assistaient1 de leurs biens.
1 littéralement : le servaient.

La parabole du semeur

4 Et comme une grande foule se rassemblait et qu'on venait à lui de toutes les villes, il dit en parabole :

5 « Le semeur sortit pour semer sa semence. Et comme il semait, quelques [grains] tombèrent au bord du chemin. Et ils furent piétinés et les oiseaux du ciel mangèrent tout1.
1 littéralement : les dévorèrent.

6 Et d'autres tombèrent sur la roche. Et ayant levé, ils se desséchèrent parce qu'ils n'avaient pas d'humidité.

7 Et d'autres tombèrent au milieu des ronces. Et les ronces levèrent avec eux et les étouffèrent.

8 Et d'autres tombèrent dans la bonne terre. Et ils levèrent et produisirent du fruit au centuple. » En disant ces choses, il s'écriait : « Celui qui a des oreilles pour entendre, qu'il entende ! »

9 Et ses disciples lui demandèrent ce que pouvait signifier cette parabole.

10 Alors il dit : « À vous il est donné de connaître les mystères du royaume de Dieu, mais pour les autres, [c'est] en paraboles, afin que voyant ils ne voient pas et qu'entendant ils ne comprennent pas.

11 Or voici [le sens de] la parabole : La semence est la parole de Dieu.

12 Et ceux qui sont au bord du chemin sont ceux qui entendent [la Parole]. Ensuite vient le Diable et il enlève de leur cœur la Parole, de peur qu'ils ne croient et ne soient sauvés.

13 Et ceux qui sont sur la roche sont ceux qui, lorsqu'ils entendent la Parole, la reçoivent avec joie. Mais ceux-ci n'ont pas de racines, ils ne croient que pour un temps et, au moment de l'épreuve, ils se retirent.

14 Et ce qui est tombé parmi les ronces, ce sont ceux qui, ayant entendu [la Parole] et poursuivant leur chemin, sont étouffés par les soucis et les richesses et les plaisirs de la vie1, et ils ne portent pas de fruit à maturité.
1 la vie comme telle dans ce monde.

15 Mais ce qui est [tombé] dans la bonne terre, ce sont ceux qui, ayant entendu la Parole, la retiennent dans un cœur honnête et bon, et portent du fruit avec persévérance.

Avec les disciples, quelques femmes dévouées suivaient le Seigneur et «l'assistaient de leurs biens». Ce qu'elles ont fait pour Jésus est mentionné à la suite de ce que Lui a d'abord fait pour elles (v. 2).

Les v. 4 à 15 contiennent la parabole du Semeur et son explication. Trois choses amènent la stérilité du sol: les oiseaux, figure du diable (v. 12), le roc, image ici du cœur aride, impénétrable à toute action profonde et durable, les épines enfin, qui nous parlent du monde avec ses préoccupations, ses richesses et ses plaisirs (v. 14). Cependant le meilleur des terrains doit d'abord être labouré. Opération pénible! Le sol est brisé, remué, retourné, rendu ainsi propre à laisser pénétrer et germer la semence. C'est ainsi que Dieu opère (souvent par des épreuves) dans la conscience de ceux qui vont recevoir la Parole.

Mais ce travail ne se fait pas dans les trois premiers terrains. Il est inutile de labourer dans un chemin continuellement piétiné et c'est chose impossible sur le rocher. Quant aux épines, un défrichage est d'abord nécessaire et les racines du monde dans un cœur sont souvent profondément enfoncées.

Entendre la Parole caractérise tous les sols. La retenir et porter du fruit avec patience est le propre de la bonne terre (v. 15).