Luc 3:1-14

Luc 3:1-14

Prédication de Jean le Baptiseur

3 Or, dans la 15e année du règne de Tibère César, Ponce Pilate étant gouverneur de la Judée et Hérode tétrarque1 de la Galilée, et son frère Philippe tétrarque de l'Iturée et du territoire de la Trachonitide, et Lysanias tétrarque de l'Abilène,
1 tétrarque : titre donné par les Romains aux princes de moins grande importance que les rois. À l'origine, ils gouvernaient le quart d'une région donnée.

2 du temps des souverains sacrificateurs Anne et Caïphe, la parole de Dieu fut adressée à Jean, le fils de Zacharie, dans le désert.

3 Et il alla dans tout la région des environs du Jourdain, prêchant le baptême de repentance pour la rémission des péchés,

4 comme il est écrit dans le livre des paroles d'Ésaïe le prophète : « Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du °Seigneur, aplanissez1 ses sentiers !
1 ou : faites droits.

5 Toute vallée sera comblée, et toute montagne et toute colline seront abaissées, et les choses tortueuses seront rendues droites, et les [chemins] raboteux deviendront des chemins aplanis ;

6 et toute chair verra le salut1 de Dieu. »2
1 salut : plutôt ce qui sauve que le salut en lui-même. 2 Ésaïe 40:3-5.

7 Il disait donc aux foules qui sortaient pour être baptisées par lui : « Race de vipères, qui vous a avertis de fuir loin de la colère qui vient ?

8 Produisez donc des fruits qui conviennent à la repentance et ne commencez pas à dire en vous-mêmes : "Nous avons Abraham pour père." Car je vous dis que Dieu peut, de ces pierres, susciter des enfants à Abraham.

9 Et déjà, même la hache est mise à la racine des arbres ; tout arbre donc qui ne produit pas de bons fruits est coupé et jeté au feu. »

10 Et les foules l'interrogèrent, en disant : « Alors, que devons-nous faire ? »

11 Et répondant, il leur dit : « Que celui qui a deux tuniques en donne à celui qui n'en a pas, et que celui qui a de la nourriture fasse de même. »

12 Puis des publicains1 vinrent aussi pour être baptisés et ils lui dirent : « Maître2, que devons-nous faire ? »
1 publicains : collecteurs d'impôts. 2 c.-à-d. : maître qui enseigne, docteur (ici et ailleurs souvent).

13 Et il leur dit : « Ne percevez rien au-delà de ce qui vous est ordonné. »

14 Puis des soldats l'interrogèrent aussi, en disant : « Et nous, que devons-nous faire ? » Et il leur dit : « Ne commettez ni extorsion ni fausse accusation envers personne, et contentez-vous de votre solde. »

Les routes de jadis étaient en général si mauvaises qu'il fallait les réparer et les rectifier chaque fois que le cortège d'un haut personnage devait y passer. Vu dans un sens moral, c'est le service de Jean le baptiseur. Chargé de préparer la venue du Messie, il avertit les Juifs que leur qualité d'enfants d'Abraham ne suffit pas à les mettre à l'abri de la colère. Ce que Dieu réclame d'eux c'est la repentance accompagnée de fruits réels. La repentance ou la colère, oui, tel est le choix laissé à Israël et à tout homme.

Des personnes appartenant à différentes classes s'adressent à Jean les unes après les autres et il a quelque chose à dire à chacune de la part de Dieu. Ainsi la Parole répond-elle à tous les états et à toutes les circonstances.

En dernier lieu ce sont des hommes de guerre qui se présentent. Ceux-là s'attendaient peut-être à être enrôlés sous la bannière du Messie dans une armée de libération du joug romain. La réponse de Jean a dû alors les surprendre (v. 14). Ne pensons pas que le Seigneur ait besoin de nous pour accomplir des actions d'éclat. Ce qu'Il attend de notre part c'est un témoignage d'honnêteté, de douceur et de contentement dans la situation où nous nous trouvons (1 Cor. 7:24 1cr 7.17-24).