Marc 4:13-25

Marc 4:13-25

Explication de la parabole du semeur

13 Puis il leur dit : « Ne saisissez-vous pas cette parabole ? Et comment comprendrez-vous toutes les paraboles ?

14 Le semeur sème la Parole.

15 Et voilà ceux qui sont au bord du chemin, là où la Parole est semée. Et quand ils ont entendu, Satan vient aussitôt et enlève la Parole, celle qui a été semée en eux.

16 Et1 ceux qui ont reçu la semence sur les endroits pierreux sont ceux qui, lorsqu'ils ont entendu la Parole, la reçoivent aussitôt avec joie.
1 plusieurs manuscrits ajoutent : pareillement.

17 Et ils n'ont pas de racine en eux-mêmes, mais ne tiennent qu'un temps. Puis, quand la détresse ou la persécution arrive à cause de la Parole, ils sont aussitôt scandalisés.

18 Et d'autres sont ceux qui ont reçu la semence parmi les ronces. Ce sont ceux qui ont entendu la Parole,

19 mais les soucis du siècle1, et la tromperie des richesses, et les convoitises à l'égard des autres choses, entrant [en eux], étouffent la Parole, et elle est sans fruit.
1 c.-à-d. : les soucis rencontrés au cours de la vie.

20 Et ceux qui ont reçu la semence sur la bonne terre sont ceux qui entendent la Parole, et la reçoivent, et portent du fruit : l'un 30, et un [autre] 60, et un [autre] 100. »

Paraboles de la lampe et de la mesure

21 Et il leur dit : « Amène-t-on la lampe1 pour être mise sous le boisseau2 ou sous le lit ? N'est-ce pas pour être mise sur le porte-lampe ?
1 littéralement : La lampe vient-elle. 2 boisseau : récipient ayant pour capacité 1 boisseau (environ 7,33 litres).

22 Car il n'y a rien de caché qui ne doive être manifesté, ni rien de secret qui ne doive être mis en évidence.

23 Si quelqu'un a des oreilles pour entendre, qu'il entende ! »

24 Puis il leur dit : « Prenez garde à ce que vous entendez ! De la mesure dont vous mesurerez, il vous sera mesuré et on y ajoutera [encore] pour vous.

25 Car à celui qui a, il sera donné ; mais à celui qui n'a pas, cela même qu'il a lui sera enlevé. »

Le Seigneur explique à ses disciples la parabole du semeur. Elle est le point de départ de tout son enseignement (v. 13). En effet, pour comprendre celui-ci, il est nécessaire que l'Évangile ait d'abord pris racine dans le cœur.

Même si nous sommes de vrais croyants, craignons de ressembler parfois aux trois premiers terrains, car ce n'est pas seulement la bonne nouvelle du salut que Satan cherche à ravir aussitôt semée. Combien de paroles Dieu ne nous a-t-il pas adressées auxquelles notre cœur n'a pas été sensible parce que nos contacts avec le monde l'avaient endurci comme le chemin (voir ch. 6 v. 52 mc 6.45-52)? Ou bien ne nous est-il pas souvent arrivé d'agir sous l'effet de nos sentiments, jusqu'à ce qu'une épreuve manifeste notre manque de dépendance et de foi (comp. v. 17)?

À l'opposé de l'insouciance, les soucis sont également nuisibles (Luc 21:34 lc 21.34-36)! Avec «la tromperie des richesses et les convoitises à l'égard des autres choses», ils peuvent étouffer un temps la vie spirituelle d'un enfant de Dieu et priver le Seigneur du fruit qu'il aurait dû porter dans sa saison (Tite 3:14 fin tt 3.13-14). «Prenez garde à ce que vous entendez» — recommande le Seigneur Jésus (v. 24). En Luc 8:18 lc 8.16-18 nous lisons: «Prenez garde comment vous entendez». Oui, de quelle manière recevons-nous la divine Parole?