Jérémie 52:17-34

Jérémie 52:17-34

17 Et les Chaldéens brisèrent les colonnes en bronze qui étaient devant la Maison de l'Éternel, et les bases, et la mer en bronze qui était dans la Maison de l'Éternel, et ils en emportèrent tout le bronze à Babylone.

18 Ils prirent aussi les vases [à cendre] et les pelles, et les couteaux, et les bassins, et les coupes, et tous les ustensiles en bronze avec lesquels on faisait le service.

19 Et le chef des gardes prit les écuelles et les encensoirs, et les bassins, et les vases [à cendre], et les chandeliers, et les coupes, et les vases, tout ce qui était en or, et tout ce qui était en argent1.
1 littéralement : ce qui était d'or, en or, et ce qui était d'argent, en argent.

20 [Quant aux] 2 colonnes, à la mer unique et aux 12 bœufs en bronze placés sous les bases, que le roi Salomon avait faits pour la Maison de l'Éternel, pour tous ces objets, on ne pouvait pas évaluer le poids du bronze.

21 Et quant aux colonnes, la hauteur d'une colonne était de 18 coudées1, et un fil de 12 coudées en faisait le tour, et son épaisseur était de 4 doigts2 ; elle était creuse.
1 1 coudée = 44,45 cm environ. 2 1 doigt = 1,85 cm environ.

22 Et il y avait dessus un chapiteau en bronze et la hauteur d'un chapiteau était de 5 coudées. Et il y avait un treillis et des grenades sur le chapiteau, tout autour, le tout en bronze. Et [il en était] de même pour la 2de colonne, avec des grenades.

23 Et il y avait 96 grenades sur les 4 côtés1 ; toutes les grenades sur le pourtour du treillis étaient au nombre de 100.
1 littéralement : 96 grenades vers le vent.

24 Puis le chef des gardes prit Seraïa, le 1er sacrificateur, et Sophonie, le 2d sacrificateur, et les 3 gardiens du seuil.

25 Et il prit de la ville un eunuque qui était inspecteur des hommes de guerre, et 5 hommes de ceux qui voyaient la face du roi, lesquels furent trouvés dans la ville, et le scribe du chef1 de l'armée, qui enrôlait le peuple du pays, et 60 hommes du peuple du pays, lesquels furent trouvés dans la ville.
1 ou : en chef.

26 Et Nebuzaradan, chef des gardes, les prit et les amena au roi de Babylone, à Ribla.

27 Alors le roi de Babylone les frappa et les fit mourir à Ribla, dans le pays de Hamath. Et Juda fut déporté loin de sa terre.

28 Voici le peuple que Nebucadretsar déporta. La 7e année, [il déporta] 3 023 Judéens.

29 La 18e année de Nebucadretsar, [il déporta] de Jérusalem 832 personnes.

30 [Et] la 23e année de Nebucadretsar, Nebuzaradan, chef des gardes, déporta parmi les Judéens 745 personnes. Toutes les personnes [étaient au nombre de] 4 600.

Le roi de Babylone a des égards pour Jehoïakin

31 Or il arriva, dans la 37e année de la déportation de Jehoïakin, roi de Juda,1 au 12e mois, le 25e [jour] du mois, qu'Évil-Merodac, roi de Babylone — l'année où il commença à régner — éleva la tête de Jehoïakin, roi de Juda, et le fit sortir de la prison.
1 date : 562 av. J.-C.

32 Et il lui parla avec bonté et mit son trône au-dessus du trône des rois qui étaient avec lui à Babylone.

33 Et il lui changea ses vêtements de prisonnier et Jehoïakin1 mangea le pain constamment devant lui, tous les jours de sa vie.
1 littéralement : il.

34 Et quant à son entretien, un entretien continuel lui fut donné de la part du roi de Babylone, selon l'ordre de chaque jour, tous les jours de sa vie, jusqu'au jour de sa mort.

En assistant au pillage de la maison de l'Éternel, en regardant les Chaldéens briser et emporter ses belles et puissantes colonnes, nous sommes saisis de tristesse en pensant à ce qu'est devenu le témoignage d'Israël au milieu des nations. Mais que sont en comparaison les sentiments de l'Éternel devant la destruction de la maison sur laquelle Il avait mis son nom, et la ruine de Jérusalem (lire 1 Rois 9:6-9 1r 9.6-9)! Quelle valeur prennent par contraste les promesses du Seigneur au vainqueur de Philadelphie! «Celui qui vaincra, je le ferai une colonne dans le temple de mon Dieu… et j'écrirai sur lui le nom de mon Dieu et le nom… de la nouvelle Jérusalem… et mon nouveau nom» (Apoc. 3:12 ap 3.7-13). Chers amis, en terminant la lecture de ce livre de Jérémie, demandons au Seigneur qu'Il nous donne de faire partie de ces vainqueurs, c'est-à-dire de garder sa Parole et de ne pas renier son nom, jusqu'au moment de son retour.

Dieu ne permet pas que le livre s'achève sur un triste tableau. La grâce dont Jehoïakin est l'objet de la part du successeur de Nebucadnetsar (v. 31 à 34) est un témoignage des soins dont l'Éternel ne cessera d'user envers un faible résidu de son peuple.