Tite

Tite 2:1-15

Les devoirs des frères et sœurs âgés, des jeunes gens, des serviteurs

2 Mais toi, annonce1 ce qui convient au sain enseignement.
1 littéralement : parle de, dis.

2 Que les hommes âgés soient sobres, dignes, sages1, sains dans la foi, dans l'amour, dans la persévérance.
1 ou : pondérés, de bon sens.

3 De même, que les femmes âgées soient, dans toute leur manière d'être, comme il convient à de saintes femmes. [Qu'elles soient] ni médisantes ni asservies à beaucoup de vin ; [qu'elles] enseignent de bonnes choses,

4 afin qu'elles apprennent aux jeunes femmes à aimer leurs maris, à aimer leurs enfants,

5 à être sages1, pures, occupées des soins de la maison, bonnes, soumises à leur propre mari, pour que la parole de Dieu ne soit pas blasphémée.
1 ou : pondérées, de bon sens.

6 Exhorte de même les jeunes hommes à être pondérés,

7 te montrant toi-même en toutes choses un modèle de bonnes1 œuvres, [faisant preuve], dans l'enseignement, de pureté de doctrine, de probité,
1 ou : belles.

8 de parole saine [et] irréprochable, afin que celui qui s'oppose ait honte, n'ayant rien de mal à dire de nous.

9 [Exhorte] les esclaves à être soumis en toutes choses à leurs propres maîtres, à leur être agréables, à ne pas les contredire,

10 à ne rien détourner, mais à montrer toute bonne fidélité, afin qu'ils ornent en toutes choses l'enseignement qui est de notre Dieu sauveur.

Pourquoi la grâce de Dieu nous enseigne

11 Car la grâce de Dieu est apparue, apportant le salut à tous les hommes.

12 Elle nous enseigne pour que, renonçant à l'impiété et aux convoitises mondaines, nous vivions dans le présent siècle sobrement et justement et pieusement,

13 attendant la bienheureuse espérance et l'apparition de la gloire de notre grand Dieu et Sauveur Jésus Christ.

14 Il s'est donné lui-même pour nous afin de nous racheter de toute iniquité1 et de purifier pour lui-même un peuple qui lui appartienne, zélé pour les bonnes2 œuvres.
1 iniquité : état ou marche sans loi. 2 ou : belles.

15 Annonce ces choses et exhorte et reprends avec une pleine autorité. Que personne ne te méprise.

À côté de ceux qui sont anciens dans l'assemblée (ch. 1 v. 5 à 9 tt 1.1-9), chaque chrétien — jeune ou âgé, frère ou sœur — doit avoir un bon témoignage (v. 2 à 10). Ce qui est demandé aux esclaves s'applique à tous les rachetés du Seigneur. Rares sont ceux qui n'ont pas un chef au-dessus d'eux et de toute manière chacun devrait pouvoir se dire, comme Paul, esclave de Dieu (ch. 1 v. 1 tt 1.1-9). Soyons des «ornements» mettant en valeur l'enseignement de notre Maître (v. 10; comp. 1 Rois 10:4, 5 1r 10.4-8).

Les v. 11 et 12 nous montrent la grâce de Dieu se manifestant de deux manières:

  1. Elle apporte à tous les hommes un salut qu'ils ne pouvaient atteindre par eux-mêmes.
  2. Elle enseigne l'enfant de Dieu, lui apprenant à vivre sobrement dans sa vie personnelle; justement dans ses rapports avec les autres; pieusement dans ses relations avec le Seigneur. Toute la vie chrétienne tient dans ces trois adverbes. Et ce qui la soutient, c'est l'espérance qui remplit l'âme d'un bonheur présent (v. 13; ch. 1 v. 2 tt 1.1-9; ch. 3 v. 7 tt 3.4-8).

«Notre Dieu sauveur… notre grand Dieu et Sauveur Jésus Christ» (v. 10, 13; voir aussi ch. 1 v. 3, 4 tt 1.1-9; ch. 3 v. 4, 6 tt 3.4-8): ce titre, contenu dans le nom de Jésus (Dieu Sauveur) rappelle que nous Lui devons tout. Toutefois, ne l'oublions jamais: Il ne nous a pas sauvés pour nous, mais «pour Lui-même» (v. 14).