Romains

Romains 2:1-16

Le jugement de Dieu sur les nations et sur les Juifs

2 C'est pourquoi, ô homme, qui que tu sois, tu es inexcusable, [toi] qui juges. Car, en en jugeant les autres, tu te condamnes toi-même, puisque toi qui juges tu commets les mêmes choses.

2 Or nous savons que le jugement de Dieu est selon la vérité contre ceux qui commettent de telles choses.

3 Et penses-tu, ô homme, [toi] qui juges ceux qui commettent de telles choses et qui les fais, que tu échapperas au jugement de Dieu ?

4 Ou méprises-tu les richesses de sa bonté et de son support et de sa patience, ne connaissant pas que la bonté de Dieu te pousse à la repentance ?

5 1Mais selon ta dureté et selon ton cœur sans repentance, tu amasses pour toi-même la colère dans le jour de la colère et de la révélation du juste jugement de Dieu.
1 les versets 5 à 11 forment une seule phrase dans le texte original.

6 [C'est lui] qui rendra à chacun selon ses œuvres :

7 la vie éternelle à ceux qui, en persévérant dans les bonnes œuvres, cherchent la gloire et l'honneur et l'incorruptibilité1 ;
1 incorruptibilité, non pas immortalité.

8 mais la colère et l'indignation à ceux qui, par contestation, désobéissent à la vérité et obéissent à l'iniquité1.
1 iniquité, ailleurs : injustice.

9 La détresse et l'angoisse [atteindront] toute âme d'homme qui fait le mal, d'abord le Juif, puis le Grec ;

10 mais la gloire et l'honneur et la paix [seront] pour tout [homme] qui fait le bien, d'abord pour le Juif, puis pour le Grec.

11 Car il n'y a pas de favoritisme devant Dieu.1
1 les versets 5 à 11 forment une seule phrase dans le texte original.

12 En effet, tous ceux qui ont péché sans loi périront aussi sans loi ; et tous ceux qui ont péché sous [la] Loi seront jugés par [la] Loi.

13 1(Car ce ne sont pas les auditeurs de la Loi qui sont justes devant Dieu, mais ce sont ceux qui accomplissent la Loi qui seront justifiés.
1 les versets 13 à 15 forment une parenthèse.

14 Car quand les gens des nations1 qui n'ont pas de loi font naturellement les choses de la Loi, ceux-là, qui n'ont pas de loi, sont une loi pour eux-mêmes.
1 ceux qui ne sont pas juifs.

15 Et ils montrent l'œuvre de la Loi, écrite1 dans leurs cœurs, leur conscience rendant en même temps témoignage et leurs pensées s'accusant entre elles ou bien se justifiant.)2
1 c'est l'œuvre qui est écrite, et non la Loi. 2 la parenthèse commence au verset 13.

16 [Ils1 seront donc jugés] le jour où Dieu jugera par le Christ Jésus les [actions] secrètes des hommes, selon mon Évangile.
1 c.-à-d. : tous ceux qui ont péché sans loi et tous ceux qui ont péché sous la Loi (verset 12).

Si bas qu'un homme soit tombé, il trouvera toujours quelqu'un de plus misérable que lui à qui il pourra se comparer à son propre avantage! Celui qui a la passion du jeu méprisera le pauvre buveur et celui-ci regardera un malfaiteur avec supériorité. En réalité, tous les vices sont en germe dans notre propre cœur. Lorsque nous jugeons autrui (v. 1), nous donnons la preuve que nous savons très bien reconnaître le mal; nous montrons donc que nous avons une conscience. Et ceci nous condamne nous-mêmes lorsque, à notre tour, nous commettons des actes semblables. Tous les hommes ont une conscience (Gen. 3:22 gn 3.22-24). Dans sa bonté, Dieu s'en sert pour les pousser à la repentance (v. 4), mais ne les autorise nullement à l'employer pour juger leur prochain. Un seul a le droit de juger, c'est Jésus Christ (v. 16; Jean 5:22 j 5.21-24; Act. 10:42 ac 10.34-43). Il mettra un jour en lumière «les secrets des hommes», tous leurs actes et intentions inavouables, cachés avec tant de soin (Matt. 10:26 mt 10.24-28). Confessez-Lui sans tarder vos secrets les plus honteux. Votre conscience n'est pas une voix hostile mais une amie qui vient vous dire: parle de cela au Seigneur Jésus; Il saura s'en occuper.