Psaumes

Psaume 74

Psaume 74

Prière en faveur du peuple opprimé et du sanctuaire dévasté

1 Pour instruire. D'Asaph.
Pourquoi, ô Dieu, [nous] as-tu rejetés pour toujours [et] ta colère fume-t-elle contre le troupeau de ton pâturage ?

2 Souviens-toi de ta communauté, que tu as acquise autrefois, que tu as rachetée pour être la tribu de ton héritage1 ! [Souviens-toi] du mont Sion où tu as habité !
1 ou : de la tribu de ton héritage que tu as rachetée.

3 Porte1 tes pas vers les ruines perpétuelles ! L'ennemi a tout saccagé dans le lieu saint.
1 littéralement : Élève.

4 Tes adversaires rugissent au milieu du lieu où l'on te rencontrait1 ; ils ont mis leurs signes2 pour signes2.
1 littéralement : de ton lieu de rencontre. 2 voir Exode 4:17 ; 10:2.

5 Un homme se faisait connaître quand il levait la hache dans le fourré de la forêt.

6 Et maintenant, avec des haches et des marteaux, ils brisent ses sculptures toutes ensemble.

7 Ils ont mis le feu à ton sanctuaire, ils ont profané à terre la demeure1 de ton nom.
1 ailleurs aussi : le Tabernacle.

8 Ils ont dit dans leur cœur : « Détruisons-les tous ensemble ! » Ils ont brûlé tous les lieux où l'on rencontrait °Dieu dans le pays.

9 Nous ne voyons plus nos signes1 ; il n'y a plus de prophète et il n'y a personne avec nous qui sache jusqu'à quand…
2 voir Exode 4:17 ; 10:2.

10 Jusqu'à quand, ô Dieu, l'adversaire dira-t-il des outrages ? L'ennemi méprisera-t-il ton nom pour toujours ?

11 Pourquoi détournes-tu ta main et ta [main] droite ? [Sors-la] de ta poitrine1 [et] détruis !
1 littéralement : de ton sein.

12 Mais Dieu est mon roi depuis les temps anciens, opérant des délivrances au milieu du pays1.
1 ou : de la terre.

13 C'est toi qui as fendu la mer par ta puissance, qui as brisé les têtes des monstres sur les eaux.

14 C'est toi qui as écrasé les têtes du Léviathan, c'est toi qui l'as donné comme nourriture au peuple, aux habitants du désert.

15 C'est toi qui as fait sortir la source et le torrent, c'est toi qui as mis à sec des fleuves qui ne tarissent jamais.

16 À toi est le jour, à toi est aussi la nuit ; c'est toi qui as établi la lune1 et le soleil.
1 littéralement : [le] luminaire.

17 C'est toi qui as posé toutes les limites de la terre ; l'été et l'hiver, c'est toi qui les as formés.

18 Souviens-toi de ceci, que l'ennemi a outragé l'Éternel et qu'un peuple insensé a méprisé ton nom.

19 Ne livre pas l'âme de ta tourterelle à la bête sauvage ! N'oublie pas pour toujours la vie de tes affligés !

20 Prête attention1 à l'alliance ! Car les lieux ténébreux de la terre sont pleins de repaires de violence.
1 littéralement : Regarde attentivement.

21 Que l'opprimé ne s'en retourne pas humilié ! Que l'affligé et le pauvre louent ton nom !

22 Lève-toi, ô Dieu ! Défends ta cause ! Souviens-toi des outrages que te fait tous les jours l'insensé !

23 N'oublie pas la voix de tes adversaires ! Le tumulte de ceux qui se dressent1 contre toi monte continuellement.
1 littéralement : se lèvent.

Le «pourquoi» qui commence le psaume ressemble à la grande question sur laquelle s'ouvre le Psaume 22 ps 22.1-4. Mais le rejet, pour un temps, d'Israël a une raison que ce peuple finira par comprendre: ce sont ses propres péchés (Zacharie 12:10 za 12.9-14), alors que l'abandon de Christ a eu pour cause nos iniquités. Dans ce 3ème Livre des Psaumes, il ne s'agit plus seulement du résidu de Juda, mais aussi des fidèles des douze tribus. Contre celles-ci aussi fumera la colère, qui toutefois ne sera pas «pour toujours» (verset 1er; Psaume 30:6 ps 30.1-6). Ces pauvres croyants considèrent les ruines du sanctuaire, la cessation du culte public... et mesurent la puissance des adversaires. Ils n'ont aucun signe de la part de Dieu pour les encourager; au contraire, ils comprennent que c'est Lui qui a permis une telle désolation. Mais ils se confient dans le «Dieu d'ancienneté» et rappellent tout ce qu'Il a accompli autrefois pour délivrer son peuple. «Souviens-toi», répètent-ils (versets 2, 18, 22). Ils savent qu'ils sont ses rachetés et que par conséquent l'ennemi, quand il s'est attaqué à Israël et à son culte, a en réalité méprisé et outragé Dieu Lui-même (versets 10, 18). C'est Lui que cette affaire concerne; Il ne manquera pas de plaider Sa propre cause (verset 22).