Psaumes

Psaume 60

Psaume 60

Dieu conduit les siens à la victoire après les avoir disciplinés

1 Au chef de musique. Sur Shushan1. Témoignage. Mictam2. De David. Pour enseigner.
1 shushan : le lis. 2 mictam : mot d'un sens incertain ; peut-être : poème.

2 Lorsqu'il fit la guerre aux Syriens de Naharaïm1, et aux Syriens de Tsoba, et que Joab revint et frappa les Édomites dans la vallée du Sel, [au nombre de] 12 000.
1 de Naharaïm : des deux fleuves ; c.-à-d. : de la Mésopotamie.

3 Ô Dieu, tu nous as rejetés, tu nous as dispersés, tu t'es mis en colère. Ramène-nous !

4 Tu as fait trembler le pays1, tu l'as fendu. Répare ses brèches, car il chancelle !
1 ou : la terre.

5 Tu as fait voir des choses dures à ton peuple ; tu nous as donné à boire un vin d'étourdissement.

6 Tu as donné un étendard à ceux qui te craignent, pour le déployer à cause de la vérité — Sélah —

7 1Afin que tes bien-aimés soient délivrés. Sauve par ta [main] droite, et réponds-nous !

1 les versets 7 à 14 reproduisent les versets 7 à 14 du psaume 108, avec quelques nuances mineures.

8 Dieu a parlé dans sa sainteté : « Je me réjouirai. Je partagerai Sichem et je mesurerai la vallée de Succoth.

9 Galaad est à moi, et Manassé est à moi, et Éphraïm est le rempart1 de ma tête. Et Juda est mon bâton de commandement.
1 littéralement : la forteresse.

10 Moab est le bassin où je me lave ; sur Édom j'ai jeté ma sandale. Philistie, pousse des cris à cause de moi ! »

11 Qui me mènera dans la ville fortifiée ? Qui me conduira jusqu'en Édom ?

12 Ne sera-ce pas toi, ô Dieu, qui nous as rejetés et qui n'es pas sorti, ô Dieu, avec nos armées ?

13 Donne-nous du secours contre l'adversaire ! Car la délivrance qui vient de l'homme est vaine.

14 Avec Dieu nous ferons des actes puissants, et c'est lui qui piétinera nos adversaires.

En lisant en 2 Samuel 8 2s 8.1-18 et 1 Chroniques 18 1ch 18.1-17 la page glorieuse des victoires de David sur les Syriens et sur les Édomites, qui aurait pensé qu'à cette occasion Israël et son roi avaient passé par une semblable détresse (versets 3 à 5 et 12, 13). La victoire du chrétien est souvent précédée de pénibles combats intérieurs connus du Seigneur seul. Et une partie du butin conquis dans ces luttes consiste dans les leçons qu'en même temps Dieu nous fait apprendre dans le secret de notre cœur. C'est dans ce sens qu'on peut comprendre l'expression de Romains 8:37 rm 8.31-39 déjà citée: être «plus que vainqueurs». Aussi ce psaume est-il écrit spécialement «pour enseigner» (v. 1). David a appris, et nous rappelle, que «la délivrance qui vient de l'homme est vaine» (comparer Psaume 146:3 ps 146.1-4) et que «par Dieu nous ferons des actes de valeur».

«Tu as donné une bannière à ceux qui te craignent pour la déployer à cause de la vérité» (v. 6). Tenons-la bien haut et d'une main ferme, cette bannière de la vérité.

Les psaumes précédents nous présentaient les relations individuelles de l'âme avec Dieu; il s'agit ici d'exercices communs à tout le peuple. Ne perdons jamais de vue l'unité des rachetés du Seigneur, leur caractère de «bien-aimés» (verset 7) et le témoignage collectif qu'ils sont appelés à rendre.