Philémon

Philémon 1 à 12

Salutation

1 Paul, prisonnier du Christ Jésus, et le frère Timothée, à Philémon, le bien-aimé et notre compagnon d'œuvre,

2 et à la sœur Apphia, et à Archippe notre compagnon d'armes, et à l'assemblée [qui se réunit] dans ta maison :

3 Grâce et paix à vous, de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus Christ !

La foi et l'amour de Philémon

4 Je rends grâces à mon Dieu, faisant toujours mention de toi dans mes prières,

5 car j'entends parler de ton amour et de la foi que tu as envers le Seigneur Jésus et pour tous les saints,

6 [Et je lui demande] que la communion de ta foi1 soit agissante en reconnaissant pleinement tout le bien qui est en nous à l'égard du Christ2.
1 ou : ta communion dans la foi. 2 plusieurs manuscrits ajoutent : Jésus.

7 Car j'ai eu une grande joie et un grand encouragement dans1 ton amour, parce que les affections profondes2 des saints ont été rafraîchies par toi, frère.
1 ou : à propos de. 2 littéralement : les entrailles.

Paul intercède en faveur d'Onésime

8 C'est pourquoi, tout en ayant une grande liberté en Christ de te prescrire ce qui convient,

9 je préfère, à cause de l'amour, t'adresser une requête. Tel que je suis, [moi,] Paul, un homme âgé, et maintenant aussi, un prisonnier du Christ Jésus,

10 je te prie pour mon enfant Onésime1 que j'ai engendré [en étant] dans les chaînes.
1 Onésime : utile, profitable.

11 Il t'a été autrefois inutile, mais maintenant, il est utile à toi et à moi ;

12 et je te le renvoie, lui, une partie de moi-même1.
1 littéralement : mes propres entrailles.

Dans les manuels scolaires, les leçons proprement dites sont généralement suivies d'un exercice d'application. L'épître à Philémon nous y fait penser. Elle ne contient aucune révélation particulière. Mais elle montre la mise en pratique, par Paul et ses compagnons, des exhortations contenues dans ses épîtres. «Revêtez-vous donc, comme des élus de Dieu, saints et bien-aimés, d'entrailles de miséricorde, de bonté, d'humilité…», écrivait-il aux Colossiens (ch. 3 v. 12… cl 3.12-14; comp. aussi le v. 5 avec Éph. 1:15 ep 1.15-21). C'est précisément à Colosses que demeurait Philémon, un homme pieux, ami de l'apôtre, riche, car il avait des esclaves. L'un d'eux, Onésime, après s'être enfui de chez lui, avait rencontré Paul, prisonnier à Rome, et avait été converti. Maintenant l'apôtre le renvoie à son maître, porteur de ce touchant message. C'était agir à l'encontre de ce qu'ordonnait la Loi qui interdisait de livrer l’esclave fugitif à son maître (lire Deut. 23:15, 16 dt 23.15-16). La Loi en effet tenait compte de la dureté du cœur de l'homme (comp. Marc 10:5 mc 10.2-9). Tandis que la grâce, chez l'apôtre, tient compte de cette même grâce agissant dans le cœur de Philémon. Paul connaît bien l’amour de celui-ci pour tous les saints (v. 5) et les preuves qu'il en a données (v. 7).