Philippiens

Philippiens 4:10-23

Paul remercie les Philippiens pour leurs dons

10 Or je me suis beaucoup réjoui dans le Seigneur de ce que vous avez enfin fait revivre votre intérêt pour moi. Vous y aviez bien aussi pensé, mais l'occasion vous manquait.

11 Non, je ne dis pas [cela] en raison de privations, car moi j'ai appris à être satisfait dans les circonstances où je me trouve.

12 Je sais être abaissé, je sais aussi être dans l'abondance. En toutes choses et à tous égards, je suis enseigné1 aussi bien à être rassasié qu'à avoir faim, aussi bien à être dans l'abondance qu'à être dans les privations.
1 littéralement : initié.

13 Je peux tout en celui qui me fortifie.

14 Néanmoins, vous avez bien fait de prendre part à mon affliction.

15 Or vous aussi, Philippiens, vous savez qu'au commencement de l'Évangile, quand j'ai quitté1 la Macédoine, aucune assemblée n'est entrée en compte avec moi pour ce qu'elle donnait et recevait2, excepté vous seuls.
1 Paul emploie ici une expression commerciale.

16 Car même à Thessalonique, une fois et même deux fois, vous m'avez fait un envoi pour mes besoins.

17 Ce n'est pas que je recherche le don, mais je recherche le fruit qui abonde pour votre compte.

18 Or j'ai tout reçu et je suis dans l'abondance. Je suis comblé, ayant reçu d'Épaphrodite ce qui vient de vous : un parfum de bonne odeur, un sacrifice agréé, qui plaît à Dieu.

19 Mais mon Dieu comblera tous vos besoins selon sa richesse en gloire, dans le Christ Jésus.

20 Or [qu']à notre Dieu et Père soit la gloire aux siècles des siècles ! Amen.

Salutations

21 Saluez chaque saint dans le Christ Jésus. Les frères qui sont avec moi vous saluent.

22 Tous les saints vous saluent, mais surtout ceux de la maison de César.

23 [Que] la grâce du Seigneur Jésus Christ soit avec votre esprit !1
1 plusieurs manuscrits ajoutent : Amen.

Paul se souvient sans doute de sa première visite à Philippes, de la prison et des cantiques qu'il y chantait avec Silas (Act. 16:24, 25 ac 16.22-25). Prisonnier de nouveau, rien ne lui ôte sa joie parce que rien ne peut lui ôter Christ. Il en est de même de sa force. «Je peux toutes choses — dit-il, malgré ses chaînes — en Celui qui me fortifie» (comp. 2 Cor. 6:10 2cr 6.1-10). Comme lui, nous apprenons à être contents quelles que soient les circonstances: succès ou difficultés, santé ou maladie, beau ou mauvais temps… si nous sommes «contents du Seigneur».

Bien que très pauvres, les Philippiens venaient, par les mains d'Épaphrodite, d'envoyer un nouveau secours à l'apôtre (lire 2 Cor. 8:1-5 2cr 8.1-6). Celui-ci leur affirme selon sa propre expérience: «mon Dieu suppléera à tous vos besoins» — mais pas à toutes vos convoitises. Il engage la responsabilité de son Dieu, comme s'il endossait un chèque en blanc sachant disposer pour lui et ses amis d'un crédit illimité: rien de moins que «Ses richesses en gloire» (v. 19; Éph. 3:16 ep 3.14-19). Que Dieu nous donne d'expérimenter le secret du bienheureux apôtre — la pleine suffisance du Seigneur Jésus Christ — jusqu'à ce qu'enfin s'accomplisse le soupir du psaume: «Je verrai ta face… je serai rassasié de ton image» (Ps. 17:15 ps 17.15).