Philippiens

Philippiens 4:1-9

Exhortations diverses

4 Ainsi donc, mes frères bien-aimés que je désire tant revoir, ma joie et ma couronne, tenez ainsi ferme dans le Seigneur, bien-aimés !

2 Je supplie Évodie et je supplie Syntyche d'avoir la même pensée dans le Seigneur.

3 Oui, toi aussi, vrai compagnon de travail, je te prie d'aider celles qui ont combattu avec moi dans l'Évangile, avec Clément aussi et mes autres compagnons d'œuvre, dont les noms sont dans le livre de vie.

4 Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur ! Je le dirai encore : réjouissez-vous !

5 Que votre douceur1 soit connue de tous les hommes. Le Seigneur est proche.
1 douceur : caractère de celui qui n'insiste pas sur ses droits.

6 Ne vous inquiétez de rien, mais en toutes choses exposez vos requêtes à Dieu1 par la prière et la supplication, avec des actions de grâces.
1 ou : devant, envers Dieu.

7 Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées dans le Christ Jésus.

8 Du reste, frères, tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui est pur, tout ce qui est digne d'être aimé, tout ce qui est de bonne réputation — s'il y a quelque perfection morale et quelque louange — que ces choses occupent vos pensées1.
1 littéralement : faites un inventaire de ces choses.

9 Ce que vous avez appris et reçu, et entendu, et vu en moi, mettez-le en pratique et le Dieu de paix sera avec vous.

«Réjouissez-vous dans le Seigneur», insiste l'apôtre. Pourtant les causes de larmes ne lui manquent pas (voir ch. 3 v. 18 ph 3.17-21). Une malheureuse discorde oppose deux sœurs, Évodie et Syntyche, et trouble l'Assemblée. Paul exhorte — ou plutôt supplie — chacune d'elles personnellement. Qu'elles apprennent — et nous aussi — la grande leçon du ch. 2 v. 2 ph 2.1-4 (comp. Prov. 13:10 pv 13.10)! Notre douceur est-elle connue de nos frères et sœurs, de nos camarades? Combien de querelles cesseraient si nous avions conscience que le retour du Seigneur est imminent. Combien de soucis également! Par la prière, déchargeons nos cœurs de tout ce qui les tourmente. Pour être immédiatement exaucés? Pas nécessairement, mais pour que Dieu puisse y verser sa parfaite paix (v. 7). Mais comment éviter les mauvaises pensées? En cultivant les bonnes. Servons-nous du v. 8 comme d'un crible à plusieurs grilles. Ce qui occupe en ce moment mon esprit, est-ce vrai?… juste?… pur?… aimable?… édifiant?… Des pensées ainsi filtrées et épurées ne pourront se traduire qu'en actes de même nature (v. 9). Et quelle en sera la conséquence? Non plus seulement la paix de Dieu, mais le Dieu de paix en personne habitant «chez nous» (Jean 14:23 j 14.18-24).