Philippiens

Philippiens 1:1-18

Salutation

1 Paul et Timothée, esclaves du Christ Jésus, à tous les saints dans le Christ Jésus qui sont à Philippes, avec les surveillants et les serviteurs :

2 Grâce et paix à vous, de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus Christ !

Affection de l'apôtre pour les Philippiens

3 1Je rends grâces à mon Dieu pour tout le souvenir que j'ai de vous,
1 les versets 3 à 7 forment une seule phrase dans le texte original.

4 dans chacune de mes supplications. [Et] je fais toujours des supplications pour vous tous, avec joie,

5 à cause de la part que vous prenez à l'Évangile depuis le premier jour jusqu'à maintenant.

6 [Et] je suis persuadé de ceci même, que celui qui a commencé en vous une bonne œuvre la mènera à son terme jusqu'au jour du Christ Jésus.

7 Ainsi, il est juste que je pense cela de vous tous, parce que vous me portez dans votre cœur1 et que, dans mes liens comme dans la défense et la confirmation de l'Évangile, vous avez tous été participants de la grâce avec moi.2
1 ou : je vous porte dans mon cœur. 2 les versets 3 à 7 forment une seule phrase dans le texte original.

8 Car Dieu m'est témoin que j'ai une vive affection pour vous tous, dans les affections profondes1 du Christ Jésus.
1 littéralement : les entrailles.

9 Et je demande ceci dans mes prières, que votre amour abonde encore de plus en plus en pleine connaissance et en toute intelligence.

10 [C'est] pour que vous discerniez les choses excellentes, afin que vous soyez purs et sans reproche pour le jour de Christ,

11 étant remplis du fruit de la justice qui est par Jésus Christ, à la gloire et à la louange de Dieu.

La captivité de Paul contribue à l'avancement de l'évangile

12 Or je veux que vous sachiez, frères, que les circonstances que je traverse sont plutôt arrivées pour l'avancement de l'Évangile.

13 En effet, mes liens sont devenus manifestes comme étant en Christ, dans tout le prétoire1 et partout ailleurs2.
1 le prétoire était à Rome le siège de la garde impériale. 2 littéralement : pour tous les autres.

14 Et la plupart des frères, ayant dans le Seigneur pris confiance par mes liens, ont beaucoup plus de hardiesse pour annoncer la Parole1 sans crainte.
1 plusieurs manuscrits ajoutent : de Dieu.

15 Quelques-uns, il est vrai, prêchent aussi le Christ par jalousie et dans un esprit de querelle, mais quelques-uns aussi de bonne volonté.

16 Ceux-ci [le font] par amour, sachant que je suis établi pour la défense de l'Évangile ;

17 ceux-là annoncent le Christ par esprit de parti [et] non en pureté, pensant ajouter quelque affliction à mes liens1.
1 c.-à-d. : rendre ma captivité encore plus pénible.

18 Qu'importe ! En tout cas, de toute manière, soit comme prétexte, soit en vérité, Christ est annoncé, et en cela je me réjouis et je me réjouirai encore.

On a appelé cette épître le livre de l'expérience chrétienne. Expérience qui se résume en trois mots: Christ me suffit. Il est ma vie (ch. 1er), mon modèle (ch. 2), mon but (ch. 3), ma force et ma joie (ch. 4). Paul ne parle ici ni en apôtre, ni en docteur; il n'est qu'un «esclave de Jésus Christ». Comment ferait-il valoir un titre plus élevé que celui qu'a pris son Maître (ch. 2 v. 7 ph 2.5-8)? Du fond de sa prison à Rome, il écrit à ses chers Philippiens parmi lesquels nous connaissons Lydie et le geôlier (Act. 16 ac 16.11-34). Sa «vive affection» pour eux se traduit par des prières (v. 8). Remarquez l'enchaînement des demandes: amour, vraie connaissance, discernement spirituel, marche pure et droite, fruit produit (v. 9 à 11).

Puis il les rassure au sujet de son emprisonnement. Ce coup que l'Ennemi pensait porter à l'Évangile avait au contraire contribué à son avancement. L'opposition ouverte, calculée pour décourager les témoins du Seigneur, a généralement pour effet de les galvaniser.

Quelle est l'attitude de l'apôtre en apprenant que l'Évangile est parfois annoncé dans des conditions très discutables? Aucune impatience ni critique. Ni à l'inverse, un désir de s'y associer. Seulement une joie sincère de voir l'œuvre de Dieu s'accomplir quels qu'en soient les instruments.