Lévitique

Lévitique 25:39-55

39 « Et si ton frère est devenu pauvre à côté de toi et qu'il se vende à toi, tu ne lui feras pas faire un service d'esclave1.
1 traduit d'ordinaire par : serviteur.

40 Il sera avec toi comme un travailleur journalier et un hôte ; il te servira jusqu'à l'année du Jubilé.

41 Puis il sortira de chez toi, lui et ses fils avec lui, et retournera dans sa famille et retournera dans la possession de ses pères.

42 Car ils sont mes serviteurs que j'ai fait sortir du pays d'Égypte. Ils ne seront pas vendus comme on vend des esclaves1.
1 traduit d'ordinaire par : serviteurs.

43 Tu ne domineras pas sur lui avec dureté et tu craindras ton Dieu.

44 Mais quant à ton serviteur et à ta servante qui seront à toi, c'est parmi les nations qui vous environnent que vous achèterez des serviteurs et des servantes.

45 Et vous en achèterez aussi parmi les fils des étrangers qui séjournent chez vous et parmi leurs familles qui sont avec vous, qu'ils engendreront dans votre pays. Et ils seront votre possession.

46 Et vous les laisserez en héritage à vos fils après vous pour qu'ils en aient la possession ; vous vous servirez d'eux pour toujours. Mais quant à vos frères, les fils d'Israël, un homme ne dominera pas avec dureté sur son frère.

47 « Et si un étranger ou un homme qui séjourne chez toi s'est enrichi1, et que ton frère qui est à côté de lui soit devenu pauvre et se soit vendu à l'étranger qui séjourne chez toi ou à un homme issu de la famille de l'étranger,
1 littéralement : si la main d'un étranger… a acquis.

48 il y aura pour lui un droit de rachat après qu'il se sera vendu : un de ses frères le rachètera ;

49 ou son oncle ou le fils de son oncle le rachètera ; ou quelque proche parent de sa famille le rachètera ; ou si sa main peut y atteindre, il se rachètera lui-même.

50 Et il comptera avec celui qui l'a acheté [le nombre d'années] depuis l'année où il s'est vendu à lui jusqu'à l'année du Jubilé. Et le prix à payer1 sera en proportion du nombre des années ; il sera chez son maître2 selon les journées d'un travailleur journalier.
1 littéralement : l'argent de son prix. 2 littéralement : chez lui.

51 S'il y a encore beaucoup d'années, il restituera [pour] son rachat une part du prix auquel il aura été acheté, selon le nombre des années1.

52 Et s'il reste peu d'années jusqu'à l'année du Jubilé, alors il en fera le compte. Il restituera le prix de son rachat selon le nombre des années.

53 Il sera chez lui comme un travailleur journalier, d'année en année. Le maître1 ne dominera pas sur lui avec dureté sous tes yeux.
1 littéralement : Il.

54 Et s'il n'est pas racheté par un de ces moyens, alors il sortira l'année du Jubilé, lui et ses fils avec lui.

55 Car les fils d'Israël sont des serviteurs pour moi ; ils sont mes serviteurs que j'ai fait sortir du pays d'Égypte. Je suis l'Éternel votre Dieu.

Lorsque retentissait la trompette de la délivrance, l'esclave retrouvait sa liberté, le pauvre sa possession, les familles se reconstituaient, chaque héritage retournait à son véritable propriétaire. C'était une restauration, une joie générale, image de celle que connaîtront Israël et le monde tout entier, lorsque Satan sera lié et la création au contraire déliée de son esclavage. Jusqu'à maintenant «souffrant les douleurs de l'accouchement», la terre jouira sous le règne de Christ de la liberté de la gloire des enfants de Dieu (Rom. 8:21 rm 8.19-23). Semblable à ce pauvre qui s'est vendu à l'étranger (v. 47), le peuple d'Israël qui par sa faute a perdu son héritage le recouvrera alors définitivement des mains de Celui qui l'a racheté: Christ, le vrai Boaz (Ruth 4 rt 4.1-22).

Si Dieu doit avoir le dernier mot en ce qui concerne sa création, soyons certains qu'il veut aussi affranchir pleinement chacun de ceux qui lui appartiennent. Un frère en Christ peut s'être laissé prendre la jouissance de son héritage, être devenu pauvre spirituellement. La pensée du Seigneur est de le restaurer dans la grâce en effaçant tout le passé (il nous laisse ignorer les motifs pour lesquels ce frère est devenu pauvre) et de le faire jouir à nouveau de toutes les richesses célestes.