Luc

Luc 11:1-20

Comment prier

11 Et comme il était en prière dans un certain lieu, il arriva, après qu'il eut terminé, qu'un de ses disciples lui dit : « Seigneur, enseigne-nous à prier, comme Jean aussi l'a enseigné à ses disciples. »

2 Et il leur dit : « Quand vous priez, dites : Père, que ton nom soit sanctifié ; que ton règne vienne ;

3 donne-nous chaque jour le pain qu'il nous faut ;

4 et pardonne-nous nos péchés, car nous-mêmes aussi, nous pardonnons à tous ceux qui nous offensent1 ; et ne nous expose pas à la tentation. »
1 ou : nous remettons à tous ceux qui nous doivent.

5 Puis il leur dit : « Qui parmi vous, ayant un ami, ira vers lui au milieu de la nuit, et lui dira : "Ami, prête-moi trois pains,

6 car mon ami est arrivé de voyage chez moi et je n'ai rien à lui offrir" ?

7 Et celui qui est à l'intérieur, répondant, dira : "Ne m'importune pas ! La porte est déjà fermée et mes enfants sont au lit avec moi ; je ne peux pas me lever et t'en donner."

8 Je vous dis que, même s'il ne se lève pas et ne lui en donne pas parce qu'il est son ami, pourtant, à cause de son insistance1, il se lèvera et lui donnera tout ce dont il a besoin.
1 littéralement : insolence.

9 Et moi, je vous dis : Demandez et il vous sera donné ; cherchez et vous trouverez ; frappez et il vous sera ouvert.

10 Car quiconque demande reçoit ; et celui qui cherche trouve ; et à celui qui frappe il sera ouvert.

11 Or, quel père parmi vous, si son fils [lui] demande un poisson, lui donnera un serpent à la place d'un poisson ?1
1 plusieurs manuscrits portent le verset 11 ainsi : Or, quel père parmi vous, si son fils [lui] demande un pain, lui donnera une pierre ? Ou aussi, [s'il demande] un poisson, lui donnera un serpent à la place d'un poisson ?

12 Ou encore, s'il demande un œuf, lui donnera-t-il un scorpion ?

13 Si donc vous qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses1 à vos enfants, combien plus le Père [qui est] du ciel donnera-t-il l'Esprit Saint à ceux qui le lui demandent ! »
1 littéralement : des dons bons.

Guérison d'un démoniaque muet – Jésus défend son service

14 Et Jésus1 chassa un démon qui était muet. Et il arriva, quand le démon fut sorti, que le muet parla. Et les foules furent dans l'admiration.
1 littéralement : il.

15 Mais quelques-uns d'entre eux disaient : « C'est par Béelzébul, le chef des démons, qu'il chasse les démons. »

16 Et d'autres, pour le mettre à l'épreuve, lui demandaient un signe venant du ciel.

17 Mais lui, connaissant leurs pensées, leur dit : « Tout royaume divisé contre lui-même sera dévasté, et une maison divisée contre elle-même1 tombe.
1 littéralement : une maison contre une maison.

18 Et si Satan aussi est divisé contre lui-même, comment son royaume subsistera-t-il, puisque vous dites que je chasse les démons par Béelzébul ?

19 Or si c'est par Béelzébul que moi, je chasse les démons, vos fils, par qui les chassent-ils ? C'est pourquoi ils seront eux-mêmes vos juges.

20 Mais si [moi,] je chasse les démons par le doigt de Dieu, alors le royaume de Dieu est parvenu jusqu'à vous.

Les disciples sont frappés par la place qu'occupe la prière dans la vie de leur Maître. Faisons comme eux: demandons au Seigneur de nous apprendre à prier. S'agit-il de réciter quelques phrases apprises par cœur? La parabole des deux amis nous apprend au contraire à exprimer chaque besoin d'une manière simple et précise: «Ami, prête-moi trois pains…» (v. 5). Peut-être est-ce un besoin spirituel qui tout à coup se fait sentir, et, pour ainsi dire, est venu frapper à la porte de notre propre cœur (v. 6)? Gardons-nous de le repousser; traitons-le au contraire comme un ami de passage (v. 6). Mais nous n'avons rien à lui présenter? Alors tournons-nous vers l'Ami divin, sans crainte de L'importuner. Dans son amour, Dieu se plaît à répondre à ses enfants et ne les trompe jamais. Au contraire, si dans notre ignorance et notre manque de sagesse il nous est arrivé de Lui demander «une pierre», Il a su changer notre demande en «des choses bonnes».

Jusqu'à ce qu'il ait rencontré le Seigneur Jésus, l'homme est aussi muet pour Dieu que le démoniaque du v. 14. Sauvé par Christ, ayant à sa conversion reçu le don du Saint Esprit (comp. v. 13), c'est alors qu'il peut élever sa voix en louange et en prière. Usons largement de ce privilège!