Luc

Luc 9.37-56

Guérison d'un démoniaque épileptique nécessitant la puissance de Jésus

37 Puis il arriva, le jour suivant, quand ils furent descendus de la montagne, qu'une grande foule vint à sa rencontre.

38 Et voici, un homme de la foule s'écria, en disant : « Maître1, je te supplie, jette les yeux sur mon fils, car il est mon unique enfant.
1 maître : celui qui enseigne.

39 Et voici, un esprit le saisit ; et soudain il crie et le secoue violemment en le faisant écumer. Et c'est à peine s'il se retire de lui après l'avoir brisé.

40 Et j'ai supplié tes disciples de le chasser, mais ils n'ont pas pu. »

41 Alors Jésus, répondant, dit : « Ô génération incrédule et perverse, jusqu'à quand serai-je avec vous et vous supporterai-je ? Amène ici ton fils ! »

42 Et comme l'enfant1 s'approchait, le démon le jeta encore à terre et le secoua violemment. Mais Jésus menaça l'esprit impur et guérit l'enfant et le rendit à son père.
1 littéralement : il.

Jésus annonce une deuxième fois sa mort

43 Et tous furent frappés d'étonnement par la grandeur de Dieu.
Et comme tous s'émerveillaient de tout ce que Jésus1 faisait, il dit à ses disciples :
1 littéralement : il.

44 « Vous, gardez bien ces paroles que vous avez entendues1, car le Fils de l'homme va être livré entre les mains des hommes. »
1 littéralement : dans vos oreilles.

45 Mais ils ne comprirent pas cette parole et elle leur était voilée afin qu'ils n'en saisissent pas le sens. Et ils craignaient de l'interroger au sujet de cette parole.

Qui est le plus grand

46 Et une discussion s'éleva entre1 eux [pour savoir] qui serait2 le plus grand parmi eux.
1 littéralement : une discussion entra en. 2 ou : était.

47 Mais Jésus, sachant le raisonnement de leur cœur, prit un petit enfant et le plaça près de lui.

48 Et il leur dit : « Celui qui recevra ce petit enfant en mon nom me reçoit, et celui qui me reçoit, reçoit celui qui m'a envoyé. Car celui qui est le plus petit parmi vous tous, c'est celui-là qui est grand. »

Quelqu'un d'autre que les disciples chasse les démons

49 Et Jean, répondant, dit : « Maître1, nous avons vu quelqu'un qui chassait des démons en ton nom et nous l'en avons empêché, parce qu'il ne [te] suit pas avec nous. »
1 maître : celui qui est au-dessus des autres.

50 Et Jésus lui dit : « Ne l'en empêchez pas, car celui qui n'est pas contre vous est pour vous. »

Mauvais accueil de Jésus dans un village de Samaritains

51 Or il arriva, comme les jours de son élévation au ciel1 allaient être accomplis, qu'il tourna résolument sa face pour aller à Jérusalem.
1 littéralement : enlèvement.

52 Et il envoya des messagers devant lui1. Et s'en étant allés, ils entrèrent dans un village de Samaritains pour lui préparer [un logement].
1 littéralement : devant sa face.

53 Mais ils ne le reçurent pas, parce que sa face était dirigée vers Jérusalem.

54 Alors les disciples Jacques et Jean, voyant cela, dirent : « Seigneur, veux-tu que nous disions que le feu descende du ciel et les consume ? »

55 Mais s'étant retourné, il les réprimanda sévèrement.

56 Puis ils allèrent dans un autre village.

Après la scène de gloire dont Il a été le centre, Jésus doit faire face à une situation terrible: l'emprise de Satan sur un jeune garçon et la détresse de son père. La délivrance qu'Il opère exalte la grandeur de Dieu (v. 43).

Quelle inconséquence nous trouvons ensuite chez les disciples! Ils suivent Celui dont l'abaissement volontaire le conduit à la croix. Mais en même temps ils s'occupent de savoir lequel d'entre eux sera le plus grand (v. 46)! Ils ont eux-mêmes chassé les démons au nom du Seigneur — sans toujours y réussir (v. 40) — mais ils interdisent à un autre de le faire (v. 49; comp. Nomb. 11:26-29 nb 11.24-30). Enfin, tandis que leur Maître est en chemin pour accomplir l'œuvre du salut des hommes… et le leur, Jacques et Jean voudraient faire descendre le feu du jugement sur les Samaritains qui refusent de le recevoir. Égoïsme, jalousie, étroitesse, rancune et projets de vengeance, nous reconnaissons le triste esprit qui, hélas! anime souvent nos pauvres cœurs naturels (v. 55).

Jésus entreprend maintenant son dernier voyage à Jérusalem en pleine connaissance de ce qui l'y attend, mais avec une sainte détermination. Il dresse sa face résolument (v. 51). Notre cher Sauveur ne déviera pas du but que son amour s'est assigné.