Luc

Luc 5:27-39

Appel du publicain Lévi

27 Et après cela, Jésus1 sortit et vit un publicain nommé Lévi, assis au bureau des impôts; et il lui dit : « Suis-moi ! »
1 littéralement : il.

28 Et ayant tout quitté, il se leva et le suivit.

29 Et Lévi lui fit un grand festin dans sa maison. Et il y avait une grande foule de publicains et d'autres gens qui étaient à table avec eux.

30 Et les Pharisiens et leurs scribes murmuraient contre ses disciples, en disant : « Pourquoi mangez-vous et buvez-vous avec les publicains et les pécheurs ? »

31 Mais Jésus, répondant, leur dit : « Ceux qui sont en bonne santé n'ont pas besoin de médecin, mais ceux qui se portent mal.

32 Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs à la repentance. »

Question sur le jeûne – Ce qui est vieux et ce qui est nouveau

33 Et ils lui dirent : « Pourquoi les disciples de Jean jeûnent-ils souvent et font-ils des prières, comme aussi les disciples1 des Pharisiens, alors que les tiens mangent et boivent ? »
1 littéralement : ceux.

34 Et Jésus leur dit : « Pouvez-vous faire jeûner les fils de la salle des noces1 pendant que l'époux est avec eux ?
1 c.-à-d. : les compagnons de l'époux.

35 Mais des jours viendront où l'époux leur sera enlevé ; alors ils jeûneront en ces jours-là. »

36 Puis il leur dit aussi une parabole : « Personne ne déchire un morceau d'un habit neuf pour le mettre à un vieil habit ; sinon il aura déchiré [l'habit] neuf et la pièce [tirée] du neuf ne sera pas assortie au vieux.

37 Et personne ne met du vin nouveau dans de vieilles outres ; sinon le vin nouveau fera éclater les outres et se répandra, et les outres seront perdues.

38 Mais le vin nouveau doit être mis dans des outres neuves1.
1 plusieurs manuscrits ajoutent : et tous les deux se conservent.

39 [Et] il n'y a personne qui, ayant bu du vieux, veuille du nouveau ; car il dit : "Le vieux est meilleur." »

Lévi (ou Matthieu: Matt. 9:9 mt 9.9-13) est à son travail lorsque la voix de Jésus l'appelle. Il quitte tout, se lève et le suit. Puis il reçoit le Seigneur chez lui en même temps que ses anciens collègues, pour leur donner l'occasion de rencontrer son nouveau Maître (Puissent nos invitations avoir aussi ce motif!). Ces publicains, percepteurs d'impôts, étaient détestés par les autres Juifs parce qu'ils s'enrichissaient à leurs dépens et tiraient un profit personnel du joug romain. D'où l'indignation des scribes et des pharisiens en voyant Jésus et ses disciples en compagnie de ces renégats. Combien de personnes sont davantage portées à se retirer des pécheurs plutôt que du péché! En réponse à ces murmures Jésus se fait connaître comme le grand médecin des âmes. De même que le docteur ne se rend pas chez des gens bien portants (ou qui se croient tels), le Seigneur ne peut s'occuper que de ceux qui reconnaissent leur culpabilité.

Puis les scribes et les pharisiens soulèvent la question du jeûne. Jésus leur répond que cette marque de tristesse n'était pas de saison pendant que Lui, l'Époux, était au milieu d'eux. Du reste la servitude de la Loi et des ordonnances ne s'accorde pas avec la liberté et la joie qu'apporte la grâce (v. 36, 37).