Josué

Josué 17:1-18

L'héritage de Manassé

17 Et le [premier] lot attribué à la tribu de Manassé — or il était le premier-né de Joseph — fut pour Makir, premier-né de Manassé, père de Galaad. Parce qu'il était un homme de guerre, Galaad et Basan furent pour lui.

2 Et [le reste] fut pour les autres fils de Manassé, selon leurs familles : pour les fils d'Abiézer et pour les fils de Hélek, et pour les fils d'Asriel, et pour les fils de Sichem, et pour les fils de Hépher, et pour les fils de Shemida. Ceux-là sont les fils de Manassé, fils de Joseph, les hommes1, selon leurs familles.
1 littéralement : mâles.

3 Or Tselophkhad, fils de Hépher, fils de Galaad, fils de Makir, fils de Manassé, n'eut pas de fils, [mais] seulement des filles. Et voici les noms de ses filles : Makhla et Noa, Hogla, Milca et Thirtsa.

4 Et elles se présentèrent devant Éléazar le sacrificateur et devant Josué, fils de Nun, et devant les princes, en disant : « L'Éternel a commandé à Moïse de nous donner un héritage au milieu de nos frères. » Et Josué1 leur donna, d'après le commandement de l'Éternel, un héritage au milieu des frères de leur père.
1 littéralement : il.

5 On attribua donc dix parts à Manassé, sans compter le pays de Galaad et de Basan, qui est de l'autre côté du Jourdain1.
1 c.-à-d. : du côté est du Jourdain.

6 Car les filles de Manassé reçurent un héritage au milieu de ses fils et le pays de Galaad fut pour les autres fils de Manassé.

7 Et le territoire de Manassé allait d'Aser à Micmethath qui est en face de Sichem. Et la frontière allait à droite vers les habitants d'En-Tappuakh.

8 Le pays de Tappuakh était à Manassé, mais Tappuakh, sur la frontière de Manassé, était aux fils d'Éphraïm.

9 Et la frontière descendait au torrent de Kana, au sud du torrent. Ces villes étaient à Éphraïm, au milieu des villes de Manassé. Et la frontière de Manassé était au nord du torrent et aboutissait à la mer.

10 Le sud était à Éphraïm et le nord à Manassé et la mer était sa frontière. Et ils touchaient Aser au nord et Issacar à l'est.

11 Et Manassé avait dans Issacar et dans Aser Beth-Shean et les villages qui en dépendent1, et Jibleam et les villages qui en dépendent, et les habitants de Dor et les villages qui en dépendent, et les habitants d'En-Dor et les villages qui en dépendent, et les habitants de Thaanac et les villages qui en dépendent, et les habitants de Meguiddo et les villages qui en dépendent, [soit] trois régions montagneuses.
1 littéralement : ses filles ; ici et ailleurs.

12 Mais les fils de Manassé ne purent pas prendre possession de ces villes, et les Cananéens s'obstinèrent à habiter dans ce pays.

13 Et il arriva, quand les fils d'Israël furent devenus forts, qu'ils rendirent tributaire les Cananéens, mais ils ne les dépossédèrent pas du tout.

De nouveaux territoires à conquérir pour les fils de Joseph

14 Et les fils de Joseph parlèrent à Josué, en disant : « Pourquoi m'as-tu donné un seul lot et une seule part en héritage, à moi qui suis un peuple nombreux, d'autant que l'Éternel m'a béni jusqu'à présent ? »

15 Et Josué leur dit : « Si tu es un peuple nombreux, alors monte dans la forêt et défriche-la pour t'y [faire de la place] dans le pays des Phéréziens et des Rephaïm, puisque la montagne d'Éphraïm est trop étroite pour toi. »

16 Mais les fils de Joseph dirent : « La montagne ne nous suffira pas et il y a des chars de fer chez tous les Cananéens qui habitent le pays de la vallée, chez ceux de Beth-Shean et des villages qui en dépendent, et chez ceux de la vallée de Jizreël. »

17 Alors Josué parla à la maison de Joseph, à Éphraïm et à Manassé, en disant : « Tu es un peuple nombreux et tu as une grande puissance. Tu n'auras pas un seul lot,

18 mais la montagne sera à toi. Comme c'est une forêt, tu la défricheras et elle sera à toi jusqu'à ses extrémités. Car tu déposséderas les Cananéens, bien qu'ils aient des chars de fer [et] bien qu'ils soient forts. »

Manassé reçoit son lot et aussitôt reparaissent les cinq filles de Tselophkhad avec leur belle ténacité. Se réclamant du commandement de l'Éternel à Moïse (Nombr. 27:6, 7 nb 27.1-11), elles revendiquent l'héritage longtemps attendu. La moitié de leur tribu a opté pour l'autre côté du Jourdain, mais pour elles la question ne se pose pas. C'est en Canaan, au milieu de leurs frères qu'est leur héritage. Et rappelons à cette occasion que si les femmes chrétiennes ne sont pas appelées à certains services publics tels que la prédication, leur part céleste, leur jouissance des bénédictions d'en haut, ne sont nullement inférieures à celles de leurs frères.

D'une manière générale, remarquons avec quel soin l'Éternel trace les limites de chaque tribu. L'une après l'autre, chacune reçoit son lot avec en premier lieu l'indication du contour, puis la liste des villes qui s'y trouvent. Dieu attend des siens, en retour, de l'empressement pour se les approprier. Or voyez Éphraïm! Sa montagne ne lui plaît pas: elle lui demande trop d'efforts; il réclame un autre lot, non par foi mais par paresse. Que de pertes nous faisons, comme cette tribu, par manque d'énergie, notamment dans le domaine qui nous est toujours dévolu: celui de la prière (Jacq. 4:2 fin jq 4.1-10)!