Jérémie

Jérémie 36:1-15

Le livre écrit par Jérémie est brûlé par le roi Jehoïakim

36 Et il arriva, dans la quatrième année de Jehoïakim,1 fils de Josias, roi de Juda, que cette parole fut [adressée] à Jérémie, de la part de l'Éternel, en disant :
1 date : 606 av. J.-C.

2 « Procure-toi un rouleau de livre et tu y écriras toutes les paroles que je t'ai dites contre Israël et contre Juda et contre toutes les nations, depuis le jour où je t'ai parlé, depuis les jours de Josias et jusqu'à ce jour.

3 Peut-être la maison de Juda écoutera-t-elle tout le malheur que je pense lui faire, afin qu'ils reviennent chacun de sa mauvaise voie et que je leur pardonne leur iniquité et leur péché. »

4 Alors Jérémie appela Baruc, fils de Nérija. Et Baruc écrivit, sous la dictée1 de Jérémie, sur un rouleau de livre, toutes les paroles que l'Éternel avait dites à Jérémie2.
1 littéralement : de la bouche. 2 littéralement : toutes les paroles de l'Éternel qu'il lui avait dites.

5 Puis Jérémie donna cet ordre à Baruc, en disant : « Je suis enfermé, je ne peux pas entrer dans la Maison de l'Éternel.

6 Mais toi, tu y entreras et tu liras, dans le rouleau que tu as écrit sous ma dictée1, les paroles de l'Éternel aux oreilles du peuple, dans la Maison de l'Éternel, le jour du jeûne. Et tu les liras aussi aux oreilles de tous ceux de Juda qui viennent de leurs villes.
1 littéralement : de ma bouche.

7 Peut-être leur supplication viendra-t-elle1 devant l'Éternel et ils reviendront chacun de sa mauvaise voie. Car grande est la colère et la fureur que l'Éternel a exprimée envers ce peuple. »
1 littéralement : tombera-t-elle ; ici et ailleurs dans Jérémie.

8 Alors Baruc, fils de Nérija, fit selon tout ce que Jérémie le prophète lui avait ordonné, pour lire dans la Maison de l'Éternel les paroles de l'Éternel [contenues] dans le livre.

9 Et il arriva, dans la cinquième année de Jehoïakim, fils de Josias, roi de Juda, au neuvième mois, qu'on proclama un jeûne devant l'Éternel pour tout le peuple de Jérusalem et pour tout le peuple venu à Jérusalem depuis les villes de Juda.

10 Alors Baruc lut dans le livre les paroles de Jérémie, dans la Maison de l'Éternel, dans la salle de Guemaria, fils de Shaphan le scribe, dans le parvis supérieur, à l'entrée de la porte Neuve de la Maison de l'Éternel. [Il les lut] aux oreilles de tout le peuple.

11 Et Michée, fils de Guemaria, fils de Shaphan, entendit toutes les paroles de l'Éternel [contenues] dans le livre.

12 Alors il descendit à la maison du roi, dans la salle du Scribe. Et voici, tous les princes étaient assis là : Élishama le scribe et Delaïa, fils de Shemahia, et Elnathan, fils d'Acbor, et Guemaria, fils de Shaphan, et Sédécias, fils de Hanania, et tous les princes.

13 Et Michée leur rapporta toutes les paroles qu'il avait entendues, quand Baruc lisait dans le livre, aux oreilles du peuple.

14 Alors tous les princes envoyèrent Jehudi, fils de Nethania, fils de Shélémia, fils de Cushi, vers Baruc, pour [lui] dire : « Prends dans ta main le rouleau dans lequel tu as lu aux oreilles du peuple et viens ! » Et Baruc, fils de Nérija, prit le rouleau dans sa main et alla vers eux.

15 Et ils lui dirent : « Assieds-toi, je te prie, et lis-le à nos oreilles. » Et Baruc [le] lut à leurs oreilles.

Nous avons déjà fait la connaissance de Baruc, secrétaire et ami fidèle de Jérémie (ch. 32 v. 12 jr 32.8-15). Son nom signifie «béni». Bien qu'appartenant à une noble famille (son frère Seraïa était premier chambellan du roi; ch. 51 v. 59 jr 51.59-64), cet homme avait choisi la compagnie du prophète captif, haï et méprisé plutôt que celle des princes à laquelle sa naissance lui donnait droit. Il nous fait penser à Onésiphore, ce frère dévoué qui visitait Paul dans sa prison à Rome, au sujet duquel ce dernier peut écrire à Timothée: «Il m'a souvent consolé et n'a pas eu honte de ma chaîne,… et tu sais mieux que personne combien de services il a rendus dans Éphèse» (2 Tim. 1:16-18 2tm 1.15-18). Baruc, lui aussi, est toujours prêt à servir malgré les risques que cela comporte. Oui admirons — et souhaitons posséder — ce beau zèle dicté par l'amour, à la fois pour Dieu, pour son serviteur et pour son peuple. Il s'agit ici d'écrire, sous la dictée de Jérémie prisonnier, les paroles de Dieu lui-même (comp. aussi Rom. 16:22 rm 16.21-24); puis de les lire, le jour du jeûne, aux oreilles de tout Juda. Un auditeur nommé Michée, spécialement attentif, s'empresse d'informer les princes et ceux-ci convoquent Baruc pour qu'il leur donne une audition particulière du contenu de ce rouleau.