Jérémie

Jérémie 1:1-19

Appel et mission de Jérémie

1 Paroles de Jérémie, fils de Hilkija, l'un des sacrificateurs1 qui étaient à Anathoth, dans le pays de Benjamin.
1 ou : prêtres.

2 C'est à lui que fut [adressée] la parole de l'Éternel dans les jours de Josias, fils d'Amon, roi de Juda, dans la 13e année de son règne.

3 Et elle [lui] fut aussi [adressée] dans les jours de Jehoïakim, fils de Josias, roi de Juda, jusqu'à la fin de la 11e année de Sédécias, fils de Josias, roi de Juda, jusqu'à ce que [les habitants de] Jérusalem soient emmenés en captivité, au 5e mois.1
1 date : 629-588 av. J.-C.

4 Alors la parole de l'Éternel me fut [adressée], en disant :

5 « Avant que je te forme dans le ventre [maternel], je te connaissais, et avant que tu sois sorti de l'utérus, je t'ai sanctifié, je t'ai établi1 comme prophète pour les nations. »
1 littéralement : donné.

6 Mais je dis : « Ah ! Seigneur Éternel ! Voici, je ne sais pas parler, car je suis un enfant. »

7 Et l'Éternel me dit : « Ne dis pas : "Je suis un enfant", car pour tout ce pour quoi je t'enverrai, tu iras, et tout ce que je te commanderai, tu le diras.

8 Ne les crains pas, car je suis avec toi pour te délivrer, déclare1 l'Éternel. »
1 déclarer, dans le sens de la diction d'un oracle ; ici et ailleurs souvent dans les Prophètes.

9 Puis l'Éternel étendit sa main, et toucha ma bouche ; et l'Éternel me dit : « Voici, j'ai mis mes paroles dans ta bouche.

10 Regarde, je t'ai établi en ce jour sur les nations et sur les royaumes pour arracher, et pour démolir, et pour détruire, et pour renverser, pour construire et pour planter. »

11 Puis la parole de l'Éternel me fut [adressée], en disant : « Que vois-tu, Jérémie ? » Et je dis : « Je vois une branche d'amandier1. »
1 amandier, hébreu : shaqed (qui veille ; ou : qui s'éveille) ; il est le premier arbre à fleurir au printemps.

12 Et l'Éternel me dit : « Tu as bien vu, car je veille sur ma parole pour l'exécuter. »

13 Puis la parole de l'Éternel me fut [adressée] une deuxième fois, en disant : « Que vois-tu ? » Et je dis : « Je vois une marmite qui bouillonne, dont la face avant est du côté du nord. »

14 Et l'Éternel me dit : « Du nord fondra le malheur sur tous les habitants du pays.

15 Car voici, j'appelle toutes les familles des royaumes du nord, déclare l'Éternel, et elles viendront et mettront chacune son trône à l'entrée des portes de Jérusalem, et contre toutes ses murailles, tout autour, et contre toutes les villes de Juda.

16 Et je prononcerai mes jugements contre eux, à cause de toute leur iniquité, car ils m'ont abandonné, et ont brûlé de l'encens à d'autres dieux, et se sont prosternés devant les œuvres de leurs mains.

17 « Or toi, mets une ceinture à tes reins, et lève-toi, et dis-leur tout ce que moi, je te commanderai. Ne sois pas terrifié devant eux, de peur que je ne te terrifie devant eux.

18 Et moi, voici, je t'établis aujourd'hui comme une ville fortifiée, et comme une colonne de fer, et comme des murailles de bronze contre tout le pays, contre les rois de Juda, ses princes, ses sacrificateurs, et le peuple du pays.

19 Et ils te combattront, mais ils ne l'emporteront pas sur toi, car je suis avec toi pour te délivrer, déclare l'Éternel. »

Le livre de Jérémie nous ramène au temps des derniers rois de Juda avant la captivité. L'apparition d'un prophète est toujours l'indice du mauvais état du peuple d'Israël, mais aussi une preuve de la grâce de Dieu. Dès avant sa naissance, l'Éternel avait mis à part ce jeune sacrificateur pour le service auquel il le destinait (comp. Gal. 1:15 gl 1.13-19). Timide, Jérémie commence par résister à l'appel de Dieu: «Je suis un enfant». Ne parle pas ainsi — lui répond l'Éternel. Qu'importent tes capacités, du moment que tu ne dis et ne fais rien d'autre que ce que je te commande. C'est ce que nous exprimons quand nous chantons:

Notre impuissance même est notre sûreté,
Qui ne veut rien sans Lui peut tout en Sa bonté.

Pour encourager son jeune messager, Dieu lui donne deux visions remarquables: Le bâton d'amandier («l'arbre qui veille») rappelle le bâton d'Aaron qui jadis avait bourgeonné, fleuri et mûri des amandes (Nomb. 17:8 nb 17.1-11) et confirme la décision de ce Dieu vigilant et fidèle. Il faut donc se hâter d'avertir le peuple et le presser de se repentir, car le pot bouillant annonce la menace imminente d'ennemis venant du nord. Tâche difficile! Mais Jérémie reçoit la force d'en haut (v. 18) avec une promesse: «Moi je suis avec toi» (v. 19; voir aussi ch. 15 v. 20 jr 15.19-21).