Jacques

Jacques 1:13-27

La tentation

13 Que personne, quand il est tenté, ne dise : « Je suis tenté par Dieu. » Car Dieu ne peut pas être tenté par le mal, et lui-même ne tente personne.

14 Mais chacun est tenté, étant attiré et amorcé par sa propre convoitise.

15 Puis la convoitise ayant conçu donne naissance au péché, et le péché étant parvenu à son terme produit1 la mort.
1 littéralement : engendre.

Relation avec Dieu

16 Ne vous égarez pas, mes frères bien-aimés !

17 Tout ce qui nous est donné de bon et tout don parfait descendent d'en haut, du Père des lumières, en qui il n'y a ni changement ni l'ombre d'une variation1.
1 comparer avec Ésaïe 37:16 ; 41:4 ; 43:10, etc.

18 De sa propre volonté il nous a engendrés par la parole de vérité pour que nous soyons comme les prémices de ses créatures.

Mettre en pratique la parole de Dieu

19 Sachez-le1, mes frères bien-aimés, que tout homme soit prompt à écouter, lent à parler, lent à [se mettre en] colère.
1 plusieurs manuscrits portent : Ainsi donc.

20 Car la colère de l'homme n'accomplit pas1 la justice de Dieu.
1 ou : n'opère pas.

21 C'est pourquoi, rejetant toute saleté et tout débordement de méchanceté, recevez avec douceur la Parole implantée [en vous], qui a le pouvoir de sauver vos âmes.

22 Mais mettez la Parole en pratique et ne l'écoutez pas seulement, vous trompant vous-mêmes.

23 En effet, si quelqu'un écoute la Parole et ne la met pas en pratique, il est semblable à un homme qui considère son visage naturel dans un miroir.

24 Car il s'est observé lui-même, puis s'en est allé, et aussitôt il a oublié comment il était.

25 Mais celui qui aura regardé de près dans la loi parfaite, celle de la liberté, et qui aura persévéré, n'étant pas un auditeur oublieux mais un faiseur d'œuvres, celui-là sera bienheureux dans ce qu'il fait.

26 Si quelqu'un pense1 être religieux et qu'il ne tienne pas sa langue en bride, mais trompe son cœur, la religion de cet homme est sans valeur.
1 ou : paraît.

27 La religion pure et sans tache devant [celui qui est] Dieu et Père est celle-ci : visiter les orphelins et les veuves dans leurs afflictions, se conserver pur du monde.

Dans les v. 2 jq 1.2-3 et 12 jq 1.12, le mot épreuve signifie l'épreuve qui vient du dehors. Dieu nous la dispense pour notre bien et finalement notre joie. Au v. 13, être tenté a un sens différent: il suppose le mal. On est amorcé intérieurement par ses convoitises. De cela, comment Dieu serait-Il la cause? Rien de ténébreux ne peut descendre du «Père des lumières (comp. 1 Jean 1:5 1j 1.5-7). Celui qui nous a envoyé son propre Fils nous donne avec Lui «tout don parfait» (v. 17; Rom. 8. 32 rm 8.31-39). La source du mal est en nous: mauvaises pensées, dont les filles s'appelleront mauvaises paroles et mauvaises actions. Mais il ne suffit pas d'en être conscient. Nous risquons de ressembler à quelqu'un qui constaterait sa malpropreté dans un miroir et n'irait pas ensuite se laver. La Parole de Dieu est ce miroir. Elle montre à l'homme ce qu'il est; elle lui apprend ce qu’est faire le bien (ch. 4 v. 17 jq 4.13-17), elle ne peut le faire à sa place.

En quoi consiste la seule «religion» reconnue par Dieu le Père? Pas dans les vaines cérémonies que les hommes appellent «la religion». Elle découle de la double position dans laquelle le Seigneur a laissé les siens: Dans le monde, et c'est le dévouement de l'amour. Pas du monde, c'est donc pour nous en conserver purs (v. 27; Jean 17:11, 14, 16 j 17.11-16).