Hébreux

Hébreux 7:18-28

Excellence de la sacrificature de Christ

18 En effet, il y a abrogation1 du commandement qui a précédé, à cause de sa faiblesse et de son inutilité
1 littéralement : annulation.

19 — car la Loi n'a rien amené à la perfection — et introduction d'une meilleure espérance par laquelle nous nous approchons de Dieu.

20 1Et de plus, [cela n'a] pas [eu lieu] sans serment. Car ceux-là sont devenus sacrificateurs sans serment,
1 les versets 20 à 22 forment une seule phrase dans le texte original.

21 mais Jésus1 [l'est devenu] avec serment par celui qui lui a dit2 : « Le °Seigneur a juré et ne se repentira pas : Tu es sacrificateur pour l'éternité3. »
1 littéralement : lui. 2 ou : celui qui a dit de lui. 3 plusieurs manuscrits ajoutent : selon l'ordre de Melchisédec.

22 C'est pour cela que Jésus est [aussi] devenu le garant d'une meilleure alliance.1
1 les versets 20 à 22 forment une seule phrase dans le texte original.

23 De plus, il y a eu un grand nombre de sacrificateurs, parce que la mort les empêchait de continuer [leur service].

24 Mais lui, parce qu'il subsiste éternellement, a la sacrificature qui ne se transmet pas1.
1 ou : qui ne change pas.

25 De là vient aussi qu'il peut sauver entièrement1 ceux qui s'approchent de Dieu par lui, étant toujours vivant pour intercéder pour eux.
1 littéralement : jusqu'à l'achèvement.

Excellence de Jésus Christ comme souverain sacrificateur

26 Car c'est bien un tel souverain sacrificateur qui nous convenait : saint1, exempt de tout mal, sans souillure, séparé des pécheurs, et élevé2 plus haut que les cieux.
1 ou : pieux ; voir Actes 2:27. 2 littéralement : devenu.

27 Lui n'a pas besoin, comme les souverains sacrificateurs, d'offrir chaque jour des sacrifices, d'abord pour ses propres péchés, ensuite pour ceux du peuple. Car il a fait cela une fois pour toutes, s'étant offert lui-même.

28 En effet, la Loi établit pour souverains sacrificateurs des hommes qui sont dans la faiblesse1, mais la parole du serment, celle qui est après la Loi, [établit] un Fils qui est rendu parfait2 pour l'éternité.
1 littéralement : des hommes ayant faiblesse. 2 dans cette épître, rendre parfait, c'est faire tout ce qui est nécessaire pour rendre propre à remplir une fonction.

Jusqu'à ce qu'Il soit élevé plus haut que les cieux, Jésus ne pouvait pas être notre souverain Sacrificateur. Pour pouvoir nous représenter devant Dieu il fallait d'abord qu'Il s'offre Lui-même pour nous. Avant toutes choses nous avions besoin d'un Rédempteur. Mais maintenant le Sauveur de nos âmes est aussi Celui qui nous sauve entièrement, c'est-à-dire qui nous prend en charge jusqu'à notre entrée dans sa gloire. Et comme Il est vivant à jamais, nous avons l'assurance qu'à aucun moment Il ne pourra nous faire défaut. En vérité, un tel souverain sacrificateur nous convenait. Sa perfection morale exprimée de toutes les manières et sa position en gloire devant Dieu, nous amènent à nous écrier: «Vois, ô Dieu! Et regarde la face de ton oint» (Ps. 84:10 ps 84.9-13).

Bientôt nous n'aurons plus besoin de son intercession. Elle prendra fin quand tous les rachetés auront achevé leur pèlerinage. Pourquoi alors est-il répété: «tu es sacrificateur pour l'éternité» (ch. 5 v. 6 hb 5.5-11; ch. 6 v. 20 hb 6.17-20; ch. 7 v. 17, 21 hb 7.11-22)? Parce que le sacrificateur est aussi celui qui conduit la louange. Service éternel que notre cher Sauveur ne sera plus seul à remplir. Il l'accomplira avec ceux qu'Il aura sauvés entièrement et qui seront à jamais ses compagnons dans la gloire (ch. 2 v. 12 hb 2.11-13).