Hébreux

Hébreux 7:1-17

Melchisédec, au-dessus d'Abraham, est sacrificateur pour toujours

7 1Car ce Melchisédec2 [est] roi de Salem3, sacrificateur du Dieu Très-Haut4. Il alla à la rencontre d'Abraham lorsqu'il revenait de la défaite des rois, et il le bénit.
1 les versets 1 à 3 forment une seule phrase dans le texte original. 2 Melchisédec : roi de justice. 3 Salem : paix. 4 Très-Haut, hébreu : Hélion ; voir Luc 1:32 ; comparer avec Gen. 14:18.

2 C'est aussi Abraham qui lui donna pour part la dîme de tout1. D'après la traduction [de son nom, Melchisédec] est d'abord roi de justice et puis aussi roi de Salem, c'est-à-dire roi de paix.
1 voir Gen. 14:18-20.

3 Sans père, sans mère, sans généalogie, n'ayant ni commencement de jours ni fin de vie, mais assimilé1 au Fils de Dieu, il reste sacrificateur pour toujours.2
1 ou : rendu semblable. 2 les versets 1 à 3 forment une seule phrase dans le texte original.

4 Mais considérez combien grand était celui à qui [même] Abraham donna comme dîme la meilleure part du butin, [lui] le patriarche.

5 Et ceux d'entre les fils de Lévi qui reçoivent la sacrificature1 ont bien un commandement, selon la Loi, de prélever la dîme sur le peuple, c'est-à-dire sur leurs frères, bien qu'ils soient sortis des reins d'Abraham.
1 la sacrificature (ou : sacerdoce) était le service que le sacrificateur (ou : prêtre) exerçait dans le Tabernacle ou le Temple.

6 Mais celui qui ne tire pas généalogiquement son origine d'eux a soumis Abraham à la dîme et a béni celui qui avait les promesses.

7 Or incontestablement, le plus petit est béni par le plus excellent.

8 Et d'un côté, ce sont des hommes mortels qui reçoivent des dîmes ; de l'autre, c'est quelqu'un dont on atteste qu'il est vivant.

9 Et pour ainsi dire, Lévi même qui reçoit des dîmes a été soumis à la dîme à travers Abraham,

10 car il était encore dans les reins de son père1 quand Melchisédec alla à la rencontre d'Abraham2.
1 c.-à-d. : Abraham. 2 littéralement : l'a rencontré.

La sacrificature selon l'ordre de Melchisédec est supérieure à la sacrificature lévitique

11 Si donc la perfection était [réalisée] par [le moyen de] la sacrificature lévitique — car c'est en relation avec elle1 que le peuple a reçu la Loi — quel besoin y avait-il encore qu'un autre sacrificateur se lève selon l'ordre de Melchisédec et qui ne soit pas nommé selon l'ordre d'Aaron ?
1 ou : car c'est sur ce fondement.

12 Car la sacrificature étant changée, il y a aussi par nécessité un changement de loi.

13 En effet, celui à l'égard duquel ces choses sont dites appartient à une autre tribu, dont personne n'a été affecté [au service] de l'autel.

14 Car il est évident que notre Seigneur est sorti1 de Juda, d'une tribu pour laquelle Moïse n'a rien dit en ce qui concerne les sacrificateurs.
1 littéralement : s'est levé ; les Septante rendaient le « Germe » de Jér. 23:5, Zach. 3:8, etc. par : lever [du soleil], ou : orient, lever d'un astre ; voir Luc 1:78.

15 Et cela est encore bien plus évident si, à la ressemblance de Melchisédec, un autre sacrificateur se lève,

16 qui n'a pas été établi selon la loi d'un commandement qui concerne la chair1, mais selon la puissance d'une vie impérissable.
1 littéralement : commandement charnel ; c.-à-d. concernant la seule descendance charnelle et mortelle de Lévi ; voir Nombres 18:7-8 ; Lév. 21:16-24.

17 Car [ce] témoignage [lui] est rendu : « Tu es sacrificateur pour l'éternité selon l'ordre de Melchisédec. »1
1 Psaume 110:4.

L'auteur de l'épître avait beaucoup de choses à dire au sujet de Melchisédec (ch. 5 v. 10, 11 hb 5.5-11). Ce mystérieux personnage traverse l'histoire d'Abraham (Gen. 14 gn 14.17-20), agissant comme médiateur, bénissant Abraham de la part du Dieu Très-Haut, puis bénissant ce Dieu Très-Haut au nom du patriarche. En revanche tout ce qui concerne sa personne et ses origines est laissé dans l'ombre. Et nous comprenons pourquoi. Ce qui intéresse l'Esprit de Dieu, ce n'est pas l'homme ici, mais son office. Roi et sacrificateur, Melchisédec est un «type» du Seigneur Jésus quand il règnera en justice et sera sacrificateur sur son trône. La sacrificature selon l'ordre de Melchisédec est en tous points supérieure à celle d'Aaron:

  1. Son titulaire est plus excellent qu'Abraham, puisque ce patriarche a donné la dîme à Melchisédec et a été béni par lui.
  2. Antérieure à l'histoire d'Israël, elle ne s'exerce pas seulement au bénéfice de ce peuple, mais de tout croyant.
  3. Elle est enfin intransmissible, puisque celui qui en a la charge est toujours vivant (Rom. 8:34 rm 8.31-37).

Beaucoup de personnes dans la chrétienté croient nécessaire de recourir à des intermédiaires, prêtres ou «saints». Cette épître leur apprend que Dieu nous a donné un seul souverain sacrificateur, ou médiateur, parfait et suffisant pour l'éternité (ch. 10 v. 21, 22 hb 10.19-22).