Hébreux

Hébreux 4:8-16

8 Car si Josué leur avait donné le repos, Dieu1 n'aurait pas parlé après cela d'un autre jour.
1 littéralement : il.

9 Il reste donc un repos sabbatique pour le peuple de Dieu.

10 Car celui qui est entré dans le repos de Dieu1, s'est reposé lui aussi de ses œuvres, comme Dieu [s'est reposé] de ses propres œuvres2.
1 littéralement : son repos. 2 littéralement : des siennes propres.

11 Appliquons-nous donc à entrer dans ce repos-là, afin que personne ne tombe en imitant une semblable désobéissance1.
1 voir Deut. 1:26 et Nombres 14:43.

Puissance de la parole de Dieu

12 Car la parole de Dieu est vivante et agissante et plus acérée que n'importe quelle épée à deux tranchants. Et elle pénètre jusqu'à séparer âme et esprit, jointures et moelles aussi. Et elle discerne les pensées et les réflexions du cœur.

13 Et il n'y a aucune créature qui soit cachée devant lui1, mais toutes choses sont nues et découvertes aux yeux de celui2 à qui nous devons rendre compte.
1 ou : devant elle. 2 ou : de celle.

Jésus Christ, le grand souverain sacrificateur

14 Ayant donc un grand souverain sacrificateur qui a traversé les cieux, Jésus, le Fils de Dieu, tenons fermement ce que nous reconnaissons publiquement1.
1 c.-à-d. : l'ensemble de la vérité chrétienne.

15 Car nous n'avons pas un souverain sacrificateur qui soit incapable de compatir à nos faiblesses, mais [nous avons un souverain sacrificateur qui a été] tenté1 en toutes choses de façon semblable [à nous]2, à l'exception du péché.
1 littéralement : testé, mis à l'épreuve. 2 littéralement : selon ressemblance.

16 Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin que nous recevions miséricorde et que nous trouvions grâce pour [avoir du] secours au moment opportun.

Jusqu'à notre entrée dans le repos divin, c'est encore pour nous, enfants de Dieu, le temps de la fatigue liée à la marche, au service et au combat. Mais nous ne sommes pas laissés sans ressources. Des trois que mentionne ce chapitre, la première est la Parole de Dieu. Aujourd'hui nous entendons Sa voix… Cette Parole veille à notre état intérieur. Vivante, elle nous apporte la vie; opérante, elle fait son travail en nous (Éph. 6:17 ep 6.10-20 nous la présente au contraire comme arme offensive). Tranchante enfin: laissons-nous sonder par elle.

Mais à côté du péché que la Parole met en évidence et condamne, il y a en nous de la faiblesse et des infirmités. Dieu y a pourvu au moyen de deux autres ressources. Il nous a donné un grand Souverain Sacrificateur plein de compréhension et de sympathie. Homme ici-bas, Christ a connu toutes les formes de la souffrance humaine pour pouvoir «au moment opportun» déployer envers ses faibles rachetés toutes les formes de son amour. En second lieu Il nous a ouvert l'accès au trône de la grâce. Nous sommes invités à nous en approcher par la prière avec d'autant plus de liberté et de confiance que nous y rencontrons notre bien-aimé Sauveur. Est-ce là, et là seulement, que nous cherchons du secours (Ps. 60:13 ps 60.13)?