Genèse

Genèse 41:53-57; 42:1-8

Les sept années de famine

53 Mais les sept années d'abondance qu'il y eut dans le pays d'Égypte s'achevèrent

54 et les sept années de famine commencèrent à arriver, comme Joseph [l']avait dit. Et il y eut une famine dans tous les pays, mais, dans tout le pays d'Égypte, il y avait du pain.

55 Et tout le pays d'Égypte eut faim et le peuple cria vers le Pharaon pour [avoir] du pain. Mais le Pharaon dit à tous les Égyptiens : « Allez vers Joseph, faites ce qu'il vous dira ! »

56 Or la famine était sur toute la surface de la terre1. Et Joseph ouvrit tous les lieux de dépôt et vendit du blé aux Égyptiens. Et la famine était forte dans le pays d'Égypte.
1 ou : du pays.

57 Et de toute la terre on venait en Égypte, pour acheter du blé à Joseph, car la famine était forte sur toute la terre1.
1 ou : tout le pays.

Premier voyage des fils de Jacob en Égypte

42 Or Jacob vit qu'il y avait du blé en Égypte et Jacob dit à ses fils : « Pourquoi vous regardez-vous [les uns les autres] ? »

2 Et il dit : « Voici, j'ai appris qu'il y a du blé en Égypte. Descendez-y et achetez-nous-en là-bas, afin que nous vivions et que nous ne mourions pas. »

3 Alors dix frères de Joseph descendirent pour acheter du blé en Égypte.

4 Mais Jacob n'envoya pas Benjamin, le frère de Joseph, avec ses frères, car il disait : « De peur qu'un accident ne lui arrive. »

5 Et les fils d'Israël allèrent [en Égypte] pour acheter du blé, se joignant à ceux qui [y] allaient, car la famine était [aussi] dans le pays de Canaan.

6 Or Joseph était le gouverneur du pays ; c'était lui qui vendait le blé à tout le peuple du pays1. Et les frères de Joseph vinrent et se prosternèrent devant lui, le visage contre terre.
1 ou : à tous les peuples de la terre.

7 Et Joseph vit ses frères et les reconnut, mais il ne se fit pas reconnaître à eux. Alors il leur parla durement et leur dit : « D'où venez-vous ? » Et ils répondirent : « Du pays de Canaan pour acheter des vivres. »

8 Ainsi, Joseph reconnut ses frères, mais eux ne le reconnurent pas.

Ce que le Seigneur annonce s'accomplit certainement. Ainsi en est-il de la parole de Joseph qui était celle de Dieu lui-même. Les sept années d'abondance s'écoulent, puis la famine commence.

Dieu essaye tous les moyens pour tourner vers lui les pensées des hommes. C'est pourquoi dans le monde se succèdent la paix et la guerre, l'abondance et les privations, et aussi, dans la vie de chaque être humain, les joies et les épreuves. Hélas! les hommes ne pensent guère à remercier le Seigneur pour les joies qu'il leur accorde et ils ne vont généralement pas à lui non plus pour trouver du secours dans leurs épreuves. Pourtant, de même que le Pharaon commandait: «allez vers Joseph», l'Esprit de Dieu presse les hommes de se tourner vers le Sauveur, et lui-même appelle: «venez à moi...» (Matt. 11:28 mt 11.28-30). Oui, allons vers Celui qui seul donne en abondance ce qu'il faut pour nourrir nos âmes. Sachons aussi profiter des périodes d'abondance spirituelle, telle bonne réunion, telle lecture par exemple, pour remplir les «greniers» de notre mémoire et de nos cœurs (Prov. 10:5 pv 10.5). Dans les moments de besoin, de solitude, de découragement, ce que nous aurons ainsi mis en réserve nous donnera force et joie dans le Seigneur. Surtout n'oublions pas la fin du v. 55 «Faites ce qu'il vous dira» (comp. Jean 2:5 j 2.1-11).