Genèse

Genèse 27:1-29

Tromperie de Jacob pour obtenir la bénédiction paternelle

27 Et il arriva, lorsque Isaac fut devenu vieux et que ses yeux furent affaiblis de manière à ne plus voir, qu'il appela Ésaü, son fils aîné, et lui dit : « Mon fils ! » Et il lui dit : « Me voici ! »

2 Et Isaac1 dit : « Voici2, je suis vieux, je ne connais pas le jour de ma mort.
1 littéralement : il. 2 littéralement : Voici, je te prie.

3 Alors maintenant, je te prie, prends tes armes, ton carquois et ton arc, et sors dans les champs et chasse pour moi du gibier.

4 Et prépare-moi un plat savoureux comme j'aime et apporte-le-moi pour que j'en mange, afin que mon âme te bénisse avant que je ne meure. »

5 Or Rebecca écoutait quand Isaac parlait à son fils Ésaü. Et Ésaü s'en alla dans les champs pour chasser du gibier [et] pour le rapporter.

6 Alors Rebecca parla à son fils Jacob, en disant : « Voici, j'ai entendu ton père qui parlait à ton frère Ésaü, en disant :

7 "Apporte-moi du gibier et prépare-moi un plat savoureux, afin que j'en mange et que je te bénisse devant l'Éternel avant ma mort."

8 Et maintenant, mon fils, écoute ma voix dans ce que je t'ordonnerai.

9 Va, je te prie, au troupeau et là, prends-moi deux bons chevreaux1 et j'en préparerai un plat savoureux pour ton père, comme il aime.
1 littéralement : chevreaux d'entre les chèvres.

10 Et tu le porteras à ton père et il [en] mangera afin qu'il te bénisse avant sa mort. »

11 Mais Jacob dit à Rebecca sa mère : « Voici, mon frère Ésaü est un homme velu et moi, je suis un homme [à la peau] lisse.

12 Peut-être que mon père me tâtera, et je passerai à ses yeux pour un trompeur et je ferai venir sur moi une malédiction, et non une bénédiction. »

13 Mais sa mère lui dit : « Que ta malédiction soit sur moi, mon fils ! Seulement, écoute ma voix et va me prendre [les chevreaux]. »

14 Et il s'en alla, et les prit, et les apporta à sa mère. Et sa mère prépara un plat savoureux comme son père [l']aimait.

15 Puis Rebecca prit les vêtements d'Ésaü, son fils aîné, les habits précieux qu'elle avait avec elle à la maison, et elle en habilla Jacob, son fils cadet.

16 Et avec les peaux des chevreaux1 elle recouvrit ses mains et la [partie] lisse de son cou.
1 littéralement : chevreaux d'entre les chèvres.

17 Et elle mit dans la main de son fils Jacob le plat savoureux et le pain qu'elle avait préparés.

18 Alors il alla vers son père et dit : « Mon père ! » Et il dit : « Me voici ; qui es-tu, mon fils ? »

19 Et Jacob dit à son père : « Je suis Ésaü, ton premier-né ; j'ai fait comme tu m'as dit. Lève-toi, je te prie, assieds-toi et mange de mon gibier afin que ton âme me bénisse. »

20 Mais Isaac dit à son fils : « Comment en as-tu trouvé si rapidement, mon fils ? » Et il dit : « C'est parce que l'Éternel ton Dieu me l'a fait rencontrer devant moi. »

21 Et Isaac dit à Jacob : « Approche, je te prie, et je te tâterai, mon fils, [pour savoir] si tu es vraiment mon fils Ésaü ou non. »

22 Alors Jacob s'approcha de son père Isaac et il le tâta et dit : « La voix est la voix de Jacob, mais les deux mains sont les mains d'Ésaü. »

23 Et il ne le reconnut pas, parce que ses mains étaient velues comme les mains de son frère Ésaü ; et il le bénit.

24 Puis il dit : « Es-tu vraiment mon fils Ésaü ? » Et Jacob1 dit : « Je le suis. »
1 littéralement : il.

25 Et Isaac1 dit : « Sers-moi et que je mange du gibier de mon fils afin que mon âme te bénisse. » Et Jacob1 le servit et il mangea ; et Jacob1 lui apporta du vin et il but.
1 littéralement : il.

26 Alors Isaac son père lui dit : « Approche-toi, je te prie, et embrasse-moi, mon fils. »

27 Et Jacob1 s'approcha et l'embrassa. Et Isaac1 sentit l'odeur de ses vêtements, puis il le bénit et dit : « Regarde ! L'odeur de mon fils est comme l'odeur d'un champ que l'Éternel a béni.
1 littéralement : il.

28 Que Dieu te donne de la rosée des cieux et des ressources1 de la terre et une abondance de blé et de vin nouveau !
1 littéralement : des graisses.

29 Que des peuples te servent et que des nations se prosternent devant toi ! Sois le maître de tes frères et que les fils de ta mère se prosternent devant toi ! Maudits [soient] ceux qui te maudissent et bénis [soient] ceux qui te bénissent ! »

Voilà une famille où Dieu est connu, et pourtant les convoitises, les fraudes et les mensonges s'y montrent très tristement. Isaac est devenu aveugle et il l'est aussi spirituellement. Il a perdu le discernement au point qu'un repas savoureux compte davantage pour lui que l'état moral de ses enfants. Sans chercher la pensée de Dieu, il s'apprête à bénir le fils qu'il préfère. Rebecca de son côté conseille à Jacob de dépouiller son frère de cette bénédiction et de tromper son père. Seul Ésaü pourrait nous paraître sympathique dans cette famille. Mais Dieu connaissait son cœur profane, et, à travers cette injustice apparente, sa volonté s'accomplissait. Isaac doit le reconnaître (fin du v. 33 gn 27.30-33).

Jacob parvient à ses fins. Avec la complicité de sa mère, il obtient la bénédiction à laquelle il attachait tant de valeur. Mais s'il s'était confié en Dieu pour la lui donner au lieu d'agir par supercherie, ne l'aurait-il pas tout de même reçue? Dieu qui avait déclaré: «l'aîné servira le plus jeune» (ch. 25 v. 23 gn 25.20-24), ne pouvait renier sa parole ni permettre d'erreur. Et Jacob se serait épargné bien des peines et bien du temps perdu. Le chemin du Seigneur pour nous est toujours simple, mais que de fois nous le compliquons par nos interventions malencontreuses (Ps. 27:11 ps 27.11-14).