Genèse

Genèse 6:1-12

Les fils de Dieu et les filles des hommes

6 Et il arriva, quand les hommes1 commencèrent à se multiplier sur la surface de la terre2 et que des filles leur furent nées,
1 littéralement : l'homme, la race humaine. 2 littéralement : du sol.

2 que les fils de Dieu virent les filles des hommes1 et les [trouvèrent] belles. Alors ils prirent pour eux des femmes parmi toutes celles qu'ils choisirent.
1 littéralement : de l'homme, la race humaine.

3 Et l'Éternel dit1 : « Mon Esprit ne contestera pas toujours avec l'homme, car celui-ci n'est que chair ; mais ses jours seront de 120 ans.
1 ou : avait dit.

4 En ces jours-là, les géants étaient sur la terre et même après que les fils de Dieu furent ainsi venus vers les filles des hommes1 et qu'elles leur eurent donné des enfants. Ce sont là les hommes forts d'autrefois, des hommes de renom.
1 littéralement : de l'homme, la race humaine.

5 Or l'Éternel vit que la méchanceté de l'homme était grande sur la terre et que toute l'imagination des pensées de son cœur n'était que méchanceté en tout temps1.
1 littéralement : tout le jour.

6 Et l'Éternel se repentit d'avoir fait l'homme sur la terre et il s'en affligea dans son cœur.

7 Alors l'Éternel dit : « J'effacerai de la surface de la terre1 l'homme que j'ai créé, depuis l'homme jusqu'au bétail, jusqu'aux reptiles et jusqu'aux oiseaux des cieux, car je me repens de les avoir faits. »
1 littéralement : du sol.

8 Mais Noé trouva grâce aux yeux de l'Éternel.

Noé et la construction de l'arche

9 Voici les générations de Noé. Noé était un homme juste, il était intègre parmi ceux de sa génération1 ; Noé marchait avec Dieu.
1 littéralement : dans ses générations.

10 Et Noé engendra trois fils : Sem, Cham et Japheth.

11 Or la terre était pervertie devant Dieu et la terre était pleine de violence.

12 Et Dieu regarda la terre et voici, elle était pervertie, car toute chair avait perverti sa conduite1 sur la terre.

1 littéralement : son chemin.

Pierre et Jude font l'un et l'autre allusion à ce temps d'avant le déluge où des anges «n'ont pas gardé leur origine», et en subissent les conséquences (2 Pier. 2:4 2p 2.4-9; Jude 6, 7 jd 1.5-7). Les hommes se sont multipliés sur la terre et avec eux le mal sous ses deux formes: dépravation et violence (v. 11). L'humanité est-elle meilleure de nos jours? Tout nous montre que non. Et l'Écriture nous prévient: «les hommes méchants... avanceront toujours plus dans le mal, (2 Tim. 3:13 2tm 3.10-13). Aujourd'hui comme alors, la gloire des hommes de renom (fin du v. 4): héros, champions sportifs, vedettes... peut aller de pair avec la pire dépravation. Or c'est au cœur des hommes que l'Éternel regarde, non à leurs prouesses (1 Sam. 16:7 1s 16.6-13). Le v. 5 nous fait connaître le résultat tragique de cet examen: l'imagination de leurs pensées n'est que méchanceté en tout temps. «Le cœur des fils des hommes est plein de mal, et la folie est dans leur cœur», confirme le Prédicateur (Eccl. 9:3 ec 9.1-3; voir aussi Jér. 17:9 jr 17.5-10).

Alors l'Éternel se repent d'avoir fait l'homme. Il va sans dire que Dieu ne fait jamais d'erreur. Mais la méchanceté de l'homme l'oblige à changer de dispositions.

Dieu décide donc de faire disparaître sa créature de dessus la terre, à l'exception de Noé, le seul qui marche avec lui.