Genèse

Genèse 4:1-16

Caïn et Abel

4 Or l'homme eut des relations avec sa femme Ève, et elle conçut et donna naissance à Caïn1. Et elle dit : « J'ai acquis un homme avec [l'aide de] l'Éternel. »
1 Caïn : acquisition.

2 Puis elle mit encore au monde son frère Abel1. Et Abel faisait paître le petit bétail et Caïn cultivait le sol.
1 Abel : vanité.

3 Or il arriva au bout de quelque temps que Caïn apporta des produits de la terre1 en offrande à l'Éternel.
1 littéralement : du fruit du sol.

4 Et Abel apporta, lui aussi, des premiers-nés de son petit bétail avec leur graisse. Et l'Éternel eut un regard [favorable] sur Abel et sur son offrande ;

5 mais sur Caïn et sur son offrande, il n'eut pas de regard [favorable]. Alors Caïn fut très en colère et son visage fut abattu.

6 Et l'Éternel dit à Caïn : « Pourquoi es-tu en colère et pourquoi ton visage est-il abattu ?

7 Si tu fais bien, ne seras-tu pas agréé ?1 Et si tu ne fais pas bien, le péché2 est couché3 à la porte. Et son désir sera [tourné] vers toi, mais toi, tu domineras sur lui. »
1 littéralement : n'y aura-t-il pas relèvement [de visage] ? 2 ou : un sacrifice pour le péché ; le mot hébreu a les deux sens. 3 couché est le terme employé pour un animal qui est couché par terre.

8 Puis Caïn parla à Abel son frère. Mais il arriva, comme ils étaient dans les champs, que Caïn se jeta sur1 son frère Abel et le tua.
1 littéralement : se leva vers.

9 Or l'Éternel dit à Caïn : « Où est ton frère Abel ? » Et il dit : « Je ne sais pas. Suis-je, moi, le gardien de mon frère ? »

10 Mais l'Éternel1 dit : « Qu'as-tu fait ? La voix du sang de ton frère crie de la terre2 vers moi.
1 littéralement : il. 2 littéralement : du sol.

11 Et maintenant, tu es maudit, chassé de la terre1 qui a ouvert sa bouche pour recevoir de ta main le sang de ton frère.
1 littéralement : du sol.

12 Quand tu cultiveras le sol, il ne te donnera plus sa force. Tu seras errant et vagabond sur la terre. »

13 Mais Caïn dit à l'Éternel : « Ma punition est trop grande pour que j'en porte le poids.

14 Voici, tu m'as chassé aujourd'hui de la surface de la terre1, et je serai caché loin de ta face, et je serai errant et vagabond sur la terre. Et il arrivera que quiconque me trouvera me tuera. »
1 littéralement : du sol.

15 Alors l'Éternel lui dit : « C'est pourquoi, si quelqu'un tue Caïn, Caïn1 sera vengé sept fois. » Et l'Éternel mit un signe sur Caïn, afin que quiconque le trouverait ne le frappe pas.
1 littéralement : il.

16 Et Caïn sortit de la présence de l'Éternel et il habita dans le pays de Nod1, à l'est d'Éden.
1 Nod : vagabond ; comparer avec le verset 12.

Dès l'enfance de l'humanité, deux races se dessinent. Caïn, premier homme né sur la terre, est l'ancêtre de tous les propres justes. Satisfait de lui-même et de ses œuvres, inconscient du péché et de ses conséquences, il se présente devant Dieu avec le fruit de son propre travail, fruit d'un sol maudit. Comment Dieu pourrait-il y avoir égard? Abel, le second homme, est le chef de la lignée de la foi: il ouvre la liste d'honneur du ch. 11 des Hébreux (Héb. 11:4 hb 11.4). Le sacrifice qu'il offre est «plus excellent» que celui de Caïn parce qu'il est présenté avec l'intelligence de la pensée de Dieu.

Après le péché de l'homme contre Dieu (ch. 3), nous avons ici son péché contre son prochain. Caïn tue son frère. Et la Parole qui discerne les pensées et les intentions du cœur met son motif à nu: la jalousie. «Pour quelle raison le tua-t-il? Parce que ses œuvres étaient mauvaises et que celles de son frère étaient justes» (1 Jean 3:12 1j 3.11-13). Quand plus tard le Seigneur Jésus vint sur la terre, les chefs religieux demandèrent sa mort pour le même motif. Sa perfection faisait ressortir leurs propres mauvaises œuvres. Le peuple juif est présentement mis à l'écart, mais il reste toujours le peuple aimé de Dieu.