Genèse

Genèse 45:1-15

Joseph se fait reconnaître à ses frères

45 Or Joseph ne pouvait plus se contenir devant tous ceux qui se tenaient près de lui et il s'écria : « Faites sortir tout le monde d'auprès de moi ! » Et personne ne se tint près de Joseph quand il se fit reconnaître à ses frères.

2 Alors il laissa éclater sa voix en pleurs et les Égyptiens l'entendirent et la maison du Pharaon l'entendit.

3 Et Joseph dit à ses frères : « Je suis Joseph. Mon père vit-il encore ? » Mais ses frères ne pouvaient pas lui répondre, car ils étaient saisis de tremblements devant lui.
1 ou : terrifiés devant lui.

4 Mais Joseph dit à ses frères : « Approchez-vous de moi, je vous prie ! » Et ils s'approchèrent. Et il dit : « Je suis Joseph votre frère que vous avez vendu pour l'Égypte. »

5 Et maintenant, ne soyez pas affligés et fâchés contre vous-mêmes de m'avoir vendu ici, car c'est pour la conservation de la vie que Dieu m'a envoyé devant vous.

6 Car voici deux ans que la famine est dans le pays1 et il y a encore cinq années pendant lesquelles il n'y aura ni labour ni moisson.
1 ou : sur la terre.

7 Et Dieu m'a envoyé devant vous pour vous assurer un reste sur la terre et pour vous conserver la vie par une grande délivrance.

8 Et maintenant, ce n'est pas vous qui m'avez envoyé ici, mais c'est Dieu. Et il m'a établi père du Pharaon, et seigneur de toute sa maison, et gouverneur de tout le pays d'Égypte.

9 Hâtez-vous et montez vers mon père et vous lui direz : "Ainsi dit ton fils Joseph : Dieu m'a établi seigneur de toute l'Égypte. Descends vers moi, ne t'arrête pas !

10 Et tu habiteras dans le pays de Goshen et tu seras près de moi, toi et tes fils, et les fils de tes fils, et ton petit bétail, et ton gros bétail, et tout ce qui est à toi.

11 Et je t'y entretiendrai — car il y a encore cinq années de famine — de peur que tu ne sois réduit à la misère, toi et ta maison et tout ce qui est à toi."

12 Et voici, vos yeux et les yeux de mon frère Benjamin voient que c'est ma bouche qui vous parle.

13 Alors vous raconterez à mon père toute ma gloire en Égypte et tout ce que vous avez vu. Et hâtez-vous de faire descendre mon père ici. »

14 Puis il se jeta au cou de Benjamin son frère et pleura. Et Benjamin pleura sur son cou.

15 Et il embrassa tous ses frères et pleura sur eux. Et après cela, ses frères parlèrent avec lui.

C'est ce moment qu'attendait Joseph depuis si longtemps. Quelle patience il lui a fallu! S'il s'était fait connaître trop tôt, ses frères l'auraient honoré par contrainte, comme la gerbe de son rêve, mais ils seraient restés froids et craintifs.

Les frères apprennent donc que le gouverneur de l'Égypte, à qui appartient toute cette gloire, n'est autre que celui qu'ils ont haï et rejeté. Non seulement il est vivant, mais toutes choses lui sont soumises (Héb. 2:8 hb 2.5-9). Et leurs agissements criminels ont été précisément le moyen par lequel les rêves se sont accomplis. Quelle confusion peut remplir leur cœur en constatant la noble grâce dont Joseph fait preuve! Il ne s'est pas vengé: il ne leur fait même pas à présent de reproche; il ne veut que leur bonheur! Et son propre cœur, n'est-il pas rempli de joie, une joie semblable à celle du Berger qui a trouvé la brebis perdue? Maintenant les frères sont chargés d'un heureux message, d'une bonne nouvelle: aller vers leur père et raconter la gloire de celui qui leur a pardonné. Telle est aussi notre mission, chers rachetés du Seigneur: annoncer aux autres, en commençant par nos proches, ce que nous avons trouvé en Jésus, et raconter à son Père «toute sa gloire» dans les réunions de culte.