Galates

Galates 5:16-26

Les œuvres de la chair et le fruit de l'Esprit

16 Mais je dis : Marchez par l'Esprit et vous n'accomplirez absolument pas ce que la chair désire.

17 Car la chair a des désirs contraires à [ceux de] l'Esprit et l'Esprit [a des désirs] contraires à [ceux de] la chair. Et ils1 sont opposés l'un à l'autre, afin que vous ne fassiez pas les choses que vous voudriez.
1 c.-à-d. : la chair et l'Esprit.

18 Mais si vous êtes conduits par [l']Esprit, vous n'êtes pas sous [la] Loi.

19 Or les œuvres de la chair sont évidentes, lesquelles sont la fornication, l'impureté, la débauche,

20 l'idolâtrie, la magie1, les haines, les querelles, les jalousies, les colères, les rivalités, les divisions, les sectes2,
1 ou : les empoisonnements (par usage de drogues nocives). 2 ou : partis religieux.

21 les envies,1 les ivrogneries2, les orgies et les choses semblables à celles-là, au sujet desquelles je vous déclare d'avance, comme je l'ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n'hériteront pas du royaume de Dieu.
1 plusieurs manuscrits ajoutent : les meurtres. 2 littéralement : intoxications.

22 Mais le fruit de l'Esprit est l'amour, la joie, la paix, la patience, la bienveillance, la bonté, la fidélité,

23 la douceur, la maîtrise de soi. Contre de telles choses, il n'y a pas de loi.

24 Or ceux qui sont du Christ [Jésus] ont crucifié la chair avec ses1 passions et ses1 désirs.
1 littéralement : les.

25 Si nous vivons par l'Esprit, marchons aussi par l'Esprit.

26 Ne cherchons pas à nous glorifier nous-mêmes1, en nous provoquant les uns les autres [et] en nous envier les uns les autres.
1 ou : Ne soyons pas désireux d'une vaine gloire.

Le Seigneur explique comment reconnaître si une œuvre est de la chair ou si elle est de l'Esprit (lire Matt. 7:16-20 mt 7.15-20; Jean 3:6 j 3.1-8). «Un bon arbre ne peut pas produire de mauvais fruits». Ceux des v. 19 à 21 ne peuvent donc procéder que de l'arbre mauvais: la chair. Or elle est encore en chacun de nous avec les mêmes redoutables possibilités. Mais, si nous sommes «du Christ» (v. 24), en nous habite aussi un autre pouvoir agissant: le Saint Esprit. Il nous fait vivre (v. 25) et Il nous fait marcher (v. 16, 25); Il s'oppose à la chair (v. 17); Il nous conduit (v. 18); Il amène à maturité son propre fruit, impossible à confondre avec un autre, grappe précieuse dont le v. 22 énumère les neuf «grains» exquis: amour, joie, paix… Hélas! Un arbre peut rester stérile si toute sa force se gaspille en rejetons inutiles jaillis de son pied. Que fait alors le jardinier? Il coupe ces rejetons pour que la sève circule à nouveau abondamment dans les rameaux greffés. C'est la portée du v. 24. «Ceux qui sont du Christ» ont crucifié la chair à leur conversion. Ils se sont soumis par la foi à la sentence de mort sur toute leur nature (l'arbre sauvage a été coupé pour être greffé). Désormais ils ont à en juger les manifestations: passions et convoitises. «Si nous vivons par l'Esprit, marchons aussi par l'Esprit» (v. 25).