Ésaïe

Ésaïe 47:1-15

Nouvelle prophétie sur la ruine de Babylone

47 Descends et assieds-toi dans la poussière, vierge, fille de Babylone ! Assieds-toi par terre, privée de [ton] trône, fille des Chaldéens ! Car on ne t'appellera plus « Délicate et Raffinée ».

2 Prends les meules et mouds de la farine ! Ôte ton voile, relève le bas [de ton vêtement], découvre ta jambe, traverse les fleuves !

3 Ta nudité sera découverte ; oui, ta honte sera vue. J'exécuterai1 la vengeance et personne ne m'arrêtera2.
1 littéralement : je prendrai. 2 littéralement : je ne rencontrerai pas un être humain.

4 Notre rédempteur a pour nom l'Éternel des armées, le Saint d'Israël !

5 Assieds-toi dans le silence et entre dans les ténèbres, fille des Chaldéens ! Car on ne t'appellera plus « Souveraine des royaumes ».

6 J'ai été furieux contre mon peuple, j'ai profané mon héritage et je les ai livrés entre tes mains. Tu n'as usé d'aucune compassion envers eux ; tu as fait peser lourdement ton joug sur l'homme âgé.

7 Et tu as dit : « Je serai souveraine pour toujours ! » de sorte que tu n'as pas pris ces choses à cœur ; tu ne t'es pas souvenue qu'il y aurait une suite à cela.

8 Et maintenant, écoute ceci, amie des plaisirs, [toi] qui habites en sécurité, qui dis dans ton cœur : « Moi, et rien que moi ! Je ne serai pas assise en veuve et je ne connaîtrai pas la privation d'enfants. »

9 Ces deux choses, la privation d'enfants et le veuvage, t'arriveront en un instant, en un seul jour. Elles viendront sur toi dans leur pleine mesure, malgré1 la multitude de tes sorcelleries, malgré1 le grand nombre2 de tes sortilèges.
1 ou : à cause de. 2 littéralement : la grande force.

10 Et tu t'es confiée dans ton iniquité ; tu as dit : « Personne ne me voit. » Ta sagesse et ta connaissance, c'est ce qui t'a fait errer ; et tu as dit dans ton cœur : « Moi, et rien que moi ! »

11 Mais un malheur viendra sur toi sans que tu n'en connaisses l'aurore1. Et un désastre tombera sur toi, que tu ne pourras pas éviter2. Et une dévastation que tu n'as pas soupçonnée viendra sur toi subitement.
1 c.-à-d. : sans que tu ne saches d'où il vient. 2 proprement : écarter au moyen d'expiations.

12 Tiens-toi là avec tes sortilèges et avec la multitude de tes sorcelleries, dont tu t'es fatiguée dès ta jeunesse ! Peut-être pourras-tu en tirer profit, peut-être deviendras-tu redoutable ?

13 Tu t'es fatiguée par la multitude de tes conseils. Qu'ils se tiennent là et te sauvent, ceux qui interprètent les cieux, ceux qui observent les étoiles, ceux qui, d'après les nouvelles lunes, donnent la connaissance des choses qui viendront sur toi !

14 Voici, ils seront comme de la paille, le feu les brûlera. Ils ne délivreront pas leur vie de la force1 de la flamme. [Il ne restera] ni braises pour se chauffer2 ni feu3 pour s'asseoir devant lui.
1 littéralement : main. 2 selon quelques-uns : cuire le pain. 3 littéralement : lumière.

15 Ainsi seront pour toi ceux avec lesquels tu t'es fatiguée, ceux avec qui tu as fait du commerce depuis ta jeunesse. Ils erreront chacun de son côté ; il n'y a personne qui te sauve.

C'est de Babylone qu'il s'agit maintenant. Avant même son entrée dans l'histoire, sa chute se trouve annoncée. Employée par l'Éternel pour discipliner son peuple, elle n'a usé d'aucune miséricorde envers lui; elle n'a pas pris «ces choses à cœur», enfin, elle ne s'est pas souvenue «de ce qui en serait la fin» (v. 7; Deut. 32:29 dt 32.26-30). Par la bouche de Daniel, Dieu lui avait fait connaître cette fin (voir Dan. 2:45 dn 2.36-45). Et malgré cela l'orgueilleuse cité a proclamé: «Je serait maîtresse pour toujours» (v. 7). Aussi connaissons-nous sa fin à elle, solennelle et subite, pendant la nuit tragique du festin de Belshatsar (Dan. 5:30 dn 5.10-31).

Babylone est dans le Nouveau Testament l'image de la chrétienté comme Église responsable. Celle-ci s'est lassée d'être étrangère ici-bas et de souffrir. Elle a préféré un trône à la croix. Elle a oublié la miséricorde, dominé sur les âmes, méconnu les droits du Seigneur et perdu de vue son retour. Elle s'est accommodée d'une multitude d'idoles et de superstitions (v. 12 et 13). Mais le moment de sa ruine viendra (Apoc. 18 ap 18.1-24). Alors Christ présentera au ciel et à la terre sa véritable Épouse: l'Église, composée de tous ses chers rachetés, enlevée auprès de lui avant ces événements. En ferez-vous partie?