Ésaïe

Ésaïe 20:1-6; 21:1-10

Prophétie sur l'Égypte et sur l'Éthiopie

20 L'année où le Tharthan1 vint à Asdod, envoyé par Sargon, roi d'Assyrie. Et il fit la guerre à Asdod et la prit.
1 Tharthan : titre du général en chef du roi d'Assyrie.

2 En ce temps-là, l'Éternel parla par l'intermédiaire1 d'Ésaïe, fils d'Amots, en disant : « Va et ôte le sac de dessus tes reins et détache la sandale de ton pied. » Et il fit ainsi, marchant nu et déchaussé.
1 littéralement : par la main.

3 Et l'Éternel dit : « Comme mon serviteur Ésaïe a marché trois années, nu et déchaussé [pour être] un signe et un symbole1 à l'égard de l'Égypte et de l'Éthiopie2,
1 ailleurs : miracle, prodige. 2 hébreu : Cush.

4 ainsi, le roi d'Assyrie emmènera les prisonniers d'Égypte et les déportés d'Éthiopie, jeunes et vieux, nus et déchaussés et les fesses découvertes, à la honte de l'Égypte.

5 Et ils seront terrifiés, et auront honte de l'Éthiopie, leur confiance, et de l'Égypte, leur orgueil.

6 Alors l'habitant de cette côte1 dira en ce jour-là : "Voilà donc notre confiance, ceux vers qui nous nous sommes enfuis pour avoir du secours, pour être délivrés du2 roi d'Assyrie ! Et nous, comment échapperons-nous ?" »
1 sans doute : la Palestine. 2 littéralement : de la face du.

Prophétie sur la chute de Babylone

21 L'oracle sur le désert de la mer.
Comme des tempêtes dans le Néguev1 quand elles passent, il vient du désert, du pays redoutable.
1 nom de la contrée située au sud de Juda, vers le désert.

2 Une cruelle vision m'est révélée : « Le perfide agit de façon perfide et le destructeur détruit. Monte, Élam ! Assiège, Médie ! J'ai fait cesser tout son gémissement1. »
1 celui de Babel ; selon d'autres : celui que Babel a causé.

3 C'est pourquoi mes reins sont remplis de convulsions, des douleurs m'ont saisi comme les douleurs de celle qui accouche. Je suis courbé à ne pas entendre1, je suis terrifié à ne pas voir2.
1 ou : à force d'avoir entendu. 2 ou : à force d'avoir vu.

4 Mon cœur s'égare1, la terreur s'est emparée de moi ; la nuit qui faisait mon plaisir, il me l'a changée en effroi.
1 ou : est inquiet ; littéralement : erre.

5 On dresse la table ; la garde veille ; on mange, on boit… Princes, levez-vous, frottez d'huile le bouclier !

6 Car ainsi m'a dit le Seigneur : « Va, place une sentinelle, qu'elle annonce ce qu'elle verra ! »

7 Et elle vit un char1, une paire de cavaliers2, un char [avec] des ânes, un char [avec] des chameaux. Et elle écouta attentivement, très attentivement.
1 ou : de la cavalerie. 2 ou : des cavaliers, deux à deux.

8 Puis elle cria [comme] un lion : « Seigneur, le jour je me tiens constamment sur la tour d'observation et toutes les nuits je me tiens à mon poste de garde !

9 Et voici, il vient un char1 d'hommes, une paire de cavaliers2 ! » Et il répondit et dit : « Elle est tombée, elle est tombée, Babylone, et toutes les statues de ses dieux sont brisées à terre ! »
1 ou : de la cavalerie. 2 ou : des cavaliers, deux à deux.

10 Ô vous, mon blé battu1 et le fruit2 de mon aire de battage ! Ce que j'ai entendu de l'Éternel des armées, le Dieu d'Israël, je vous l'ai rapporté.
1 c.-à-d. : Israël ; d'autres l'appliquent à Babylone. 2 littéralement : fils.

Le ch. 20 complète «l'oracle touchant l'Égypte». En marchant nu et nu-pieds, le prophète annonce le lugubre passage des captifs égyptiens et éthiopiens déportés par le roi d'Assyrie lequel était spécialiste de ces transferts de populations. Alors Israël (l'habitant de cette côte) verra avec effroi et consternation qu'il était vain de se confier dans le peuple du Pharaon pour être délivré du redoutable Assyrien (Ps. 60:13 fin ps 60.12-14).

Le ch. 21 débute par «l'oracle touchant le désert de la mer…» (ch. 21 v. 1). Il s'agit de nouveau de Babylone. Pendant ce qu'elle appelle «la nuit de mon plaisir», les Mèdes et les Perses — Élam — ont jadis brutalement mis fin à son empire et à son opulence (v. 4; voir Dan. 5:28-31 dn 5.22-31). Mais cette prophétie a une application future comme celle du ch. 13 es 13.1-22 (Luc 21:35 lc 21.29-36).

Au v. 6 le prophète est invité à placer une sentinelle. Ses consignes: écouter diligemment et crier! La sentinelle dans une armée, occupe un poste de confiance. Sa responsabilité est considérable. Deux devoirs lui incombent: Veiller et avertir (voir Éz. 3:17, 18 ez 3.16-21, et en contraste És. 56:10 es 56.10-11). Chaque croyant n'a-t-il pas ces responsabilités? Sommes-nous fidèles à les remplir à l'égard des hommes de ce monde et vis-à-vis de nos frères?